mercredi 4 décembre 2019

Ewa Jasiewicz qui a vandalisé le ghetto de Varsovie fait campagne pour le parti Travailliste

Antisemitism.UK
A woman who was roundly condemned for vandalising the Warsaw Ghetto to advance her political opinions about Israel is now campaigning for the Labour Party. 
Activist Ewa Jasiewicz sprayed political “Free Gaza and Palestine” on the walls of the Warsaw Ghetto in 2010, the largest and most well-known of the ghettos designated by the Nazis in German-controlled territory, from which hundreds of thousands of Jews were sent to death camps or killed by shooting and another hundred thousand died of starvation and courageous revolt. Essentially a mass grave, the Warsaw Ghetto serves as a salient symbol of the Holocaust for all and evokes sensitivity and strong emotion on the part of Jews in particular.
Lire l'article complet

lundi 2 décembre 2019

Pays-Bas: Caricature antisémite/conspirationniste dans un grand journal


The Times of Israel:
Un grand quotidien hollandais a publié une caricature dont des critiques disent qu’elle renforce des clichés antisémites. Le dessin suggère que le Premier ministre Benjamin Netanyahu attaque le parti Travailliste britannique sur l’antisémitisme pour détourner l’attention des accusations de corruption qui pèsent contre lui.  
Dans la caricature publiée jeudi dans De Volkskrant, Netanyahu est représenté en train de porter une pierre appelée «accusations d’antisémitisme» dans une main et en train de lire une inculpation pour corruption dans l’autre. […]

Dans le dessin, Corbyn dit: «Que celui qui est sans péché jette la première pierre», une phrase attribuée à Jésus dans le Nouveau Testament.

Netanyahu a rarement mentionné Corbyn en public et ne s’est pas exprimé ouvertement contre l’antisémitisme chez les Travaillistes. En 2018, Netanyahu a condamné Corbyn pour avoir déposé une couronne de fleurs sur les tombes de terroristes palestiniens.
Lire l'article complet

Déjà en 2012:
Le journal néerlandais De Volkskrant a publié aujourd’hui une caricature de Jos Collignon dans laquelle le juif éternel transmet de l’argent à Wilders.

Dans la caricature, Jos Collignon a dessiné Wilders remerciant en hébreu une main mystérieuse qui lui transfère une immense quantité d’argent par un paravent. Dans un coin, Brinkman explique la traduction néerlandaise de l’hébreu: «Je vous remercie et il n’y a rien à craindre». Nous voyons comment Wilders, au regard exprimant la colère, fait passer l’argent dans sa poche.

Cette caricature rappelle les caricatures envenimées de haine des juifs qui sont publiées dans des journaux au Moyen-Orient, des caricatures dans lesquelles ‘le juif’ est décrit comme une créature presque invisible qui cache son véritable caractère, mais qui, derrière les coulisses, est occupé à manigancer afin d’obtenir de l’argent et du pouvoir. C’est «le juif éternel» que nous connaissons du film nazi «Le Juif Eternel». Le caractère est en fait très ancien, pensez donc à Shylock, le caractère de Shakespeare, un usurier – un juif qui demande de la chair humaine en paiement.

dimanche 1 décembre 2019

Antisémitisme: Alost retire son carnaval de la liste du patrimoine immatériel de l'Unesco


La Libre:
Le bourgmestre d'Alost Christoph D'Haese (N-VA) a lui-même retiré le carnaval alostois de la liste du patrimoine immatériel de l'humanité de l'Unesco, a-t-il annoncé dimanche à TV Oost Nieuws et VTM NEWS. La ville a pris cette décision car elle s'attend au retrait de cette reconnaissance mi-décembre, à cause d'un char accusé de véhiculer des clichés antisémites. […]

Alost est donc convaincu que son carnaval sera exclu de la liste du patrimoine immatériel de l'humanité mais ne veut pas être censuré, explique Christoph D'Haese. "Les habitants d'Alost ont subi des reproches grotesques", ajoute-t-il dans un communiqué de presse transmis à TV Oost Nieuws. "Nous ne sommes ni antisémites ni racistes. Tous ceux qui soutiennent cela sont de mauvaise foi. Alost restera toujours la capitale de la moquerie et de la satire." La ville a donc décidé de retirer elle-même son carnaval de la liste de l'Unesco. (Belga)

