mercredi 16 janvier 2019

Les musulmans doivent rompre avec l'antisémitisme (Claude Habib)


Eugénie Bastié @ Le Figaro:
Dans un essai stimulant, dont Le Figaro publie les bonnes feuilles, l'essayiste et romancière, fine spécialiste des Lumières, nous invite à repenser la tolérance. La montée exponentielle des droits subjectifs couplée à l'immigration entraînent, selon elle, une inédite confrontation des mœurs.

Du burkini aux guerres de religion du XVIIe siècle, en passant par la poitrine des Femen et la Gay Pride, Claude Habib examine la généalogie et les nouvelles conditions d'exercice de cette "vertu à destination d'un monde désuni" (Jankélévitch). Sans jamais sombrer dans le relativisme d'un "laisser-faire" multiculturaliste paresseux, elle réaffirme, avec une verve toute voltairienne, l'ambition d'un universalisme républicain dans lequel la tolérance est un effort de chacun pour construire le bien commun.
Claude Habib: "La tolérance doit-elle nous interdire de protéger nos mœurs?" Extrait:

"Globalement, nous savons ce qu'il faut exiger des nouveaux venus, comme de leurs enfants et petits-enfants, pour qu'ils s'intègrent au pays d'accueil.

Trois clauses sont fondamentales, faute de quoi ils resteront des Français de papier: les musulmans doivent reconnaître la liberté de conscience - c'est-à-dire le droit de changer de religion ou de n'en avoir aucune; ils doivent admettre l'égalité des femmes et des hommes; ils doivent rompre avec l'antisémitisme."

Nairobi: Un juif américain rescapé du 11 septembre parmi les victimes


J Forum:

Le département d’Etat américain a confirmé l’identité du citoyen américain tué lors de l’attaque terroriste perpétrée mardi à Nairobi, au Kenya
Jason Spindler, membre de la communauté juive américaine et PDG d’une société de conseil, a été tué lors de l’attaque mardi alors qu’il travaillait dans un bureau à l’intérieur du complexe hôtelier, selon le Washington Post. 
Spindler était en réunion lorsque des terroristes ont fait irruption dans le bureau et ont ouvert le feu. Spindler a été mortellement blessé.
“Il essayait d’apporter des changements positifs dans le Tiers monde sur les marchés émergents. Il nous manque tellement à tous. Et il est tellement triste qu’une telle personne brillante soit arraché par le terrorisme”, a déclaré Sarah Spindler, sa mère, selon NBC News. 
Sa famille a souligné dans une déclaration que Spindler était un rescapé des attaques terroristes du 11 septembre 2001.
Lire l'article complet

mardi 15 janvier 2019

La stratégie de Trump au Moyen-Orient comparée à celle d'Obama


Walter Russell Mead, professeur de géostratégie au Bard College et éditorialiste au Wall Street Journal et à la revue The American Interest, @ WSJ:
Trump’s Mideast Strategy - Like Obama, he wants the U.S. to step back. Unlike Obama, he wants to contain Iran. 
As Secretary of State Mike Pompeo concludes his swing through the Middle East, the Trump administration’s regional strategy is coming into view. Like President Obama, President Trump wants to reduce American commitments while promoting stability. But their strategies differ. Mr. Obama thought the best hope for a reduced U.S. footprint was conciliating Iran. Mr. Trump, by contrast, seeks to build a coalition of U.S. regional allies—even if those allies fall well short of perfection—that can provide a stable security architecture and offset Iranian strength as the U.S. steps back. 
In seeking a reduced Middle East presence and retreating from expansive human-rights goals, both Team Obama and Team Trump have reacted to significant changes in American politics. Public support for U.S. military action and democracy promotion in the Middle East has all but collapsed, for two reasons. First, decades of engagement in the region have brought neither stability nor democracy. Second, as America’s dependence on Middle East energy recedes, many voters see less reason to prioritize the region. Pundits can argue that these reactions are shortsighted, but politicians must take them into account. 
The Trump administration hopes that with limited American support, Israel, Turkey and the Sunni Arab countries can together contain Iran. If so, Mr. Trump can claim credit for improved Israeli-Arab ties and a more stable region even as he cuts back on American troop and aid levels. This is a sounder strategy in the abstract than the Obama team’s gamble on Iranian restraint. U.S. relations with the Sunni Arab powers, Israel and Turkey are sometimes difficult, but a policy based on continued cooperation with them is more feasible than subordinating their interests to chase after an improved relationship with the deeply hostile regime in Tehran.
Lire l'article complet (accès réservé aux abonnés)

