mardi 17 juillet 2018

La France est le pays d’Europe le plus dangereux pour les Juifs


Manfred Gerstenfeld (adaptation par Marc Brzustowski) @ JForum:
Les relations entre la France et Israël sont restées ambivalentes et complexes depuis des décennies. Les attitudes qui prédominent nettement sont celles où le gouvernement français s’évertue à ternir la réputation d’Israël. Le Président Emmanuel Macron est, de toute évidence, un nouveau style de Français. Il a obtenu la Présidence sans avoir gravi les échelons d’un parti politique existant. C’est un homme politique suave, intelligent, ayant un excellent niveau d’enseignement et une bonne maîtrise des relations publiques. Cependant, l’analyse doit se concentrer sur les faits, et non sur l’emballage. Les réactions françaises à la récente vague de violences à la frontière de Gaza peuvent constituer un bon point de départ. Quand le Premier Ministre Binyamin Netanyahu a rencontré Macron à Paris, en avril, le Président français lui a dit que la déménagement de l’Ambassade américaine à Jérusalem “débouche sur le fait que des gens meurent et ne fait pas progresser la paix
Avec une telle déclaration manipulatoire, Macron affirmait, de façon limpide, ses compétences dans la déformation grave de la vérité, en très peu de mots pour le dire. Ce qui provoque la violence, c’est l’initiative de l’organisation terroriste Hamas consistant à envoyer des civils à la frontière et de mélanger parmi eux des terroristes. Parmi les plus de 115 Gazaouites tués par Israël, plus de 93 ont été identifiés comme des terroristes connus ou ayant des liens avec des activités terroristes. Le Hamas lui-même a confirmé que nombreux, parmi ceux qui ont été tués, étaient des membres actifs de sa faction. 
La France a aussi soutenu une résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU qui appelle à des mesures de protection pour les Palestiniens, mais ne faisait aucune mention du Hamas qui les expose à la mort. Le Ministre-adjoint israélien Michaël Oren a synthétisé sa réponse en un tweet: “Honte à la France de soutenir une telle résolution. Le gouvernement français ne peut pas, en même temps, dire qu’il s’élève contre l’antisémitisme et voter pour une résolution antisémite”. L’Ambassadrice française Hélène Le Gal a accusé Oren de ne pas même avoir lu la résolution et d’insulter la France. […]
Les réactions et inclinations françaises envers la violence à Gaza ont des racines profondes à travers l’histoire. En 2008, David Pryce-Jones a publié son livre Betrayal : France, the Arabs and the Jews, “Trahison : La France, les Arabes et les Juifs”. Il a eu accès aux archives du Ministère français des affaires étrangères, plus connu sous le nom de Quai d’Orsay. On peut ainsi résumer sa conclusion: la France, à travers toute l’histoire moderne, a provoqué plus de dégâts au Moyen-Orient que n’importe quel autre pays. […] 
La France est devenue le pays d’Europe le plus dangereux pour les Juifs. C’est principalement dû aux vastes mouvements d’immigration passée venant des pays musulmans, où le pourcentage d’antisémites fait partie des plus élevés au monde. Parmi les quinze Juifs tués pour raisons idéologiques en Europe – dont les auteurs, tous Musulmans, sont connus – douze ont été assassinés en France au cours de six attentats différents. 
Les deux attaques de masse de la part de Musulmans violents contre des synagogues, dans l’Union Européenne, ont toutes deux été perpétrées en France, à Paris et Sarcelles. Bien d’autres crimes ayant des mobiles antisémites ont été commis par des membres de la communauté musulmane. [Le djihadiste français Mehdi Nemmouche est accusé d'avoir tué quatre personnes en 2014 au Musée juif de Bruxelles. Son complice présumé, Nacer Bendrer, est un marseillais.]
En conséquence, les dirigeants de la communauté juive n’ont pas de plan directeur pour l’avenir de leur communauté. En termes absolus, mais aussi en niveaux de pourcentage, la France est le pays européen qui atteint les chiffres les plus importants en matière de Juifs émigrant au cours de ce siècle. 
Le fait de devoir fréquemment exposer les tentatives françaises hypocrites et incessantes de ternir la réputation d’Israël et l’emploi par la France de normes à deux vitesses n’est pas prêt de s’arrêter, mais les dénoncer peut les rendre moins avantageuses pour leurs auteurs.
Lire l'article complet @ J Forum

dimanche 15 juillet 2018

Provocation anti-Israël de l’ambassadrice Hélène Le Gall: “Israël doit protéger sa frontière mais sans tuer”


Desinfos:
L’ambassadrice de la France en Israël, Hélène Le Gall, a vivement critiqué samedi les règles de tir de l’armée israélienne face aux émeutiers terroristes du Hamas.

