vendredi 29 avril 2016

UK: Une députée veut déporter les Juifs israéliens mais surtout pas vers l'Europe


Il s'agit d'une proposition de déportation émanant d'une députée musulmane.  Fine observatrice, Naz Shah ne veut pas que les Juifs soient déportés vers l'Europe, mais bien loin vers l'Amérique car, selon elle, "les Israéliens sont particulièrement aimés des Américains".  Ce qui est, en effet, de moins en moins le cas en Europe.

JForum/The Telegraph (extraits):

Une députée travailliste est mise à l’index pour ses sentiments vivement anti-israéliens après qu’elle ait exprimé son soutien à une proposition visant à délocaliser l’Etat d’Israël sur le territoire américain, affirmant que ce serait la solution au conflit israélo-palestinien.
Naz Shah, députée représentant Bradford West, a posté ce message sur le réseau social Facebook en 2014, avant de devenir député".
Les bonnes raisons sont :
  • Les Israéliens sont particulièrement aimés des Américains
  • Les américains vont accueillir les israéliens de bon coeur dans leurs maisons
  • les Etats-Unis ont de la place pour faire d’Israël leur 51ème état
  • Israël pourra avoir un son Etat Juif bien entouré d’Etats voisins amis
  • L’Amérique n’aura plus à dépenser 3 milliards de dollars d’impôts américains pour la défense d’Israël
  • les Palestiniens récupèreront leur terre et leur vie
  • le Moyen-orient sera à nouveau un havre de paix sans ingérence étrangère
  • le prix du pétrole chutera, ainsi que l’inflation et le monde entier sera content
La députée labour est également une admiratrice du Hamas:


Et voici un de ses chers amis, Mohammad Shabbir, révélé par Guido Fawkes.

Elle a aussi comparé les Juifs israéliens à Hitler.

Et en vraie savante elle a comparé le sionisme à Al Qaida...  Décidément, toute dévouée à son obsession, elle n'en rate pas une!

Pour en savoir plus sur cette affaire:
Naz Shah’s vision for the Middle East
 

jeudi 28 avril 2016

Kerry: Les Etats-Unis apportent une aide discrète aux Juifs européens en proie à la haine


C'est désolant...

Arutz Sheva:

Bruxelles
Anti-Semitism is on the rise again, said Secretary of State John Kerry, and the US is reaching out to Jewish communities across Europe suffering from harassment and hate crimes.

Speaking on Tuesday at the James A. Baker III Institute for Public Policy at Rice University in Houston, Kerry addressed the issue of religious freedom worldwide, focusing on the plight of religious minorities around the globe. In the course of his address, Kerry discussed the surge in anti-Semitism worldwide, emphasizing America’s commitment to stamping out all forms of bigotry.  [...]

Kerry noted that the rise of anti-Semitism was particularly prominent in Europe, and discussed the efforts of US Special Envoy to Monitor and Combat Anti-Semitism, Ira Forman, in Jewish communities suffering from regular harassment.

“[I]n Europe and elsewhere, anti-Semitism is again on the rise, as evidenced by a significant increase in hate crimes – many of them violent – and also frequent incidents of intimidation and examples of anti-Semitic graffiti and verbal abuse.”

“Ira Forman, America’s special envoy, who I mentioned earlier, has quietly reached out to a number of embattled Jewish communities. In one city in northern Europe, he met with the sole remaining rabbi – everybody else had been chased out – a man so frequently harassed by local immigrant youths that he feared to make the short trip home – from his home to the synagogue. In other urban centers, Ira has worked with our embassies to alert local authorities to the need of upgrading security at Jewish facilities.”

Lire l'intégralité de l'article.

mardi 26 avril 2016

La France a apporté sa voix à la résolution révisionniste de l'Unesco et cautionne la radicalité la plus abjecte (GWG)


Gilles-William Goldnadel @ Figaro Vox (extrait):

Elle court la soumission. Elle passe couramment par l'occultation de l'information. C'est ainsi que l'Unesco s'est soumise subrepticement, une nouvelle fois, aux firmans des vizirs. En octobre 2015 l'organisation culturelle condamnée à devenir inculte avait déjà décrété que le tombeau des patriarches et la tombe de Rachel faisaient «partie intégrante de la Palestine».

