vendredi 25 mai 2018

Se balader à Bruxelles avec une kippa, l'impossible expérience


Quels quartiers de Bruxelles?  L'article ne le précise pas…  A Anvers, les Juifs portent la kippa.

RTBF (via infobelge):
"Vous cherchez un homme qui porte la kippa et qui accepterait de se balader avec vous équipé d’une caméra discrète? Et bien bonne chance!" Cette phrase prononcée par un membre de la communauté juive résume bien notre histoire.

(…) nous décidons de tenter une expérience: arpenter les rues de la capitale avec une personne qui affiche son judaïsme au quotidien. Nous souhaitons voir si ces craintes sont justifiées. Mais cela s’avère très vite compliqué, voire impossible.

La casquette plutôt que la kippa
A Bruxelles, les juifs pratiquants sont nombreux à avoir remplacé la kippa par la casquette depuis une dizaine d’années. Une mesure de précaution rentrée dans les mœurs.

Vous voulez faire ça dans quels quartiers?
Il reste pourtant quelques irréductibles à commencer par certains rabbins. Nous contactons deux d’entre eux. "Vous voulez faire ça dans quels quartiers?" nous demandent-ils. Au quotidien, ils évitent certains lieux qu’ils jugent trop risqués et finalement refusent notre demande. "Je ne veux pas être médiatisé. Demandez au grand Rabbin de Belgique. Il a l’habitude" nous disent-ils. Le grand rabbin, c’est Albert Guigui. En 2001, il s’est fait agressé à Anderlecht et aujourd’hui, il fait partie de ceux qui ne portent plus la kippa . Dans un premier temps il accepte de modifier ses habitudes pour les besoins de notre reportage, mais revient ensuite sur sa décision. Il nous explique que le service de sécurité de la communauté juive, lui a dit de ne pas le faire. 

Alors nous commençons à nous poser des questions. Nous décidons pourtant de ne pas abandonner et nous contactons d’autres personnes parmi lesquelles l’un de nos confrères de Radio Judaïca, plusieurs représentants de la communauté juive ou encore un épicier Kasher. Eux-mêmes se mettent à chercher pour nous. Au total, nous passons des dizaines de coup de fils et finissons par tourner en rond. " J’ai entendu dire que vous cherchiez cela, on m’en a parlé " nous affirme l’un d’eux. 

Et puis un jour, nos démarches finissent par payer. Un homme accepte. Il nous explique qu’il est régulièrement victime d’insultes. "Vous ne portez jamais plainte?" lui demandons-nous. "Et vous, vous portez plainte lorsque vous vous faites siffler dans la rue?" nous répond-il. Nous décidons de nous recontacter deux jours plus tard pour fixer un rendez-vous mais il ne décrochera jamais son téléphone…

D'accord, mais seulement sous escorte
Retour à la case départ. Nous abattons alors notre dernière carte et contactons Joël Rubinfeld, le président de la ligue belge contre l’antisémitisme. Il ne porte pas la kippa mais il est d’accord de se prêter à l’expérience. Il ne le fera cependant qu’à une seule condition: il veut être escorté par un agent de sécurité, lui-même en contact avec les différentes zones de police. Un dispositif compliqué à mettre en place. (…)

Aujourd’hui, il est conseillé aux fidèles de ne pas porter la kippa en arrivant ou en quittant les synagogues. Pour vivre heureux, les juifs doivent-ils vivre cachés? Nous ne ferons jamais l’expérience… Et dans notre reportage, il n'y aura finalement pas de kippa. 
Lire l'article complet @ RTBF

jeudi 24 mai 2018

Sondage : pour 53% des Français, sionisme=complot juif


Europe 1/JDD:
Pour célébrer "70 ans d’amitié franco-israélienne", l’UEJF a commandé un sondage Ifop*, qui détaille la perception des Français vis-à-vis d’Israël et du sionisme. Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’institut, viendra commenter les résultats avant le dîner organisé lundi soir à la mairie du IIIe arrondissement de Paris. Alors que le local de l’UEJF a été vandalisé il y a un mois et demi, son président Sacha Ghozlan souhaitait "avoir une meilleure idée du lien des Français avec Israël, de leur compréhension de ce qu’est le sionisme".

Tout d’abord, les quelque mille personnes constituant l’échantillon représentatif savent-elles vraiment de quoi il est question? Le sionisme, indique le Petit Larousse, est un "mouvement dont l’objet fut la constitution en Palestine d’un Etat juif". "On a donné quelques éléments d’explication avant de poser les questions", assure Frédéric Dabi. Les réponses aux questions sur l'image que les Français ont du sionisme reflètent pourtant d'une certaine incompréhension, puisque 53% des interrogés estiment que "le sionisme est une organisation internationale qui vise à influencer le monde et la société au profit des juifs" "s'applique bien" à l'image qu'ils ont de cette idéologie politique.