“Il y a aussi de violentes manifestations en France et personne n’a été tué”, a déclaré le diplomate dans un entretien accordé au journal israélien Maariv, en réponse à une question sur les émeutes organisées par le Hamas à la frontière avec Israël.

“Israël doit protéger sa frontière mais sans tuer”, a-t-elle ajouté.

Le directeur de la publication du Monde Juif Info, Yohann Taïeb, a rappelé à l’ambassadrice que le 26 octobre 2014, Rémi Fraisse, un botaniste de 21 ans, avait été tué par les forces de police françaises lors de violents affrontements sur le site du chantier de Sivens.

vendredi 13 juillet 2018

Allemagne: Un professeur israélien attaqué par un Palestinien et frappé par un policier


Times of Israel:
Un professeur de philosophie israélien qui vit aux Etats-Unis s’est fait agresser mercredi en Allemagne par un homme d’origine palestinienne, qui a fait tomber sa kippa de sa tête et qui lui a crié qu’il ne devrait pas y avoir de Juifs en Allemagne.

L’Israélien s’est défendu mais il a été alors frappé au visage par la police, qui a cru qu’il était à l’origine de cette altercation. La cheffe locale des forces de l’ordre a ensuite présenté ses excuses. (…)

Selon des informations parues dans les médias allemands, l’agresseur a fait tomber la kippa de l’homme à plusieurs reprises, il l’a frappé à l’épaule et il l’a bousculé. 
Il a également crié: "Pas de Juifs en Allemagne" à l’Israélien qui se défendait.

Le compagnon de l’Israélien a appelé la police mais lorsque les agents sont arrivés, l’agresseur a fui, l’Israélien à sa poursuite. 
La police a tout d’abord cru que l’Israélien était l’agresseur et lorsque ce dernier ne s’est pas exécuté lorsqu’il lui a été demandé de s’arrêter, les agents ont tenté de l’immobiliser, ce qui a mené à une bousculade durant laquelle il a été frappé au visage et maintenu au sol. 
Lire l'article complet

jeudi 12 juillet 2018

Céline Pina évoque l'affaire d'un imam toulousain appelant au meurtre des juifs


Céline Pina, ancienne élue locale, essayiste et militante::
"Vous ne connaissez sans doute pas Mohamed Tataï, imam de la grande mosquée de Toulouse pour qui l'appel au meurtre des juifs au nom de l'Islam fait partie intégrante du respect des commandements divins. Pour ces faits, il est aujourd'hui au cœur d'une affaire qui illustre non seulement l'incapacité de l'État à réagir face aux manipulations des islamistes, mais témoigne de la dangereuse tentation de laisser des communautés auto-instituées juger leurs ressortissants comme s'ils vivaient sous d'autres lois que les nôtres, y compris sur le sol de France. Alors que violences antisémites et provocations islamistes ne connaissent guère de bornes (assassinat de Sarah Halimi, meurtre de Mireille Knoll, déménagements massifs des Français de confession juive de l'Est vers l'Ouest parisien, les cris de «mort aux juifs» devenant un passage obligé de toute manifestation pro-palestinienne, Médine programmé au Bataclan venant s'essuyer les pieds dans le sang des victimes de l'idéologie qu'il défend…), c'est à Dalil Boubakeur, recteur de la mosquée de Paris, qu'a été confiée la gestion de la crise et le seul ministre qui s'est exprimé sur l'histoire est le ministre algérien des affaires religieuses. Notre ministre de l'Intérieur, lui, se tait et ne remet pas en place l'ingérence étrangère. Cherchez l'erreur. (…)

L'affaire de l'imam de Toulouse est en train de montrer que oui. Alors que l'appel au meurtre des juifs, met en cause l'avenir de la République, comme le dit justement Sacha Ghozlan, président de l'Union des étudiants juifs de France, le silence du gouvernement peut être lu comme une façon de s'en laver les mains. D'ailleurs c'est effectivement ce qu'il a fait.

