jeudi 31 juillet 2014

Des Israéliens arabes-chrétiens soutiennent l'opération d'Israël à Gaza

Quel bel hommage que les chrétiens israéliens rendent à leur patrie qu'ils aiment tant.  Des juifs israéliens se sont joints à la manifestation qui dénonce le Hamas et l'atroce persécution que subissent les chrétiens dans le monde arabe.  Le monde arabe qui s'est déjà débarrassé de ses juifs.  Il est clair que celle-ci ne sera pas rapportée dans les médias français ou belges.

Par contre, des association juives belges de premier plan dénoncent l'opération d'Israël à Gaza et se déchaînent contre Alain Finkielkraut, Elie Wiesel, André Glucksmann, Obama...  Tout en gardant le silence sur la persécution des chrétiens dans le monde arabe.

Source.  Israeli-Arab Christians Protest Against Hamas - A group of Israeli-Arab Christians marched in Haifa last night against the persecution of Christian Arabs in the world, against radical Islamic organizations such as Hamas, and in favor of Israel’s military operation. TLV1′s Lissy Kaufmann was there.

Click here to listen to the 5-minute podcast.

Related Reading:

mercredi 30 juillet 2014

L’antisémitisme, c’est comme le cholestérol: il y a le «bon» et le «mauvais» (Jean-François Chemain)


Excellente analyse qui, pour une fois, va au-delà des reproches habituels, faciles et superficiels sur la responsabilité des médias et eux seuls dans la résurgence de l'antisémitisme.  Voir ce que Jean-François Chemain dit sur les enseignants qui "bouffent du Juif" et puis emmènent scrupuleusement leurs élèves à Auschwitz.

"Curieuse schizophrénie: certains enseignants – j’en connais - qui «bouffent du Juif» en salle des professeurs, emmènent scrupuleusement chaque année leurs élèves à Auschwitz, parce qu’il ne s’agit, évidemment, pas de la même chose! Comme si Israël n’avait pas été initialement fondé par des rescapés de la Shoah. Ils ne se posent pas la question: la droite est mauvaise, son antisémitisme est mauvais, la gauche est bonne, son antisémitisme est bon."

Tribune libre. Jean-François Chemain est professeur d'histoire en ZEP. A quarante ans, il quitte ses fonctions de consultant international et passe l'agrégation d'histoire. Il a publié Kiffe la France (éditions Via Romana) et Une autre histoire de la laïcité chez le même éditeur. Aujourd'hui il décrypte pour Valeurs actuelles les confusions qui existent entre l'antisémitisme et l'antisionisme.

L’antisémitisme, c’est comme le cholestérol: il y a le «bon» et le «mauvais». Chacun peut en effet constater que le discours antisémite est, aujourd’hui, complètement banalisé. Un grand quotidien du soir s’émouvait, pas plus tard qu’hier, de la cohabitation, au sein de la «Génération Gaza#», de «trentenaires n’ayant jamais manifesté», de «bobos muslims» et de «vieux antisémites». Touchant spectacle, en effet. Dans les dîners en ville, comme dans les salles des profs, on se lâche, ainsi qu’au bon vieux temps.

On nous ressert pourtant toujours, ad nauseam, des discours convenus sur «les heures les plus sombres de notre Histoire», l’époque de l’Occupation, de Pétain et de Xavier Vallat. Sans oublier, bien sûr, l’affaire Dreyfus… En quoi, diantre, l’antisémitisme de ces temps-là différait-il de celui du nôtre? J’interroge, naïvement, on me répond, doctement et un brin agacé: «il ne faut pas confondre antisémitisme et antisionisme!». Il y aurait donc de bonnes raisons de détester les Juifs, et de mauvaises? Que ne leur a-t-on pas reproché, aux Juifs! «Déicides» (les catholiques, jadis), «capitalistes» (l’extrême-gauche, au XIXe siècle), «apatrides» (l’extrême-droite, fin du XIXe siècle et début du XXe), «inférieurs et parasites» (les nazis), et maintenant «sionistes». Voltaire, notre icône nationale, leur attribuait tous les défauts, sauf un: «Pourquoi les Juifs n’auraient-ils pas été anthropophages? C’eût été la seule chose qui eût manqué au peuple de Dieu pour être le plus abominable peuple de la terre» (Dictionnaire philosophique, article «anthropophagie»).

