dimanche 23 février 2020

Manès Sperber: "En terre chrétienne on s'apprêtait à massacrer les juifs sans penser au Crucifié"


Manès Sperber:
"Le nazisme a surpris les Juifs dans une situation où ils n'étaient ni enclins ni préparés à mourir pour Dieu. Ainsi, il se produisit pour la première fois en terre chrétienne qu'on s'apprêtait à massacrer les juifs sans penser au Crucifié. Et, pour la première fois, les juifs d'Europe durent mourir pour rien, au nom du rien. Nul enthousiasme nécrologique ne saurait balayer ce fait de la surface du globe, guérir la conscience malheureuse qui reflète sans cesse ce fait, et rien ne pourra jamais changer cela."
Churban ou l'Inconcevable Certitude (Churban oder Die unfaßbare Gewißheit (1979))

Cité par Imre Kertész dans L'Holocauste comme culture.  Kertész ajoute:
"Profonde vérité de ces paroles. Mais, durant les trente ans qui ont passé depuis la parution de l'essai de Sperber, il semble que l'autre face de cette vérité ait commencé à apparaître peu à peu."

vendredi 14 février 2020

La France dépenserait beaucoup moins que la Grande-Bretagne pour la sécurité de la communauté juive


"Les fonds publics versés à la communauté juive ne totalisent que 3,7 millions de dollars par an - «environ un cinquième de ce que les Juifs britanniques reçoivent de leur gouvernement, bien que la population juive de France soit à peu près le double de celle de la Grande-Bretagne»."

Judith Miller via City Journal:
Anti-Semitism, toujours - A new report highlights the dangers confronted by French Jews.

The most dangerous place to be a Jew in Europe today is France—that’s the conclusion of an as-yet unpublished, two-year report on anti-Semitism in 11 European countries, conducted by former NYPD commissioner Raymond W. Kelly for Ronald S. Lauder, the former U.S. Ambassador to Austria.

Lauder, president of the World Jewish Congress, has donated heavily to efforts combatting anti-Semitism in Europe and the United States. He asked Kelly, New York’s longest-serving police commissioner, to assess the growth of the anti-Semitism sweeping Europe and suggest practical ways to strengthen the security of Jewish communities and institutions.

Though the resurgence of anti-Semitism in Europe has been widely noted and condemned, Kelly’s report concludes that the threat to France’s 450,000 Jews—the world’s third-largest community, after Israel and the U.S.—is the most “acute.” Attacks and threats against French Jews surged 74 percent from 2017 to 2018, the report finds, and preliminary data for the first half of 2019 indicate “further intensification,” with another 75 percent increase last year. Moreover, the official estimates of some 500 attacks and anti-Semitic acts per year are “notoriously under reported,” according to the study, which contends that “no responsible individuals or even government representatives place much credence in these numbers.”  
Kelly and two additional investigators, David Cohen and Mitchell D. Silber, both former senior NYPD counterterrorism officials, blame the French government for failing to respond to the almost-constant violence against and harassment of French Jews. Government funds to the Jewish community total just $3.7 million a year—“about one-fifth of what British Jews receive from their government, though France’s Jewish population is roughly double that of Britain.” […]

While the report doesn’t urge Jews to emigrate, it suggests a bleak future for those who remain, given the projected population growth among French Muslims. The French Muslim population now stands at some 6 million, and a recent Pew study projects a 50 percent increase in their numbers by 2050, even with no additional immigration. […]

Overall, however, the report seems pessimistic. “Radical Islam is universally seen in France as a physical threat,” Kelly and his team conclude. “And this more violence-prone anti-Semitism is certain to worsen.”
read more


jeudi 13 février 2020

"Si j’étais juif, je partirais vers des cieux plus cléments" (Nicolas De Pape)


"Mais que souhaitent les Européens? Faudra-t-il, pour rendre l'Islam soluble dans l'Europe, que le Vieux Continent se désenjuive? Les Juifs seraient-ils le seul obstacle au grand accouplement islamo-européen? La réponse à cette question est imminente. Car, que dit-on lorsqu'un Juif est agressé par un Arabe? "Cela ne sert pas la cause arabo-musulmane." Il n'y a plus guère de question juive. Les Juifs n'intéressent plus personne sauf dans la mesure où ils interfèrent sur la question arabo-musulmane, laquelle est en Europe le grand enjeu de ce XXIe siècle." (Nicolas De Pape, "Sur la nouvelle question juive", Texquis, 2020, p.p. 86-87).  
Drieu Godefridi - entretien avec Nicolas De Pape, auteur de "Sur la nouvelle question juive" @ Causeur:
Causeur. Votre titre m’a interpellé. En quoi cette “question” est-elle actuelle ? Y a-t-il vraiment une “question juive” qui se pose, en 2020, en Europe ? 
Nicolas De Pape. Mon essai s’inscrit dans la filiation de Jean-Paul Sartre dont les Réflexions sur la Question juive avaient fait grand bruit à l’époque. Son argument principal était le suivant: "Ce sont les chrétiens qui ont créé le juif en provoquant un arrêt brusque de son assimilation et en le pourvoyant malgré lui d’une fonction où il a, depuis, excellé. Mais de ce souvenir les sociétés modernes se sont emparées, elles en ont fait le prétexte et la base de leur antisémitisme. Ainsi, si l’on veut savoir ce qu’est le juif contemporain, c’est la conscience chrétienne qu’il faut interroger: il faut lui demander non pas « qu’est-ce qu’un juif?" mais "qu’as-tu fait des juifs?" Le juif est un homme que les autres hommes tiennent pour juif: voilà la vérité simple d’où il faut partir."