En confiant le soin à Dalil Boubakeur de juger en première instance des appels au meurtre envers les Français de confession juive, c'est notre protection en tant que citoyens qui nous est refusée à tous. "
Lire l'article complet @ Figaro Vox

Lire également:
Céline Pina: "Cet antisémitisme rend la vie impossible aux Juifs"

mercredi 11 juillet 2018

L’Institut Weizmann parmi les 10 meilleurs centres de recherche au monde (2015)


L’Institut de Science et Technologie de l’Université de Leiden aux Pays-Bas a publié son nouveau classement mondial des établissements de recherche scientifique pour la qualité de leurs travaux. Parmi les près de mille universités et centres de recherches testés dans le monde, l’Institut Weizmann de Rehovot arrive en 9e position! Lors du dernier classement, effectué en 2015, l’institut était classé 10e et le seul établissement non américain dans cette première dizaine. Il y a dix ans, l’Institut Weizmann était placé au 19e rang.

Dans ce dernier classement, l’Institut Weizmann est précédé dans l’ordre par: Rockfeller University, MIT, Princeton University, Stanford University, Harvard University, Berkeley University California, California Institute of Technology, toutes américaines, ainsi que la London School of Hygiene and Tropical Medicine.
Lire l'article complet @ LHP Info

mardi 10 juillet 2018

Un ministre belge suggère que les manuels scolaires israéliens diaboliseraient les Palestiniens

Alors que Londres va examiner les manuels scolaires palestiniens qui incitent à la haine et au jihad, en Belgique la situation est totalement différente…  Ces faits sont rapportés par Joods Actueel (version papier).

Michael Freilich est depuis plus d'une décennie le rédacteur en chef du magazine anversois Joods Actueel.

Dans un éditorial Michael Freilich rappelle qu'il est constamment confronté au traitement très partial du conflit israélo-palestinien en Belgique et qu'à chaque occurrence, incrédule, il se dit: "Ce n’est pas possible".

"Ce mois-ci, j'ai failli tomber de ma chaise quand j'ai lu que Vice-Premier Ministre et Ministre de la Coopération au développement, Alexander De Croo (Open VLD) accusait le système scolaire d'Israël de diaboliser les Palestiniens et d'inciter à la violence contre eux", écrit Freilich.

Si ce type de propagande anti-Israël émanait d'un parti comme Groen (les Verts flamands), cela ne l'aurait pas étonné. Mais le problème c'est que c'est un ministre d'un pays européen et membre du parti libéral flamand (Open VLD) qui relaye la propagande mensongère palestinienne.

Suite à l'annonce que le ministre De Croo allait verser une somme considérable à l'enseignement palestinien, Joods Actueel a voulu savoir la raison pour laquelle le ministre continuait à financer des manuels palestiniens qui incitent à la haine.

Le magazine fit donc parvenir au ministre un rapport avec de nombreux exemples d'appels à la violence et au martyre. Le cabinet De Croo a totalement ignoré les faits détaillés dans le rapport et, pire, a inversé les rôles.

Selon lui, depuis des années un 'lobby' [sic] surveille de près le contenu des manuels scolaires palestiniens sans y trouver quoi que ce soit de répréhensible. Si tel était néanmoins le cas, argumente-t-il, c'est que le système scolaire israélien fait de même.

Il y a quelques années, l'Autorité Palestinienne a essayé de démontrer qu'on incitait à la haine dans les écoles israéliennes. N'ayant trouvé aucune preuve, l'AP a changé de tactique et s'est concentrée sur des propos racistes exprimés sur les réseaux sociaux ou des forums obscurs. C'est clair que, comme partout ailleurs, on en trouve également en Israël.