Lire l'article complet

Analyse de l'enquête par J. Aleksandrowicz et M. Waintrater @ AKADEM

mercredi 23 mai 2018

Stefan Zweig prédisait la haine des Juifs même après la guerre (1940)


Il suffit de voir ce qui se passe en Europe de nos jours, pour comprendre combien Stefan Zweig était lucide.
"Nous aurons à souffrir pendant et après la guerre, écrit-il le 27 mai 1940, a) en tant qu'Allemands de naissance, b) en tant que Juifs de naissance.  Mais où aller pour fuir cette haine?  Partout elle nous guettera, partout elle nous traquera."
Stefan Zweig, l'ami blessé, de Dominique Bona, Plon, 1996, p. 297

mardi 22 mai 2018

Technologie de l’eau d’Israël, aubaine pour le Maroc


Via Israel Valley:
La technologie de l’eau d’Israël pourrait être une aubaine pour le Maroc car les réservoirs d’eau sont à sec. Rabat est ouvert à l’aide de l’État juif.

«Le gouvernement marocain est ouvert aux solutions, quel que soit le pays d’où elles proviennent», a déclaré Dr Clive Lipchin, chercheur israélien et directeur du Centre pour la gestion des eaux transfrontalières de l’Institut Arava pour les études environnementales.

«J’ai été invité en tant qu’Israélien à participer à une table ronde. Les représentants du gouvernement marocain qui m’ont rencontré m’ont dit qu’ils étaient heureux de considérer Israël comme un exemple», a déclaré Lipchin.

Les efforts marocains visant à économiser l’eau et à éviter l’apocalypse du «Jour Zéro» connaissent un certain succès, a permit de trouver un consensus sur le fait que la coopération avec nous est presque inévitable, a déclaré M. Lipchin.

Une véritable sécheresse, la croissance démographique et une mauvaise planification ont causé la crise au Maroc, a déclaré Clive Lipchin, qui a grandi en Afrique. La technologie israélienne peut être particulièrement utile au Maroc.

Israël est un modèle de ce que l’on peut faire de manière très efficace. Nous exploitons cinq des plus grandes usines de dessalement du monde et nous le faisons de manière très performante» a déclaré M. Lipchin.
Lire l'article complet @ Israel Valley

lundi 21 mai 2018

Céline Pina: "Cet antisémitisme rend la vie impossible aux Juifs"


Céline Pina, ancienne élue locale, essayiste et militante:
"Même pirouette face à la tribune des 300, pointant le développement d'un nouvel antisémitisme arabo-musulman. En charriant les pires préjugés et dans sa version radicale, cet antisémitisme rend la vie impossible aux Juifs; et aujourd'hui en France, on tue des Juifs parce qu'ils sont Juifs.

Le Monde a aussitôt publié une contre-tribune appelant à fondre ce diagnostic, même si les signataires ne le remettaient pas directement en cause, dans une lutte contre tous les extrémismes. En soi, on ne peut être que d'accord, sauf que ce type de posture, derrière un habillage faussement humaniste, dilue tellement le constat qu'il ne permet plus l'action. Démultiplier les cibles, c'est ne plus en viser une seule. Un peu comme ces professions de foi de congrès de partis qui appellent à l'avènement de la justice sociale, à la paix universelle et à la disparition de la faim dans le monde. Cela ne coûte rien de le dire, permet de se donner bonne conscience et de repousser la confrontation avec les problèmes réels aux calendes grecques. Étendre les responsabilités et multiplier les amalgames afin d'entretenir la confusion, c'est déjà se dégager de ses obligations.

À amalgamer, dans un contexte de violence terroriste, le catholicisme et l'islamisme, les élus de LREM opèrent un glissement dangereux et surtout injustifié."
Lire la tribune complète de Céline Pina («Même en latin, les catholiques ne prêchent pas l'appel au meurtre!») @ Figaro Vox

dimanche 20 mai 2018

Hervé Juvin: Trump et Israël ont raison de critiquer l'ONU


Hervé Juvin est un écrivain et essayiste français. Il est par ailleurs associé d'Eurogroup Consulting. Il vient de publier France, le moment politique. Manifeste écologique et anti-libéral:

"C'est bien d'en appeler au multilatéralisme, mais comment ne pas constater, avec Donald Trump ou Israël, les perversions d'un système onusien qui avait donné à un représentant de la Libye la présidence d'une commission sur les droits des femmes?"