Au 21e siècle, qu’avons-nous fait des Juifs? Avec l’arrivée massive d’une immigration musulmane en Europe et l’importation du conflit israélo-palestinien et la mise en place d’une société multiculturelle qui considère que l’Islam est la religion de l’opprimé, quelle est la place résiduaire des Juifs en Europe? Les Juifs ne sont plus que les "anciens opprimés" dans l’inconscient collectif européen. La paupérisation a reculé parmi les communautés juives assimilées à la "bourgeoisie". Face aux avancées de l’islamisme et de l’islamogauchisme, quelques intellectuels juifs ont été les premiers lanceurs d’alerte posant la question de la pérennité d’une Europe laïque, séculière. Mais ils se sont posés immédiatement la question de la place des Juifs dans cette Europe-là. Les Juifs sont-ils devenus les empêcheurs de danser en rond d’une société multiethnique qui nie toute référence identitaire ou toute référence nationale? Gilles-William Goldnadel n’hésite pas à dire que "Hitler était blanc. Les Blancs doivent donc disparaître. Or les Juifs sont les super-blancs." Dans Soumission, Michel Houellebecq décrit une France qui s’apprête à voter pour un président de la République à la tête d’un parti "musulman modéré". Le héros, un professeur d’université, s’apprête à se convertir à l’Islam pour monter dans la hiérarchie. Sa petite amie du moment est une jeune Juive française qui s’apprête à faire son alya (montée en Israël) devant l’évolution politique délétère de la France. Houellebecq a vu juste, une nouvelle fois: y a-t-il encore une place pour les Juifs dans une Europe qui s’islamise ? […]

Les raisons électoralistes sont réelles. Des politiciens avouent en privé se sentir obligés de soutenir la cause palestinienne, d’inhiber leur dénonciation de la recrudescence de l’antisémitisme et de condamner Israël de manière "automatique" pour ne pas mécontenter leur électorat musulman (majoritaire en voix dans certaines villes de France ou de Belgique). 
Mais comme vous le supposez, il y a des motifs plus sombres. En pleine seconde Intifada, Françoise Giroud, elle-même de gauche, a immédiatement saisi la trahison des élites. […]

Pensez-vous que l’exil de la majorité des Juifs d’Europe peut encore être évité? L’Europe est-elle condamnée à se trouver "Judenfrei" — ou Judenrein — comme l’est devenue l’Afrique du Nord? 
C’est la thèse d’Alain Finkielkraut. Le départ, quasi tous les Juifs y pensent sauf quelques juifs antisionistes pratiquant la haine de soi… Déjà, les plus riches fuient aux Etats-Unis, les "moyennement riches" en Israël, les autres déménagent vers des municipalités plus "jew-friendly". Les plus pauvres demeurent dans les cités "sensibles" et rasent les murs. […] 
Le constat est terrible mais, à la lumière de nombreux attentats ou fait-divers récents, un Juif reconnaissable ou observant n’est plus en sécurité en Europe ! Le scandale est que… personne ne trouve que c’est un scandale.

Il y a tout juste 75 ans était libéré le camp d’Auschwitz, probablement l’un des pires lieux de l’abomination dont l’homme est capable. 75 ans plus tard, l’Europe se vide à nouveau de ses Juifs. Ma question en conclusion : l’Europe mérite-t-elle ses Juifs? 
Non. Si j’étais juif, je partirais vers des cieux plus cléments. Après avoir accueilli 1,5 million de Syriens essentiellement pour combler des pénuries de main-d’œuvre, l’Allemagne constate qu’une part substantielle d’entre eux est antisémite. Heiko Maas, ministre allemand des Affaires étrangères, s’inquiétant de la résurgence de l’antisémitisme dans son pays constate dans Der Spiegel (26 janvier 2020): "Nous devons prendre des mesures d’urgence pour éviter un départ massif des Juifs d’Allemagne." Peut-être fallait-il y penser plus tôt?
Lire l'article complet @ Causeur

mercredi 12 février 2020

Peter Hitchens traite Arafat d'"affreux vieil homme antisémite"


Peter Hitchens est l'un des journalistes britanniques les plus influents.  Dans une chronique parue dans le Mail on Sunday, Peter Hitchens écrit que Yasser Arafat était un "affreux vieil homme antisémite" qui a dit qu'il s'en foutait des Juifs car ils sont et resteront toujours des Juifs.  De son vivant, Arafat était généralement encensé dans la presse européenne.  Hitchens nous propose une appréciation opposée à la norme en vigueur.