Contexte:
Le carnaval d’Alost, une sale blague belge qui continue à faire rire

article de Jewpop - Le carnaval d’Alost, une sale blague belge

"[…] un char au doux fumet antisémite, figurant cette fois-ci des personnages sculptés aux nez proéminents, coiffés encore une fois de Shtreimels, et aux papillotes parfaitement nattées. Il va sans dire que l’ensemble était décoré de "machines à sous", de souris et autres dollars, histoire de bien souligner aux spectateurs du défilé la vraie nature de ces personnages, le tout accompagné d’une chanson assortie de référence à la… Palestine."

Humour au féminin…

Malgré le scandale provoqué par le char carnavalesque (UNESCO, Union Européenne, CCOJB, CCLJ, CRIF etc), "la sale blague belge" continue de faire rire.  C'est le cas d'Evelien Gossye qui a gardé un très bon souvenir du défilé auquel elle a participé grimée en Juif et qui s'en réjouit sur son mur FB:


Madame Gossye porte un médaillon (ci-dessous) autour du cou qui évoque le juif roi de la cupidité.  Le roi juif porte sur son chapeau un diamant en guise de couronne.  Autour de lui rien que de l'or, de l'argent, des diamants.  Le Juif tient dans sa main droite un gros diamant en forme de cornet de frites.  Tout ça est tellement rigolo.  Détail piquant, Madame est une amie d'Els Keytsman, la directrice d'UNIA.



Peut-on rire de tout? Mais non.
"En 2005, des participants du carnaval d’Alost grimés en terroristes islamistes avaient provoqué des protestations de la Ligue arabe, qui avait alors envoyé une lettre à ses 22 ambassadeurs afin qu’ils interviennent auprès du gouvernement belge pour que cela ne se reproduise plus. Le ministre belge de l’intégration, Marino Keulen, se fendit alors d’une lettre d’excuses… Depuis, ni chars ni costumes caricaturant des musulmans n’ont parcouru la ville lors de l’événement, qui réunit régulièrement près de 80 000 personnes. Le contexte des attentats islamistes qui ont frappé l’Europe et la Belgique a sans doute calmé les ardeurs des participants du carnaval sur cette thématique explosive." (Jewpop)

samedi 30 novembre 2019

Des ONG belges demandent à Axa de "cesser d'investir dans l'apartheid israélien"


Par ailleurs, on notera ceci: "Des armes belges sont vendues à l’Arabie saoudite et sont utilisées par ce pays dans la guerre meurtrière qu’il mène au Yémen alors que le gouvernement wallon l’a toujours démenti affirmant qu'il ne livrait qu'à la Garde nationale saoudienne. Par ailleurs certaines armes belges sont aussi tombées aux main des rebelles chiites houthis."

Trends Le Vif:
"Vingt organisations de la société civile belge demandent vendredi au groupe d'assurances français Axa de "cesser d'investir dans l'apartheid israélien". Elles ont écrit une lettre au patron de la filiale belge pour lui demander de cesser d'investir dans un producteur d'armes israélien et dans cinq banques israéliennes. Des militants ont en outre organisé des actions de sensibilisation vendredi matin devant quatre agences d'Axa Insurance à travers le pays.

La Ligue des droits humains, intal, la Coordination Nationale pour la Paix et la Démocratie (CNAPD) et la Fédération Internationale pour les Droits Humains, entre autres, demandent à Jef Van In, CEO d'AXA Belgium, de cesser d'investir dans le producteur d'armes israélien Elbit Systems ainsi que dans cinq banques israéliennes.
Selon ces organisations, l'entreprise d'armement fournit la technologie pour le mur construit par Israël, qui a été déclaré illégal par la Cour internationale de Justice, rappellent-elles. La société produit aussi les drones utilisés pour bombarder la bande de Gaza et des bombes à sous-munitions, affirment-elles."
Lire l'article complet

