jeudi 25 août 2011

Anti-israélisme: que publierait Le Monde s'il n'avait pas 'peur' de BHL?

"Les responsables israéliens ont pris la responsabilité d'inscrire dans les mentalités une culture d'apartheid" (Le Monde)

Extrait d'une interview de l'expert en anti-israélisme français Pascal Boniface, directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris):

"Pourquoi dites-vous que BHL est de venu le «seigneur et maître des faussaires»?
Pascal Boniface: Il a bâti autour de lui un réseau dont il est le centre. Membre du conseil de surveillance du Monde, président de celui d’Arte, actionnaire de Libération, proche d’Arnaud Lagardère et de François Pinault, il occupe une place médiatique absolument incroyable. Fort de cette position, il peut raconter n’importe quoi sans que jamais cela ne remette en question sa visibilité. [...] il a multiplié les contrevérités. Par connivence ou par peur, on n’ose pas le contredire si on fait partie du milieu médiatique."

Alors là il faut féliciter Bernard-Henri Lévy, membre du conseil de surveillance du Monde, et considéré comme pro-israélien à la française, soit dit en passant.   On se demande bien ce que Le Monde publierait d'encore plus anti-israélien que les deux articles que Victor Perez commente si BHL n'était pas membre du conseil de surveillance - et que "par peur" ou "par connivence"...

- La culpabilité israélienne selon Marek Halter
- Réponse du dindon Germain Latour à la dinde Marek Halter

Décidément la presse française, la plus hostile à Israël en Europe, raffole de ce genre d'articles et d'opinions sur le sempiternel conflit israélo-arabe. Combien de fois n'avons-nous pas lu que: "Israël n'était pas menacé mais bien menaçant, provoquant l'hostilité régionale dont il se proclamait néanmoins haut et fort la victime"?

4 commentaires :

Anonyme a dit…

Mr Boniface prêtre à BHL une influence et une immunité médiatique il ne possède très probablement pas.

La presse française est pro-arabe pour le raisons suivantes:

1) l'unité du chiffre d'affaires de l'U.E au P.O et au M.O est dix milliards de dollars pour une population de centaines de millions d'habitants.

2) L'unité du chiffre d'affaires de l' U.E avec Israël , c'est cent millions de dollars pour une population de sept millions quatre cent mille d’habitants environ.

Pour les affaires, il vaut mieux privilégier le P.O et le M.O.

Je vois très mal quelqu'un voulant faire des affaires au Qatar ou en Arabie Saoudite , par exemple, se se présenter avec une étoile de David, une kippa ou un badge sur lequel il est écrit : Y love Tel-Aviv. Il a de fortes chances de revenir bredouille. Par contre s'il sort un argument du style: le gouvernement français a donné soixante millions d'euros cette année pour Gaza (le chiffre est correct), cela ouvre des perspectives tout autres....
Les grosses sociétés investissent aussi en publicité dans les journaux. Ils vont faire en sorte que leurs intérêts ne soient pas lésés avec les pays arabes. On ne va pas demander de mentir mais de présenter différemment les évènements. Par exemple on va parler de rupture de la trêve alors que celle-ci n'a jamais eu lieu vu que le tir de roquettes a été presque quotidien depuis la bande de Gaza etc. Le lecteur lambda entend uniquement ce type de discours et la plus part du temps il se contente de dire ce qu'il a lu ou entendu. Et cela dure depuis des décennies...

Vient ensuite l'aspect électoral. La communauté juive compte environ cinq cent cinquante mille personnes (source communautaire). Soit environ 0.9 % de la population française. Pour la communauté musulmane c'est plus difficile à estimer mais un chiffre raisonnable semble être trois millions et demi soit environ 6 % de la population. Le politicien va privilégier le second électorat.

Comparez le chiffre d'affaires (environ cent fois plus élevé) et l'électorat (environ six fois plus important) et vous obtenez ce qu'on appelle pudiquement: la politique arabe de la France.

PS: j'ai volontairement refusé de tenir compte de tout autre argument.

Franco

Anonyme a dit…

Franco

En matière de poids économique et politique, les Juifs de france pèsent infiniment plus que les arabes de france.

Or, ces Juifs s'avèrent incapables -par volonté- de stopper ou de freiner l'anti-israelisme qui envahit la france.

J'en veux pour preuve justement qu'aucun juif qui siège au Monde, pas plus que celui qui détient son capital, ne se lance dans le nettoyage de cette écurie.

On va me dire que c'est la démocratie, la liberté d'expression. NON ! La liberté d'expression consiste a permettre a chacun d'exprimer son point de vue. Pour cela, il suffit de créer son journal, sa chaine télé, sa radio, son blog...et de raconter les choses a sa manière. Mais cette liberté d'expression n'oblige pas un patron de presse a publier, dans son propre journal, une opinion non conforme a ses convictions.

Pourquoi ces Juifs qui détiennent le pouvoir dans ce journal ne font-ils rien pour arreter cette marée anti-sioniste, pour empecher ces chiens de venir aboyer dans leur propre maison ?

Anonyme a dit…

les musulmans en france sont plutot entre 6 et 7 millions , quand aux juifs , s'ils sont environ 500 000 , seule une minorité (moins de 150 000) est engagée dans le systeme communautaire ; et puis pour expliquer l'inaction de certains , il ne faut pas ecarter le manque de courage chronique qui atteint tous les français , juifs ou non

akry a dit…

Excellente question qui ne concerne pas seulement Le Monde. Pourquoi les juifs de France [et d'Europe] sont-ils si peu organisés pour défendre le sionisme et Israël ? Se croient-ils à l'abri, comme ils pouvaient encore le penser jusqu'aux années 70 ? S'aveuglent-ils volontairement pour éviter la stigmatisation et/ou donner des gages de " bonne conduite " ? La multiplication des institutions juives est -elle un obstacle à un combat efficace ? Pensent-ils qu’Israël est trop éloigné de leurs préoccupations quotidiennes ?
On sait la pugnacité et le soutien des juifs [et institutions juives] américains, qui pour la plupart n'ont pas connu la Shoah. Ne saurions-nous pas agir de même ?
L'analyse de Franco est juste, à quoi on peut ajouter les autres arguments qu'il évoque. Les conséquences funestes de la judéophobie ne peuvent être combattues que par un Israël protecteur des siens et suffisamment dissuasif.