Conflict in Gaza: asymmetries and proportionalities, par Laurie Blank

"News reports of civilians killed or wounded in the course of combat in Gaza tell us of tragedy and loss. They tell us of the horrors of urban warfare and the challenges of fighting against a terrorist group bent on using the civilian population as a shield for its operatives, rocket launchers and weapons caches. They tell us that we must be more vigilant in condemning and holding accountable those who exploit civilians for tactical and strategic advantage. They tell us that commanders launching attacks must fulfill all obligations to minimize civilian harm and be held accountable when they do not. But numbers of casualties alone do not provide answers about proportionality or legality — you need both law and all the facts, not just numbers, to do that."

@ The Hillis a top US political website, read by the White House and more lawmakers than any other site -- vital for policy, politics and election campaigns. Laurie R. Blank is clinical professor of law and director of the International Humanitarian Law Clinic at the Emory University School of Law.

The conflict in Gaza is replete with asymmetries: the number of civilian casualties on either side, the amount of destruction, the types of weapons used and technological capabilities of the Israel Defense Forces (IDF) and Hamas, or the resources poured into shelter and defense of civilians from attacks.

But asymmetric is not synonymous with disproportionate. When we talk of asymmetries, we compare facts to measure the effects or capabilities of the two sides — the IDF has precision-guided munitions whereas Hamas has rockets that cannot be aimed with any discrimination or precision; hundreds of Palestinian civilians and militants have died while a few Israeli civilians and 40-plus Israeli soldiers have died.

Proportionality, however, is a legal term with a specific legal meaning. It is one of a set of fundamental legal obligations that helps to minimize suffering during wartime. The principle of proportionality forbids attacks in which the expected civilian casualties from the attack will be excessive in relation to the anticipated military advantage gained.

Any analysis of proportionality during conflict thus rests on several key concepts. First, proportionality applies to attacks on lawful military targets that pose a risk of incidental civilian harm. The principle of proportionality seeks to enhance protections for civilians — beyond the prohibition on deliberate attacks on civilians — by minimizing the incidental harm that is an unfortunate but inevitable result of military action.

Second, the principle of proportionality accepts that not all civilian deaths during war are unlawful. The law recognizes the complexity and fluidity of the operational environment — including the location and movement of both enemy personnel and civilians, weather, terrain, capability of weapons and personnel, enemy tactics and conduct, for example — and seeks to minimize civilian harm while accepting that such harm cannot be eliminated altogether.

Newsweek se penche sur l'exode des Juifs d'Europe

"A quel moment les Juifs d'Amérique et les Juifs d'Israël diront-ils aux Juifs d''Europe qu'il serait temps de partir?", demande Jeffrey Goldberg, un journaliste juif américain de premier plan.   Il semble que le moment soit venu.

L'Amérique est tout simplement stupéfie de voir ce qui se passe en Europe.

Adam LeBor @ NewsweekExodus: Europe's Jews Are Fleeing Once Again

The mob howled for vengeance, the missiles raining down on the synagogue walls as the worshippers huddled inside. It was a scene from Europe in the 1930s – except this was eastern Paris on the evening of July 13th, 2014.

Thousands had gathered to demonstrate against the Israeli bombardment of Gaza. But the protest soon turned violent – and against Jews in general. One of those trapped told Israeli television that the streets outside were “like an intifada”, the Palestinian uprising against Israeli occupation.

Some of the trapped Jews fought their way out as the riot police dispersed the crowd. Manuel Valls, the French Prime Minister, condemned the attack in “the strongest possible terms”, while Joel Mergei, a community leader, said he was “profoundly shocked and revolted”. The words had no effect. Two weeks later, 400 protesters attacked a synagogue and Jewish-owned businesses in Sarcelles, in the north of Paris, shouting “Death to the Jews”. Posters had even advertised the raid in advance, like the pogroms of Tsarist Russia.


France has suffered the worst violence, but anti-Semitism is spiking across Europe, fuelled by the war in Gaza. In Britain, the Community Security Trust (CST) says there were around 100 anti-Semitic incidents in July, double the usual number. The CST has issued a security alert for Jewish institutions. In Berlin a crowd of anti-Israel protesters had to be prevented from attacking a synagogue. In Liege, Belgium, a café owner put up a sign saying dogs were welcome, but Jews were not allowed.