La liste des ONG signataires fournie par intal:
Ligue des Droits Humains, FIDH – Fédération internationale pour les droits humains, FairFin, Bankwijzer, Communauté Palestinienne en Belgique, Een Andere Joodse Stem, CNAPD – Coordination Nationale d’Action pour la Paix et la Démocratie, Solsoc, écolo j, Agir Pour la Paix, Forum Nord Sud, Cairo Institute for Human Rights Studies, Présence et Action Culturelles, Amitiés Sans Frontières, Palestina Solidariteit, Vrede vzw, Vredesactie, Arab Women’s Solidarity Association-Belgium, ACOD Cultuur, Intal Globalize Solidarity
"Faute d’action de votre part, la Coalition pour mettre un terme à AXA Assistance à l’apartheid israélien, qui s’est maintenant étendue à la Belgique, lancera une campagne visant à sensibiliser le public belge au problème des investissements non éthiques d’AXA. Ce travail pourrait avoir un impact négatif sur la perception de la marque AXA et entraîner la perte de clients tant que AXA continuera à investir dans les crimes de guerre israéliens perpétrés contre des Palestinien.ne.s."
On notera l'absence de l'Association Belgo-Palestinienne Wallonie-Bruxelles, présidée par le socialiste Pierre Galand, la plus ancienne ONG anti-Israël du monde…

mercredi 27 novembre 2019

Des Juifs belges accusent Israël de "racisme institutionnalisé" (MàJ)


Finalement, le Centre Communautaire Laïc Juif David Susskind (CCLJ) de Bruxelles a changé l'intitulé et la description de son apéro (sic)/débat sur le "racisme institutionnalisé" en Israël (voir la capture d'écran ci-dessous et notre post du 26/10 également reproduit ci-après).  L'intitulé s'est métamorphosé en "Racisme ici et là-bas.  Le racisme institutionnalisé se fait de plus en plus visible en Israël. Principales communautés visées: les Marocains et les Falashas".  On constatera que le terme "institutionnalisé" a disparu, mais l'accusation demeure.  Le CCLJ profite de l'occasion pour faire, sans la moindre gêne, la promotion du blog www.entreleslignes.be - qui est celui du socialiste francophone et Israël-basher Pierre Galand et de sa femme également Israël-basheuse Gabrielle Lefèvre…  Pierre Galand préside depuis plus de 40 ans - un record mondial - l'Association Belgo-Palestinienne Wallonie-Bruxelles Israël et accuse Israël, entre autres crimes, de pratiquer l'apartheid et d'être un pays… raciste.

Philosémitisme (26 octobre):
Le Centre Communautaire Laïc Juif David Susskind (CCLJ) de Bruxelles organise un apéro (sic), facétieusement intitulé CAFÉ DU COMMERCE, LUFTGESCHEFT ET PLOTKES (sic), avec Yves (sic) pour "refaire le monde" et accuser Israël de pratiquer un "racisme institutionnalisé" dont les principales communautés visées sont "les Marocains" (sic) et les Falashas. Laissant entendre que d'autres communautés font également l'objet de "racisme" en Israël. Et c'est gratuit, gratis.  Il ne faut même pas payer.  Le CCLJ a récemment élu un nouveau dirigeant en la personne de l'ancien politique du PS, M. Isi Halberthal… Il semble que ces accusations n'aient pas suscité une quelconque réprobation de la part de la communauté juive belge francophone.
Un Apéro avec Yves: CAFÉ DU COMMERCE, LUFTGESCHEFT ET PLOTKES
Lundi 25 Novembre 2019 à 18:00
Racisme en Israël

GROUPE DE DISCUSSION "L'ACTU FACE AU DÉBAT":
Racisme en Israël
Le racisme institutionnalisé se fait de plus en plus visible en Israël. Principales communautés visées : les Marocains et les Falashas. Décodage.
En 90 minutes, on refait le monde!
Apéro-débat animé par Yves Kengen.
Un seul principe: l'écoute et le respect de l'autre. Entrée Libre!
Journaliste et musicien de rock, Yves Kengen a été pendant 9 ans Directeur de la Communication du CAL et rédacteur en chef du mensuel Espace de Libertés. Il poursuit une activité de journaliste d’investigation indépendant et publie des chroniques sur www.entreleslignes.be. Il participe régulièrement à l’émission Les Experts sur BX1.