Pointless 'peace plans' that fuel violence

Whatever happened to Middle East peace? Some sort of deal between Israel and the local Arabs was, for decades, the vital goal of diplomacy.

US presidents were obliged to try to achieve it. Both sides were repeatedly dragged to summits where they were forced to shake hands and smile at each other while clenching their teeth.

I was once present at one of these horrible staged occasions, on the White House lawn in September 1993, when a smiling Bill Clinton compelled Israel’s Yitzhak Rabin and that awful old antisemite Yasser Arafat (who once said ‘I have no use for Jews. They are and remain Jews’) to pretend to be friends.

That particular episode ended with the murder of Yitzhak Rabin by an ultra-Zionist fanatic and with a renewed wave of organised Arab violence on the West Bank of the Jordan.

In fact, this has been the outcome of almost all such efforts: more division, more violence, more barriers, more checkpoints.
lire l'article complet




mercredi 5 février 2020

Affaire Mila: les élèves juifs fuyaient déjà l'enseignement public


Yves Mamou: Mila n’est pas la première victime du djihad scolaire - Les élèves juifs fuyaient déjà l'enseignement public (extraits):
L’affaire Mila est un épisode clé du démantèlement – qui a commencé par les juifs -, du seul vivre ensemble qui compte, le vivre-ensemble-républicain.

Rappelons-nous: Bernard Ravet, ce proviseur d’un lycée de Marseille avait raconté en 2017 qu’il avait dû refuser l’inscription d’un élève juif parce qu’il était incapable d’assurer sa sécurité(1). Les mêmes racailles antisémites qui ont chassé les élèves juifs des écoles publiques dans de nombreux départements, chassent maintenant les non juifs qui ne respectent pas le Coran.

L’épuration ethnique menée contre les élèves juifs évolue en épuration politico-religieuse. Seuls les dhimmis qui baissent les yeux devant le Coran seront-ils admis dans certains lycées publics?

(1) Principal de collège ou imam de la république? de Bernard Ravet, Kero
Lire l'article complet @ Causeur


mardi 4 février 2020

Dessins antisémites: la Ville de Strasbourg retire son prix au Portugais Gargalo


Par contre au Portugal, pas la moindre réaction…

DNA:
La Ville de Strasbourg et l’hebdomadaire Courrier international ont «fermement» condamné les dessins antisémites du dessinateur portugais Vasco Gargalo, qui avait reçu le prix du public de «Plumes libres pour la démocratie», lors du Forum mondial de la démocratie, en novembre dernier à Strasbourg. La Ville et l’hebdomadaire indiquent qu’ils « viennent de découvrir » ces dessins, «et notamment celui caricaturant Benyamin Netanyahou "enterrant" les Palestiniens dans un four crématoire, surmonté de la sinistre inscription d’Auschwitz "Arbeit macht frei"». 
Ils condamnent un «amalgame odieux consistant à utiliser la représentation de la Shoah pour illustrer la politique du gouvernement israélien ». « Il va sans dire que si [nous avions] eu connaissance [de ces] productions antisémites, aucun de ces dessins n’aurait fait l’objet d’une publication ou d’une participation à un prix », souligne le communiqué commun. En conséquence, par fidélité «aux valeurs des droits de l’homme et de la démocratie», la Ville de Strasbourg et Courrier International « considèrent aujourd’hui que Vasco Gargalo ne mérite plus de se prévaloir d’un Prix qui promeut ces mêmes valeurs, qu’il a transgressées».
Lire l'article complet




Via le B'nai B'rith

lundi 3 février 2020

Un média français a décerné un prix à un dessinateur portugais auteur de caricatures antisémites


On notera que les dessins antisémites de Vasco Gargalo ne choquent pas le moins du monde au Portugal.  Heureusement qu'en France et ailleurs en Europe et aux Etats-Unis ils choquent.

Tout comme la caricature d'un autre Portugais, António Moreira Antunes, qui a dépeint "Trump est représenté comme un homme aveugle, mais Netanyahou est représenté comme un animal, un chien, et même de race allemande" n'a pas non plus choqué le moins du monde au Portugal.

i24News:
"Aberration, provocation, infamie", a réagi vendredi le président de l'association Bnai Brith France

Le dessinateur portugais Vasco Gargalo, auteur de dessins antisémites et participant à des concours de caricatures en Iran a reçu en novembre 2019 un prix intitulé "Plumes libres pour la démocratie" de la part de "Courrier international".

"La cérémonie de remise des prix Plumes libres pour la démocratie s’est tenue le 5 novembre au cinéma Odyssée, à Strasbourg, dans le cadre du off du Forum mondial de la démocratie," indique un communiqué en ligne du journal.

Fin janvier, le lauréat avait publié sur son compte Twitter une caricature de Benyamin Netanyahou en train d'"enterrer les Palestiniens" dans un four crématoire.

"Aberration, provocation, infamie", a réagi vendredi le président de l'association Bnai Brith France, Phillipe Meyer.

Le dessinateur est coutumier de caricatures antisémites qu'il publie régulièrement sur son compte Twitter.

Lire l'article complet