Consulté à l’époque, le porte-parole du Premier ministre israélien, Mark Regev, avait déclaré: "On ne peut pas prendre cela au sérieux. Israël ne diabolise pas les Palestiniens. Israël n'apprend pas à ses jeunes à haïr les Palestiniens. Plutôt que de répondre aux demandes internationales visant à empêcher les appels haineux, il semble que certains au sein de l'AP se livrent à de petits jeux au lieu de s'attaquer à ce problème dans leur propre société."

Mais savez-vous ce qui est triste dans cette affaire? Cette fois la réponse ne s'adresse pas à l'Autorité palestinienne mais à un Vice-Premier Ministre belge qui est apparemment devenu le porte-parole de l'Autorité palestinienne. Ce n'est pas seulement triste, c'est regrettable!

Lire également Le ministre De Croo offre 11 millions de nos impôts aux terroristes et Kritiek op kabinet De Croo voor subsidiëring Palestijns ‘haatonderwijs’.


dimanche 8 juillet 2018

Islande: Que pensent les jeunes Islandais d'Israël? (vidéo)


Suite à une pétition appelant la télévision publique islandaise à boycotter le concours Eurovision 2019 en Israël, Rudy Rochman a interrogé plusieurs jeunes à Reykjavík sur leur opinion d'Israël.

Une jeune femme est très sceptique quant à la propagande anti-israélienne véhiculée par les médias européens.  Pour plusieurs jeunes, Israël est un pays criminel. Un certain Grapeth explique qu'il a appris que chanteuse Neta a participé au meurtre de masse d'enfants palestiniens.

D'autres s'étonnent que, malgré le fait que la Russie ne respecte pas les droits de l'homme, personne n'a levé la moindre protestation contre le Mondial qui se déroule en ce moment lieu dans le pays. Un jeune explique que basher Israël est une mode.


Vidéo en anglais (sous-titres en hébreu et anglais)

jeudi 5 juillet 2018

L'académicien belge Jean Bricmont toujours obsédé par le "lobby"


Source: Conspiracy Watch

Le saxophoniste britannique Gilad Atzmon a été contraint de présenter ses excuses au président de l’organisation britannique Campaign Against Antisemitism (CAA), Gideon Falter. En juillet 2017, Atzmon avait accusé Falter sur son site web de fabriquer des incidents antisémites pour en tirer profit personnellement et justifier les activités de la CAA : « Ils ont besoin de l’antisémitisme et de beaucoup d’antisémitisme. Quand il n’y en a pas, ils se contentent de l’inventer ». Dans une déclaration lue en audience publique (il n’était pas présent au tribunal), Atzmon a reconnu que ses allégations visant Falter étaient fausses et a accepté de lui verser des dommages-intérêts. Né en Israël, Atzmon est un proche de la mouvance négationniste. Ses écrits ont à plusieurs reprises été qualifiés d’antisémites. Auteur d’un ouvrage préfacé par le physicien belge Jean Bricmont, il s’est maintes fois illustré par ses prises de position complotistes, suggérant notamment que les attentats du 11-Septembre et ceux de janvier 2015 étaient des opérations sous faux drapeaux.
Le fameux "lobby" est l'une des grandes préoccupations du professeur Jean Bricmont. Ci-dessous vous trouverez quelques posts à ce sujet trouvés sur son Facebook qui en contient en abondance.  (Il convient de souligner que Jean Brimont est également membre de la prestigieuse Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique.  On imagine difficilement qu'en France ou qu'au Royaume-Uni on honore de la sorte un personnages obsédé par de telles idées - et qui s'en vante, sans qu'il y ait la moindre protestation.  Visiblement, le fameux "lobby" n'a nullement nuit à sa carrière académique (Université Catholique de Louvain) en Belgique francophone…)

Bonne fête d'indépendance à mes amis américains
Happy 4th of July to my American friends. You still have to free yourself from a few details: Wall Street, the military-industrial complex, the pro-Israel lobby, the lying media and almost the entire political class.
Celui qui explique ce silence des médias sans mentionner l'action et le terrorisme intellectuel du lobby qui n'existe pas gagne le 1er prix de la lutte contre l'antisémitisme.
Merci à Lina Kennouche pour me permettre de m'exprimer en dehors du "monde libre", vu que dans celui-ci c'est pratiquement impossible.
Réaction à ce post
Francine Jacquemin Censurée sur Facebook pendant 24 heures pour avoir dit que même la… ça commence par un S et ça fini par un H ... ne parvenait plus à faire oublier ce qui se passe en ... ça commence par un P et ça fini par un E ! Alors pour s'exprimer va falloir faire preuve d'ingéniosité !