On notera que le CCLJ organise également un débat sur Imre Kertész (1929-2016), écrivain hongrois, survivant des camps de concentration et lauréat du prix Nobel de littérature en 2002.  Or Imre Kertész avait averti:
"Je crois que les juifs d'Europe commettent une erreur suicidaire quand, sous prétexte de critiquer Israël, ils s'étouffent d'indignation avec les intellectuels et hauts fonctionnaires européens qui drapent le vieil antisémitisme dans un nouveau langage, et qui hier encore voulaient les exterminer; pourquoi donc auraient-ils changé leurs intentions? […]

J'en arrive à conclure que le juif d'Europe est effectivement un personnage nuisible qui déteste voir des armes de défense entre les mains de juifs et voir dans sa propre extermination l'unique solution à sa vie vécue avec une conscience abjecte et confuse. Il n'arrêtera pas tant qu'il n'aura pas atteint son but, tant qu'il n'aura pas été déporté dans un nouvel Auschwitz, battu, dépouillé, tant qu'il n'aura pas creusé sa propre tombe, etc.: tout cela l'étonnera à nouveau, comme autrefois." (10 août 2002)


Des soldats wallons ont participé au massacre de 6000 femmes juives


"... nous commençons par contacter les historiens belges, les plus pointus. Ceux qui ont le plus écrit sur la collaboration militaire sur le front de l’Est. Dans un premier temps, le message est toujours le même: "Tout laisse à penser, que les Wallons ont fait une guerre propre en Russie. Il n’y a aucun indice de crime de guerre ou contre l’humanité"."
"Comment des gens pouvaient être venus de si loin pour tuer, à l’autre bout du continent, des femmes juives innocentes? Il était clairement indiqué dans ces documents officiels que des Belges, des Wallons avaient bien participé au massacre."
Gérald Vandenberghe @ RTBF. Extraits:
Durant la deuxième guerre mondiale, des soldats wallons, engagés aux côtés des Allemands ont commis un crime contre l’humanité. Ils ont massacré plus de 6000 femmes juives, détenues dans le camp de Stuthof, en Pologne. Un dossier de la justice allemande prouve leur participation. […]

Le massacre de Palmnicken 
En janvier 1945, les Russes avancent. Et les Allemands comprennent qu’ils ont perdu la guerre. Il faut donc faire disparaître les traces de leurs crimes, et notamment vider les camps de concentration de leurs détenus. 
A Stuthof, en Pologne, 6000 femmes juives sont gardées par des soldats flamands. Ce ne sont pas des SS, mais des soldats de l’organisation Todt. C’est un service de génie civil chargé de bâtir aussi bien des routes que des bunkers ou des camps de concentration… Les chefs sont des Allemands, des SS. Les hommes viennent de différents pays: France, Russie, Belgique. Il y a plusieurs dizaines de gardes flamands. 
Mais ce que Frank Seberechts [un historien du Cegesoma, le centre d’étude des conflits, à Bruxelles, publie, début 2019, un ouvrage qui fait date. "Drang naar Oosten", la marche vers l’est, décrit par le détail les exactions commises par les collaborateurs flamands engagés dans l’armée allemande, sur le front de l’est. Il ne manque rien. Il évoque des massacres de civils, l’élimination de prisonniers de guerre ou encore la pendaison d’enfants soupçonnés d’être des résistants], nous précisera aussi lorsque nous le rencontrerons, "c’est qu’il y a aussi des francophones, venus de Wallonie mais aussi de Bruxelles. Il n’y a vraiment pas que des Flamands… "
Fin janvier, les gardiens du camp de concentration reçoivent l’ordre d’éliminer les 6000 femmes juives qui y sont détenues. Ils partent, à pied, vers la ville de Königsberg, une centaine de kilomètres plus loin. Il fait extrêmement froid, 20 degrés sous zéro et les détenues sont peu vêtues. Elles meurent tout au long de la route, à petit feu. Une fois arrivé à Königsberg, le convoi bifurque vers la côte, vers le village de Palmnicken. Il est connu pour ses mines d’ambre, et les chefs du convoi envisagent d’y enfermer les survivantes et de tout faire sauter. Arrivées sur place, les autorités locales s’y opposent. Les cadavres risquent de polluer la nappe phréatique. 
Les gardiens de ce sinistre convoi prennent donc une autre décision. Ils emmènent les détenues jusqu’à la plage. Et là ils les précipitent dans une mer froide, partiellement recouverte de glace. 
Selon Frank Seberechts, "ils les mitraillent, ils leur lancent des grenades. Certains ne tireront pas, mais d’autres, en revanche, décrivent le plaisir qu’ils ont éprouvé à exécuter ces femmes, dans leurs écrits d’après-guerre. Leur haine n’a pas de limite." […]
Au cours de la conversation, [le journaliste] Alexys Chabounine mentionne un document qui nous apparaît immédiatement crucial pour notre enquête. Il est parvenu à se procurer un dossier de 1600 pages, rédigé par la justice allemande dans les années 60. Les enquêteurs de l’époque ont minutieusement compilé les témoignages de villageois qui ont vu passer le convoi, mais aussi de survivantes du massacre. Des policiers sont allés les interroger en Israël, où elles se sont installées après la guerre. Et elles confirment bien la présence des tueurs wallons.
Les Belges du convoi 
"Selon ce qu’elles décrivent, explique le journaliste, il y avait une vingtaine d’officiers allemands mais aussi entre 120 et 150 gardiens étrangers, venus de pays occidentaux. Elles précisent que ceux qui ont tiré parlaient Allemand, russe, lituanien mais aussi français et flamand. Pour nous c’était une découverte incroyable. Comment des gens pouvaient être venus de si loin pour tuer, à l’autre bout du continent, des femmes juives innocentes? Il était clairement indiqué dans ces documents officiels que des Belges, des Wallons avaient bien participé au massacre ". 
Lire l'article complet