Mais on avait encore rien vu: l'Algérie, l'Égypte, le Liban, le Maroc, Oman, le Qatar et le Soudan -temples de la culture et de la civilisation apaisée- viennent de voter le 18 avril une motion dont l'épithète «infâme» relève de l'euphémisme galvaudé.

Cette résolution insensée fait du Mur des lamentations à Jérusalem, un monument exclusivement musulman, alors qu'il est l'épicentre matériel, historique et national de la foi juive. Chacun sait, sauf désormais l'organisation culturelle des Nations unies , que le Mur a été bâti au plus tard au premier siècle avant l'ère chrétienne par Hérode le Grand. L'islam est apparu en l'an 622 après J.-C...

Cette résolution est donc un crime historique contre la connaissance historique.

Pour le même et vil prix, les nations islamiques ont obtenu que soit consigné dans la résolution, le mythe de la
construction par les juifs perfides de fausses tombes dans les cimetières musulmans de Jérusalem… Ce qu'a fait l'État islamique avec ses mains à Palmyre et ailleurs, l'Unesco l'a fait d'un trait de plume. Mais les vrais scandales habitent ailleurs. Le premier, c'est que la France a apporté sa voix à la résolution révisionniste. Et le second, c'est qu'il n'y a aucun scandale, mais indifférence soumise.

La tartufferie tourne à la farce: voilà un gouvernement qui, par la bouche de son premier ministre explique que la détestation pathologique d'Israël est la source sulfureuse de l'antisémitisme criminel en France et qui, de sa main gauche, cautionne la radicalité la plus abjecte. J'imagine déjà certains qui me lisent se dirent que c'est parce que je présiderais France Israël, que j'y puiserais là ma propre indignation. [1]

Ils ont parfaitement raison. Une telle résolution signe d'un nouveau méchant signe l'abandon de l'État juif. Et cela, effectivement, m'indigne. Mais pas uniquement pour cette bonne raison.

Car dans France-Israël, il y aussi France. Nos diplomates cyniques et faibles s'imaginent sans doute qu'en apportant leur caution à l'étrange motion, ils ne font que céder, une nouvelle fois et à peu de frais, aux caprices d'Orient. Ils ne voient pas, ces aveugles acculturés, qu'ils soumettent l'histoire et la culture du monde à sa réécriture coranique. Regarder bien en face la soumission qui vient, devient la plus urgente des missions.

Lire l'intégralité de l'article.

[1] Cinq pays européens ont voté contre: l’Estonie, l’Allemagne, la Lituanie, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.  Les Etats-Unis ont également voté contre et 33 pays se sont abstenus. La France s'est distinguée en votant pour.

lundi 25 avril 2016

La France cautionne "l'annexion islamo-arabe symbolique du Mont du Temple"


Il convient de souligner le fait que, contrairement à la France, fidèle depuis soixante à sa politique arabe, cinq pays européens ont voté contre: l’Estonie, l’Allemagne, la Lituanie, les Pays-Bas et le Royaume-Uni - les Etats-Unis ont également voté contre et 33 pays se sont abstenus. Il n'est pas étonnant que tant de Juifs quittent la France.  La BBC diffusera demain un documentaire sur l'antisémitisme en France et les Juifs qui s'installent au Royaume-Uni: Never Again - Fear and Faith in Paris.