Lire l'interview complète de Hervé Juvin par Eugénie Bastié (Le totalitarisme de l'individu est la plus grande menace qui pèse sur notre condition humaine) @ Le Figaro

A propos de l'ONU et sa condamnation systématique d'Israël et sa mansuétude envers les pays qui bafouent les droits de l'homme: Rituel annuel: 20 résolutions contre Israël, 3 pour le reste du monde et Hypocrysie à l'ONU: 5 résolutions contre Israël, seulement 2 contre la Syrie!

vendredi 18 mai 2018

Mort de Dieter Kunzelmann membre de l'extrême-gauche antisémite et terroriste allemande

Dieter Kunzelmann, antisémite et terroriste allemand, mort à Berlin le 14 mai 2018 à 79 ans, dans son lit, probablement "entouré de l'affection et de l'amour de ses proches", selon la formule consacrée... et apparemment avec la conscience tranquille et sans avoir regretté son passé violent.



David Koskas, Allemagne : l'extreme gauche pourrait être responsable d'actes antisémites @ Israël Infos
"Le parquet d'Allemagne envisage de rouvrir l'enquête autour de l'incendie terroriste du foyer israélite de Munich en 1970.

La police aurait découvert des "informations vitales" sur les coupables, révèle le magazine allemand Focus. Le 13 février 1970, 7 personnes âgées sont mortes dans l'incendie criminel du foyer israélite de Munich.

Les coupables n'ont jamais été retrouvés, malgré les moyens importants déployés par l'Allemagne: une équipe de 100 détectives a mené l'enquête et 100 000 deutschemarks ont été promis à quiconque donnerait une information conduisant à une arrestation.

Aujourd'hui, grâce aux progrès réalisés dans la recherche sur l'ADN, l'identité des coupables pourrait avoir été découverte après analyse approfondie du réservoir de carburant abandonné sur la scène du crime, indique le magazine.

Il ajoute qu'il existe des "preuves concrètes" que l'attaque a été menée non pas par des membres de l'extrême-droite ou par des Palestiniens comme on l'a crû à l'époque, mais par des activistes de l'extrême-gauche allemande.  
Pour accompagner cette information, Focus a interrogé un ancien membre de l'extrême-gauche, Aloise Aschenbrenner.  
"Ils étaient extrêmement radicaux. Ils ne parlaient que de l'ennemi israélien et voulaient constituer un véritable front contre lui", a-t-il expliqué.

Dieter Kunzelmann un célèbre activiste de l'extrême-gauche antisémite, pourrait être lié à l'incendie d'après le magazine.  Quelques mois avant le drame, à l'automne 1969, il se trouvait dans un camp d'entrainement palestinien en Jordanie, et quand il revint à Berlin en novembre, il fut impliqué dans un attentat raté contre un centre communautaire juif.
Martin Jander, Communiste, social révolutionnaire, antisémite? D’un usage détourné de la radicalité ouvrière par les mouvements terroristes d’extrême gauche allemands @ Quadern
"Suite à cet incident, des groupes se forment autour de Dieter Kunzelmann et de Fritz Teufel à Munich et à Berlin-Ouest. Ils se baptisent Tupamaros München (TM) et Tupamaros West-Berlin (TW) en référence aux guérilleros Tupamaros d’Uru­guay. Leurs premières actions sont des attentats et attaques dirigés contre des tribunaux, la police et des institutions et symboles américains. En octobre 1969, après cette première vague d’ac­tions, des membres du groupe autour de Dieter Kunzelmann se rendent dans un camp palestinien pour y recevoir un entraînement militaire.  
Le 9 novembre 1969 les Tupamaros West-Berlin (TW) tentent de faire exploser une bombe au centre communautaire juif de Berlin-Ouest. Si la bombe placée par Albert Fichter dans un distributeur de boissons avait explosé, elle aurait probablement fait 200 morts et blessés. Mais en raison d’un disfonctionnement technique, l’engin, heureusement, n’explose pas. Quelques mois plus tard, le 13 février 1970, un incendie d’origine criminelle ravage le centre de la communauté religieuse israélite de Munich. Sept survivants des camps y trouvent la mort. Ici encore, il semble acquis que des personnes issues du giron des Tupamaros München participent à l’action. Plus de 40 ans après l’attentat, le ministère public a rouvert l’instruction."
Sur son antisémitisme féroce, veuillez lire (en anglais), cet article de Dale Street intitulé 'Anti-Zionism’, Antisemitism, and the German New Left @ Workers' Liberty