lundi 25 novembre 2019

L’Europe hurle avec les loups anti-israéliens - ignoble


L'Europe est devenue un continent qui hurle avec les loups sur la question d'Israël. Pendant des décennies, les sociétés européennes ont exclu, discriminé et traqué les citoyens juifs. Le fait que l'Europe participe aujourd’hui à l’exclusion de l’État juif sur la scène internationale n'en est donc que plus ignoble. (Clemens Wergin)

Source : Tribune de Genève / Die Welt (Europa heult mit den antiisraelischen Wölfen)  (via CICAD)
"Dans les années 80, Bob Dylan a sorti sa chanson «Neighborhood Bully» en soutien à Israël, le «trouble-fête» mal aimé de la politique internationale. Un pays qui est constamment la cible de vives critiques et doit assurer sa survie seul, «car il n'a pas vraiment d’alliés», comme le chantait le musicien américain.  
Les choses n'ont pas beaucoup changé depuis. Israël est toujours considéré comme un trouble-fête que beaucoup stigmatisent. Dernièrement, le pays s'est notamment retrouvé dans le collimateur de la Cour de justice de l'Union européenne. L'institution européenne a décidé d'imposer à Israël un traitement ne s'appliquant à aucun autre État. À l'avenir, tous les pays de l'Union européenne devront apposer la mention de leur territoire d’origine sur les denrées alimentaires israéliennes en provenance du plateau du Golan et de Cisjordanie et les étiqueter comme étant des produits issus des colonies israéliennes. Le tribunal a rendu un jugement rejoignant la position de la Commission européenne, qui avait déjà présenté une ligne directrice allant dans ce sens en 2015. 
Le fait que leur continent, qui connaît actuellement une recrudescence de l'antisémitisme, traite l'État juif comme un cas particulier ne semble poser aucun problème aux Européens.  
Mais comment a-t-on pu en arriver là ? Pour répondre à cette question, il faut se replonger dans les profondeurs de l'histoire de la politique étrangère européenne.  
Lorsque les Communautés européennes ont été fondées en 1957, il n'était pas question de politique étrangère, un élément de souveraineté jalousement gardé par les différents États membres. C'est au début des années 70 qu'ont eu lieu les premières timides tentatives d'harmonisation des positions en matière de politique étrangère. Mais c'est du Proche­Orient qu'est venue l'impulsion finale. Dans le cadre de la guerre du Kippour, en 1973 les pays arabes environnants ont organisé une attaque surprise mais Israël a réussi à gagner ce confit. Les Etats arabes producteurs de pétrole ont alors, organisé un boycott pétrolier contre les pays occidentaux pour les punir du soutien apporté à Israël. Mis sous pression, les Européens se sont empressés de trouver une position vis-à-vis du conflit israélo-palestinien qui soit en mesure de rassurer les Arabes. Ce moment a été déterminant pour la création d'une politique étrangère européenne commune. 
Mais d'un côté, il y avait les Allemands, qui affichaient une position plutôt pro-israélienne du fait de l’Holocauste, et de l'autre, les Français, qui avaient basculé dans le camp pro-arabe en 1967. C'est la genèse de cette position qui explique l'obsession des Européens pour le conflit israélo-palestinien. Parce que la zone est restée pendant plusieurs décennies la seule région du monde vis-à-vis de laquelle la Communauté européenne et ensuite l'UE disposaient d'une politique étrangère commune grâce à laquelle l'Europe a entrepris ses premières tentatives de rupture avec les États-Unis. Parce qu'ils soupçonnaient Washington d'afficher une attitude trop pro-israélienne, les Européens ont développé une position se voulant de plus en plus hostile à Israël - et de plus en plus fossilisée - au fil des années.  
Les formules creuses utilisées par l'Europe pour parler du conflit au Proche-Orient n'ont pas changé depuis des décennies. Et ils ne comptent pas les abandonner aussi facilement, même si la situation sur place a aujourd'hui bien changé et que le conflit israélo-palestinien n'est plus le principal problème de la région depuis longtemps, comme aiment encore à le prétendre beaucoup d'Européens.