Article de Marc Reisinger sur l'académicien belge Jean Bricmont: L’antisémitisme est-il soluble dans la raison?

Pour d'autres articles sur Bricmont, cliquer ICI.

mardi 3 juillet 2018

Erdogan, auteur d'une pièce de théâtre qui dénonce le "complot maçonno-communiste-Juif"


Alexandre del Valle, essayiste spécialisé en géopolitique:
"Je suis consterné de constater que ceux-là-mêmes qui qualifiaient de "turcophobes" ou d’ "islamophobes" les opposants à la Turquie dans l’Europe restaient totalement sourds aux avertissements des Turcs progressistes inquiets de l’agenda d’Erdogan: soufis, Alévis, nationalistes laïques-kémalistes, gauche progressiste, lesquels avertissaient l’Europe qu’Erdogan était historiquement un islamiste pur et dur issu du mouvement radical Milli Görüs, appuyé par les grandes confréries panislamistes nostalgiques du Califat ottoman (Suleymanci; Naqshbandiyya, etc), allié des Frères musulmans dont il fait le signe en public, un tyran national-islamiste qui n’a jamais renié son antisionisme teinté d’antisémitisme et son anti-occidentalisme. J’ai rappelé dans ces ouvrages qu’Erdogan est l’auteur dans les années 1990 d’une pièce de théâtre intitulée "Maskomya" qui dénonce le "complot maçonno-communiste-Juif" (MASsoun-KOMunist-YAhoudi).
Et tout le monde savait en Turquie qu’Erdogan a déclaré publiquement que la démocratie n’est "pas une fin mais un moyen"; qu’elle est "comme un tramway: une fois arrivé au terminus, on en descend"…" 
Lire l'article complet @ Causeur

lundi 2 juillet 2018

Xavier Raufer: Le terrorisme palestinien démarre après l’écrasement de l’armée égyptienne par Israël en 1967


Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II:
"Revenons à la question du terrorisme en général. Il s’agit d’une réaction à une sensation de désespoir. Le terrorisme palestinien démarre après l’écrasement de l’armée égyptienne par l’armée d’Israël en 1967 après la guerre des 6 jours. Pour les Palestiniens, le chevalier blanc Nasser viendrait les sauver et mettrait les Israéliens à la mer pour qu’ils puissent récupérer la Palestine.  
Cette guerre avait détruit tous ces espoirs. Il leur a fallu un an pour ne pas digérer cette défaite finale et terminale. Et les premiers détournements d’avions commencent en 1968 pour faire revenir le problème palestinien au premier plan de l’actualité pour montrer qu’ils sont toujours là, qu’ils réagissent et qu’ils se rebellent."
Source: Boulevard Voltaire

dimanche 1 juillet 2018

Le mur financé par l'Europe dont personne ne parle


L'Europe n'aime pas le mur qu'Israël a construit pour se défendre des attaques perpétrées par des terroristes palestiniens, mur que les Européens n'hésitent pas à qualifier de "mur d'apartheid"...  Un bel exemple de deux poids deux mesures.

I Am Awake et Spiegel:
The EU-funded wall that nobody wants to talk about

This is not Donald Trump’s desired border wall between the USA and Mexico, nor is it Hungarian prime minister Viktor Orbán’s fence which stops the flow of migrants into Europe – this is a 764 kilometer wall between Turkey and Syria, funded by none other than the European Union.

Turkey shares an 822 kilometer border with Syria, a country which has suffered bombardment from all angles since 2011, including several EU member states. The wall runs through the provinces of Sanliurfa, Gaziantep, Kilis, Hatay, Mardin and Sirnak and incorporates physical, electronic and advanced technology layers.

The physical layer includes modular concrete walls, patrol routes, manned and unmanned towers and passenger tracks.