Yet for many French and European Jews, the violence comes as no surprise. Seventy years after the Holocaust, from Amiens to Athens, the world’s oldest hatred flourishes anew. For some, opposition to Israeli policies is now a justification for open hatred of Jews – even though many Jews are strongly opposed to Israel’s rightward lurch, and support the establishment of a Palestinian state.

mardi 29 juillet 2014

JCALL Belgique se déchaîne contre Alain Finkielkraut, Elie Wiesel, André Glucksmann, Obama

"Pis : toujours prompt à les interrompre en plein milieu du débat, ce névrosé du discours, à défaut de pensée, n'y fait preuve, le plus souvent, que d'une attitude frisant, lors de ses très gestuelles diatribes, l'hystérie. Gare aux postillons!" (Daniel S. Schiffer à propos d'Alain Finkielkraut)

Le CCLJ/JCALL, Belgique, a publié sur son site un texte de Daniel Salvatore Schiffer, qui se proclame à longueur d'articles "l'intellectuel juif (mais laïc et agnostique) que je suis" et "l'intellectuel juif mais laïc et agnostique qui me définit intrinsèquement" et "C'est un intellectuel juif épris des inaliénables valeurs de l'humanisme, prônant les principes universels de fraternité et de tolérance, qui vous le dit".  Ce même article avait été publié par Marianne mais retiré sans doute en raison de son contenu outrancier.  D'autre part, on se demande la raison qu'amène M. Schiffer à s'attaquer à certains intellectuels et pas à d'autres, alors même qu'il dénonce les "indignations sélectives" de certains intellectuels, il pratique donc lui-même l'"indignation" la plus sélective envers les personnes contre lesquelles il lance ses imprécations.  Il s'en prend également au président Obama.

L'article a été publié à divers endroits avec des titres différents: Conflit israélo-palestinien: les indignations sélectives des intellectuels juifs (Marianne, retiré), Lettre ouverte d'un intellectuel juif à ses pairs (Alain Finkielkraut, André Glucksmann, Bernard-Henri Lévy, Elie Wiesel) (son blog chez Media Part), Lettre ouverte d'un intellectuel juif à ses pairs* (CCLJ/JCALL), Israël-Palestine: face à ce conflit insupportable, je me sens couvert de honte. À ces pères et ces mères en larmes, toute ma compassion! (blog Nouvel Observateur).

Il est consternant que des organisations juives publient ce genre de pamphlet.  Il est tout aussi navrant de constater que 434 Belges ont recommandé cette diatribe et que la communauté juive ne réagisse pas.  Notons, par ailleurs que la phrase: "ce funeste paragraphe issu de la première charte de l'OLP (Organisation de la Libération de la Palestine), jadis créée, en 1964, par feu Yasser Arafat: article selon lequel «tout Juif devait être rejeté à la mer»!" a disparu de la version du CCLJ/JCALL.

Par ailleurs, sur son blog, Daniel Salvatore Schiffer s'en prend à nouveau à Alain Finkielkraut, avec le même style plouc et enragé: Alain Finkielkraut, Gaza et Le Figaro : un discours grotesque, inique et nauséabond.  On verra si le CCLJ/JCALL va le dénoncer ou le publier...

Modeste Schiffer affirme que c'est "sa tribune", tant apprécié par les Belges de JCALL, qui a poussé Le Figaro à interviewer A. Finkielkraut (sans oublier de rappeler "d'intellectuels juifs (dont je suis)": "Il est des interviews, au sein du paysage médiatique français, qui laissent pantois par leur évident manque de déontologie professionnelle, carence dont on ne sait si elle est due à une encore plus flagrante malhonnêteté intellectuelle ou à un étrange, pour ne pas dire pathologique, déni de la réalité. C'est le cas aujourd'hui, malheureusement pour ce journal, dans "Le Figaro", lequel vient de réaliser un "grand entretien" avec Alain Finkielkraut, en lui posant un certain nombre de questions, dans le seul but de le dédouaner de tout reproche, manifestement inspirées par la tribune que j'ai publiée tout récemment sur Le Plus."


Schiffer se déchaîne contre les hypocrites du Figaro: "Ainsi, en ne m'y citant jamais nommément (ce qui n'est pas bien grave en soi) et feignant donc d'ignorer les vérités que j'assène là, ces hypocrites ont en fait décidé de nier, aveugles et sourds, le calvaire des palestiniens à Gaza: chose bien plus condamnable tant sur le plan moral qu'humain! Ce genre de méthode, typique de la mauvaise foi la plus patente, a un nom, aussi choquant soit-il à entendre – le négationnisme – Israël niant le droit à l'existence des Palestiniens en tant que peuple libre, détenteur d'un État indépendant et souverain."  Extraits:

"Israël, État qui vit le jour au lendemain de ce crime unique dans les annales de l'(in)humanité que fut la Shoah, n'a-t-il donc rien appris, ou si peu, des immortelles leçons de son douloureux passé? Répondre à la barbarie par la barbarie n'est guère une solution ; cet engrenage ne fait qu'attiser la haine et exacerber ce conflit.