Pierre-André Taguieff @ Figaro Vox (extraits):

"L'annexion islamo-arabe symbolique du Mont du Temple représente la dernière instrumentalisation palestinienne réussie de la question de Jérusalem. Le comité directeur de l'Unesco, réuni à Paris, a adopté le 12 avril 2016 une résolution proposée par l'Autorité Palestinienne stipulant qu'il n'y a aucun lien religieux entre le peuple juif et le Mont du Temple ainsi que le Mur occidental (le Mur des lamentations). La résolution se réfère au Mont du Temple comme à un site exclusivement musulman, connu sous le nom de «l'esplanade des Mosquées». Le texte, présenté conjointement par l'Algérie, l'Égypte, le Liban, le Maroc, le royaume d'Oman, le Qatar et le Soudan, accuse l'État juif de profaner la mosquée Al-Aqsa et de creuser de «fausses tombes juives» dans les cimetières musulmans de Jérusalem. Avec l'Espagne, la Slovénie, la Suède et la Russie, la France a voté en faveur de ce grossier texte de propagande. Il relance une accusation sloganique bien connue: celle de la «judaïsation» et de l'«israélisation» de Jérusalem, thème privilégié de la nouvelle propagande «antisioniste».

L'accusation était ainsi formulée le 31 mars 2016 par un journaliste militant de la «cause palestinienne», Mohamed Salmawy:

«Où en est l'Unesco des agressions sur le patrimoine architectural et religieux de la ville sainte de Jérusalem? La judaïsation et l'israélisation de tout ce qui est arabe et musulman ont commencé à susciter la colère de l'opinion publique mondiale de manière générale. D'ailleurs, nombreuses sont les déclarations qui ont été émises de parties connues pour leur alignement aveugle sur Israël, exprimant leur rejet des agressions israéliennes sur les lieux sacrés à Jérusalem, en plus du sanctuaire d'Abraham (le Caveau des patriarches).»

Le 21 octobre 2015, l'Unesco avait classé le Caveau des patriarches et la Tombe de Rachel, deux lieux saints juifs en Israël, comme des sites musulmans de l'État palestinien.

Cette rumeur persistante d'un complot juif pour détruire l'un des Lieux saints de l'islam explique la centralité et la récurrence de la question de Jérusalem dans le conflit politico-religieux opposant Juifs et Palestiniens musulmans. Elle présente l'avantage, pour la propagande palestinienne et ses variantes islamistes, de provoquer mécaniquement la sympathie et la solidarité de tous les musulmans, qu'ils soient sunnites ou chiites, et de les conduire à s'engager «sur le chemin du jihad» pour la défense d'Al-Aqsa. Les islamistes radicaux ont intégré depuis longtemps le thème d'accusation dans leur discours de propagande pour nourrir un antisionisme radical et démonologique puissamment mobilisateur. À la mobilisation des islamistes et des cercles de leurs sympathisants (des passifs aux complices) s'ajoute la mobilisation de divers milieux politiques, allant des gauches radicales à la plupart des groupes néofascistes ou néonazis, en faveur de la «cause palestinienne», sur la base d'une diabolisation du «sionisme» et d'Israël." 

Précision du Monde Juif:  "L’ancien président français Nicolas Sarkozy est à l’origine de l’admission en 2012 de la Palestine à l’UNESCO."

vendredi 22 avril 2016

Stéphane Mandelbaum - Coupé au montage (hommage de la RTBF)


"Mais avec un crayon en main c'était un génie."

La RTBF rend hommage au peintre Stéphane Mandelbaum (1961-1986, à 25 ans)
https://www.rtbf.be/auvio/detail_stephane-mandelbaum-coupe-au-montage?id=2095148

Voici quelques-unes des oeuvres de Stéphane qui font notre bonheur depuis de nombreuses années.
Stéphane Mandelbaum, autoportrait (détail), 1984, Amsterdam

Salomon, 1981 (détail)




Pour en savoir plus sur Stéphane Mandelbaum:
Mandelbaum ou le rêve d'Auschwitz, Gilles Sebhan

jeudi 21 avril 2016

Un certain nombre de diplomates européens ont une hostilité très vive envers Israël (Hillel Neuer)

En couverture du magazine du week-end du 
Jerusalem Post, le Directeur exécutif 
de UN Watch, Hillel Neuer
JERUSALEM POST: Il est évident qu’Israël fait l’objet d’un traitement à part en ce qui concerne les condamnations et les résolutions à l’ONU. Quelle en est la raison?
 