Lire également de Walter Russell Mead:
L'Histoire se répète: en Europe on veut du sang juif (2012)

lundi 14 janvier 2019

La croissance inquiétante de l’antisémitisme en Europe


Claire Lepoutre @ Maze
Début décembre, un rapport accablant faisait état de l’intensification de la menace antisémite et du sentiment d’insécurité chez les juifs européens. […]
La population juive européenne ne représente qu’à peine 0,2 % de la population sur le continent et 10 % de la population juive au niveau mondial. Un peu moins de 500 000 habitants de confession juive vivent en France, pays où ils sont le plus nombreux. La violence antisémite en Europe est donc dirigée contre un tout petit nombre d’individus qui, selon le lieu commun erroné, détiendrait un grand pouvoir économique et politique. 
Un antisémitisme croissant 
Et la tendance est à l’augmentation. Une étude américaine menée cette année par le think tank Global Attitudes Project du Pew Research Center a pu relever que les sentiments antijuifs gagnent de plus en plus d’Européens. Dans tous les pays de l’étude l’antisémitisme est en croissance. En Espagne ce rejet était exprimé par 46 % de la population contre 21 % en 2005, tandis que 20 % des Français disent avoir «une opinion négative sur les juifs». […] 
Depuis les années 2000, les organisations enregistrent une augmentation des cas d’agression contre les populations juives dans l’Union Européen. Contrairement à une idée reçue, ce ne sont pas les électeurs d’extrême-droite qui sont les plus enclins à agresser la population juive, selon les résultats des enquêtes de 2013 et 2018. Les électeurs qui sont d’extrême-gauche et critiquent la politique d’Israël contre les Palestiniens sont perçus encore plus violents par les Juifs dans leur quotidien. C’est aussi le cas des immigrés musulmans qui n’ont pas bénéficié d’une éducation sur la Shoah à leur arrivée en France et s’en prennent aussi aux juifs car leur pays d’origine fait une propagande anti-israélienne ou négationniste. Ainsi, les juifs en Europe sont en partie victimes d’un amalgame entre judaïsme et sionisme et de la politique au Moyen-Orient.
Lire l'article complet

samedi 12 janvier 2019

Mehdi Nemmouche parle de "se faire des juifetons"

Les deux victimes israéliennes de la tuerie du Musée juif de Bruxelles
L'Echo:
C'est le premier "vrai" procès des crimes de l’Etat islamique en Europe qui s'ouvre ce lundi. Mehdi Nemmouche, principal suspect, et son complice présumé Nacer Bendrer, sont jugés pour l’assassinat de quatre personnes au Musée juif. […]

Du reste, Mehdi Nemmouche n’a jamais reconnu les faits, admettant juste la détention d’armes. "Vous me prenez pour un débile?", dit-il en 2016 aux policiers qui l’entendent. "Vous savez très bien que j’ai à voir avec cette affaire, ce n’est pas un ange qui est venu devant chez moi déposer les armes et me dire ‘va te faire des juifetons’. Les armes, on me les a données. Je ne suis pas un assassin, je n’ai tué personne."
Lire l'article complet

Lire également:
Mehdi Nemmouche "avait envie de fumer une petite Juive de 4 ans"

L'attentat du Musée juif de Bruxelles fut la première attaque menée par l’État islamique en Europe

vendredi 11 janvier 2019

À Paris et à Lyon, la banque Rothschild ciblée par des Gilets Jaunes


Image reprise du blog conspirationniste et viscéralement antisémite portugais O Evento

@ Lyon Capitale:
Pour la deuxième fois depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes, la banque Rothschild de la rue Auguste Comte a été ciblée pour une action de protestation ce mercredi. La veille, une poignée de Gilets Jaunes se rendaient également à l'un des sièges de la banque d'affaires dans le 8e arrondissement de Paris. 
Entre 25 et 30 Gilets Jaunes se sont rendus devant l'agence de la banque privée Edmond Rothschild Corporate ce mercredi, rapportent nos confrères du Progrès. Sur le bitume de la rue Auguste Comte, ils ont inscrit à la bombe rouge "Rothschild Rends l'argent". L'un d'eux expliquait le choix de cette banque - qu'Emmanuel Macron a intégré comme banquier d'affaires en 2008 - comme "symbolique" de la "haute finance". L'établissement avait déjà fait l'objet d'un rassemblement de Gilets Jaunes le 29 décembre dernier.  […]
La veille à Paris, une poignée de Gilets Jaunes se rendaient également à l'un des sièges de Rothschild et appelaient à maintenir une "pression psychologique et pacifiste" sur une banque pointée pour appartenir à "l'antre du problème".
Lire l'article complet

jeudi 10 janvier 2019

"Quand on met en exergue Lévy, Cohn-Bendit et Rothschild"


Bruno Tertrais, politologue:
Quand on cherche le buzz, il ne faut pas s'étonner (faussement?) de trouver le buzz.
Quand on met en exergue Lévy, Cohn-Bendit et Rothschild, il ne faut pas s'étonner... qu'on s'étonne.


Contexte:
La nouvelle chanson des Gilets Jaunes cible les Juifs : Rothschild, Daniel Cohn-Bendit, Bernard Henri-Lévy