Un homme aux indignations sélectives

Ainsi donc, Alain Finkielkraut, je vous le redis, à vous qui êtes toujours prompt à fustiger les crimes partout dans le monde à la notoire et irrationnelle exception de ceux perpétrés par Israël, avec une même conviction :

- faites donc preuve ici d'honnêteté intellectuelle, de courage moral, de noblesse d'âme et de lucidité;
- élevez-vous au-dessus des partis, prenez de la hauteur et condamnez le crime, même lorsqu'il provient de votre famille;
Vous en sortirez grandis, et le monde vous en saura gré. Car votre mutisme, plus encore que vos indignations sélectives et à géométrie variable, vous déshonore.

C'est un intellectuel juif épris des inaliénables valeurs de l'humanisme, prônant les principes universels de fraternité et de tolérance, qui vous le dit : votre position, dogmatique et manichéenne, s'avère effectivement une "défaite de la pensée" pour reprendre, ici encore, le titre de l'un de vos propres livres."

Visiblement Schiffer n'a pas digéré le fait qu'Alain Finkielkraut, penseur à courte vue et "névrosé du discours", ait été élu à la "sacro-sainte" Académie française (et pas lui???): Finkielkraut élu à l'Académie française : une tragédie pour la culture.  C'est donc ce grand penseur que le CCLJ/JCALL a décidé d'honorer en le publiant.

Le marketing géopolitique du Hamas, par le philosophe brésilien Luiz Felipe Pondé

Source: SIL @ Extrême Centre

Le philosophe conservateur brésilien, Luiz Felipe Pondé, dans sa chronique hebdomadaire pour le Folha de S.Paulo, déclare deux choses à savoir:

- Que le Hamas, faute de réussir sa politique des «Juifs à la mer» , dans le cadre de son opération de marketing géopolitique, souhaite qu’un maximum de Palestiniens meurent, afin de faire croire aux «philosophes de vin et fromage» occidentaux et à notre «gauche de boutique» qu’Israël est le mal et le Hamas un «délicieux gâteau de coco» (j’adore les expressions brésiliennes)…

- Que pour comprendre Israël, il faut regarder vers le 19e siècle et lire le philosophe Isaiah Berlin, qui décrivait Israël comme un anachronisme contemporain, puisque refusant le marketing géopolitique, et fondé sur les idéaux de l’intelligentsia libérale russe du 19e siècle : liberté, égalité, justice, science, démocratie… [1]

[1] Article de 1953 intitulé The Origins of Israel publié dans The Power of Ideas, Princeton University Press, 2000.

lundi 28 juillet 2014

Pour Israël le sang des Juifs européens vaut cher, mais pour l'Europe?

Encore des avertissements, encore des condamnations, mais la vérité est que les gouvernements européens ne peuvent rien faire contre l'antisémitisme à part justement le condamner avec les résultats que l'on voit.  C'est tristement ironique d'entendre le représentant français à la conférence dire que la politique de la France implique “la tolérance zéro envers des manifestations d'antisémitisme” et que "toute attaque contre un Juif est une attaque contre toute la France".  Si c'est ça la tolérance zéro (par exemple en ce qui concerne Dieudonné) on peut se demander ce que représenterait une politique de non-tolérance zéro! 

Manifestation pro-Hamas à Paris
Algemeiner

In a blunt warning to a visiting group of European diplomats over a looming jihadi threat, a former deputy Shin Bet chief on Monday said “if you do not stand by our side, the day when Islamic terror will reach your homes, your beds and your kindergartens will come soon.”

Speaking with Danish, Swedish and Dutch ambassadors to Israel, as well as officials from the embassies of Britain, Belgium, Italy, Hungary, Austria and Germany, Knesset Member Israel Hasson (Kadima), pointed out that “NATO bombed 5,000 civilians in Kosovo just because it was insulted; 27,000 Iraqi civilians were bombed during the American invasion because they posed a danger to the US; there is not a country in the world that can talk to us about morality.”

Hasson, speaking at an “urgent meeting” of the Knesset Immigration, Absorption and Diaspora Affairs Committee on the situation of Jewish communities in Europe, warned that “If European countries fail to protect their Jews, the State of Israel will. Jewish blood is not cheap blood.” [...]