HILLEL NEUER, DIRECTEUR EXECUTIF DE UN WATCH: l’assaut sur Israël à l’ONU est un fait depuis 1975, date à laquelle l’ONU a adopté la résolution “le sionisme est une forme de racisme”. Même si celle-ci fut abrogée, l’infrastructure des résolutions anti-Israël demeure intacte. Par exemple, il y a eu 20 résolutions contre Israël cette année à l’Assemblée Générale à New York, contre seulement 3 résolutions contre le reste du monde.

La campagne contre Israël a été lancée par les Etats arabes et islamiques fin 1960. Ensemble, ils représentent 56 votes, lesquels servent à briguer du soutien pour leurs causes: si vous votez pour eux, ils votent pour vous. La terreur a également fait avancer leur cause. Dans les années 70, alors que les Palestiniens procédaient à des détournements, des gouvernements comme celui de la Suisse se sont présentés à l’OLP et ont conclu un accord: la Suisse soutiendrait les Palestiniens à l’ONU à Genève à condition que l’OLP arrête le terrorisme. Et il en fut ainsi. [...]

Je suis devenue la personne la plus haïe aux Nations Unies. Lorsque j’arrive au Conseil des Droits de l’Homme, je sens des regards haineux et hostiles se poser sur moi. Je le vois dans leurs yeux, et cela vient des dictatures, des Etats arabes, et de d’autres encore, parfois même des démocraties. Donc lorsque j’arrive au Conseil des Droits de l’Homme, je sens la haine autour de moi. Et ce n’est pas facile, vraiment pas facile.

Finalement c’est un organe politique, ce n’est pas un organe tel que la plupart des Européens se l’imaginent. Lorsqu’ils entendent l’expression «Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies», et lorsqu’ils lisent le titre « Le Conseil des Droits de l’Homme a déclaré », la plupart des Européens entendent «Et le Seigneur dit à Moïse sur le Mont Sinaï». Ils entendent un évangile.

Ceux qui sont assis autour de la table au Conseil des Droits de l’Homme ne sont pas Socrate, Platon, ou Aristote. Plutôt il s’agit de Kadhafi, Castro, et du régime saoudien. Les Européens ne réalisent pas ceci, ils ne veulent pas le savoir. Ils rêvent de très jolies choses mais cela n’est plus depuis peut-être 5 décennies.

Au fil de mes rencontres avec des diplomates européens, pas tous, mais un certain nombre, j’ai eu le sentiment d’une hostilité très vive envers Israël. Israël est devenu le Juif parmi les nations et je le ressens au travers de mes rencontres avec certains délégués occidentaux, les Européens en particulier, pas tous, mais certains. [...]

mercredi 20 avril 2016

Ecole bruxelloise: Les attentats "C’est la faute aux Juifs, à Israël, faut tous les buter! Allahou Akbar!"


Source: RTBF - Un adolescent juif obligé de quitter son école à Uccle après des insultes antisémites (extraits):

"Reste que dans l’école, les informations circulent. Ça parle dans les couloirs. Samuel devient donc "le Juif" d’Uccle 2. "Des remarques ou des brimades, il en recevait au moins deux à trois fois par semaine. On lui disait par exemple : 'Si t’es pour Israël, on te casse la gueule !'", raconte sa maman, qui voit son fils devenir de plus en plus fragile.  "Je sens qu’il ne va pas bien. Je lui demande alors de prendre son mal en patience, que ça passera, que je le changerai d’école à la rentrée… Il a peu de soutien ceci étant, si ce n’est un enseignant."

Le 22 mars, Bruxelles est frappée par de terribles attentats. Hélène part donc rechercher son fils. "Devant l’école, des groupes de jeunes de dernière ou avant-dernière année se formaient. Et ce que j’entendais me faisait peur: 'C’est la faute aux Juifs, à Israël, faut tous les buter ! Allahou Akbar !'


Lire l'article complet