Si l'on se penche sur la longue histoire de la politique européenne au Proche-Orient, on se rend compte qu'Israël est devenu la victime de la recherche identitaire de l'Europe en matière de politique étrangère. Comme le montre l'obligation d'étiquetage des produits en provenance des territoires occupés, l'UE pratique une politique du deux poids, deux mesures à l'encontre d'Israël, une politique qui ne s'applique à aucun autre pays connaissant une situation similaire.  
Il n'est donc pas étonnant que même au sein de l'ONU, les pays européens participent activement à la diabolisation de l'État juif. Ce qui, ces derniers jours, n'a pas empêché l'ambassadeur allemand des Nations Unies et ses collègues européens d'approuver - à sept reprises - les habituelles résolutions anti-israéliennes déposées par les États arabes et anti-occidentaux lors de l'Assemblée générale. Aucune de ces résolutions, ne fait mention de la pluie de missiles en provenance de Gaza qui s'abat actuellement sur Israël. Oui, il existe un antisémitisme dirigé contre Israël, on le reconnaît communément à ces trois D : diabolisation, délégitimation et deux poids, deux mesures à l'égard d'Israël. Au moins deux de ces critères s'appliquent à l'UE et à bon nombre de ses États membres: L'Europe est devenue un continent qui hurle avec les loups sur la question d'Israël. Pendant des décennies, les sociétés européennes ont exclu, discriminé et traqué les citoyens juifs. Le fait que l'Europe participe aujourd’hui à l’exclusion de l’État juif sur la scène internationale n'en est donc que plus ignoble."
Source : Tribune de Genève / Die Welt, 25 novembre 2019

Lire également: 1973: le retournement de l'Europe sous la pression des pays arabes producteurs de pétrole
"En définitive, cette crise a amené les Européens à franchir un pas, celui de la reconnaissance des droits des Palestiniens.

"A la fin de 1973 - témoigne Henri Simonet [(1931-1996), ministre des Affaires étrangères belge, Vice-President de la Commission européenne]- j'avais été le témoin humilié du retournement des ministres des Affaires étrangères de la Communauté qui, dans la panique provoquée par la menace de l'embargo pétrolier, s'étaient rués dans une attitude qui leur était pratiquement imposée par les pays arabes producteurs de pétrole et qui comportait, notamment, la reconnaissance des droits du peuple palestinien".[1]

Et d'ajouter: "J'avais ressenti le comportement dont la Communauté avait fait preuve en 1973, à l'exception des Pays-Bas, comme médiocre et même assez veule"."

[1] Henri Simonet, Je n'efface rien et je recommence, Dider Hatier, Paris, 1986 (p. 160)

Source: Romain Yakemtchouk, La politique étrangère de l'Union européenne, Paris, L'Harmattan, 2005 (p. 217)