While the EU and its loyal followers persistently preach that any form of borders are racist, many will be shocked to learn that the construction of this wall was largely funded by the 28-member state union.

According to DER SPIEGEL:
“The EU states have provided the government in Ankara with security and surveillance technology valued at more than 80 million euros in exchange for the protection of its borders.
Lire l'article complet @ I Am Awake

vendredi 29 juin 2018

Une mannequin belge pose nue devant le mur Occidental et pire...


Times of Israel (extrait):
"Une top-model belge a posé nue pour une photo sur une terrasse surplombant le mur Occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, suscitant la colère du rabbin et des administrateurs du lieu saint.  
Marisa Papen a publié la photo osée, sur son site samedi, avec d’autres clichés pris par son photographe Mathias Lambrecht, lors d’un récent séjour en Israël.

Dans cette photo, Papen est allongée sur une chaise en plastique sur une terrasse qui surplombe le mur Occidental et l’esplanade mitoyenne. L’angle de la photo supprime le Dôme du Rocher et le mont du Temple, une zone sacrée pour les Juifs et les Musulmans."

Le bloggeur Israelly Cool a posté une autre photo dans laquelle le judaïsme est moqué. En-dessous des fesses nues de Marisa Papen, entre les jambes, en contrebas, se trouve un homme, Jordan, également nu et avec les jambes écartées, qui lit la Torah à Marise et à son photographe Mathias Lambrecht.  Israelly Cool commente "Encore une fois, il est clair que ces "pionniers" n'osent pas prendre la photo d'un homme nu lisant le Coran".  

Par ailleurs, Marisa Papen se permet d'accuser les Israéliens d'avoir assassiné 60 Palestiniens à Gaza.  Les photos sont dédiés à leur mémoire.  Dave d'Israelly Cool rappelle que "la grande majorité des personnes tuées appartenaient au Hamas et au Jihad islamique."

Pour voir la photo en question et connaître le prix exorbitant des photos n'hésitez pas à aller sur le site Israelly Cool.

Les photos sont exposées à la galerie Frank Rose de Knokke, la station balnéaire la plus branchée de Belgique.

jeudi 28 juin 2018

Le Secrétaire général de l'ONU retire un tweet célébrant les cerfs-volants de Gaza...


Via Israelly Cool:
Le Secrétaire général des Nations Unies, le Portugais António Guterres, a twitté la photo d'un enfant palestinien (émotion garantie) et des cerfs-volants (jouets innocents) en arrière-plan.  On dirait que M. Guterres ne se soucie pas du fait que des cerfs-volants  et ballons incendiaires lancés depuis Gaza embrasent le sud d'Israël provoquant de grandes destructions et une catastrophe écologique.  
M. Guterres a fini par retirer la photo

Il aurait pu illustrer son propos avec un cerf-volant frappé de la croix gammée ou des cerfs-volants en feu…


Destruction

Lanceurs de cerfs-volants: « Ils ont osé bruler 30 ruches dans le Sud d’Israël»
Une réserve naturelle dévastée par les cerfs-volants incendiaires de Gaza
En Israël. Mini-hackathon pour lutter contre les cerfs-volants incendiaires
La réponse des enfants israéliens aux cerfs-volants incendiaires de Gaza
Les cerfs-volants incendiaires de Gaza enflamment la plaine israélienne - Des Palestiniens de Gaza préparent des cerfs-volants incendiaires pour les envoyer de l'autre côté de la frontière et incendier des fermes et champs israéliens. (vidéo)

mardi 26 juin 2018

La Belgique donne 11 millions d'euros à l'enseignement (à la haine?) palestinien


C'est ainsi que la Belgique et le reste de l'Europe dispensent généreusement l'argent des contribuables...

Le Peuple:
Alexander De Croo, ministre fédéral de la Coopération au développement, vient d’offrir 4 millions d’euros à l’agence de l’ONU chargée de l’aide humanitaire aux "réfugiés palestiniens" au Moyen Orient (UNWRA). Cela porte à 11 millions la participation belge à l’enseignement dispensé dans les écoles des Arabes dits palestiniens. Nous avons été regarder ce que l’on enseigne dans ces écoles. Djihad, terrorisme, haine : tous sont au programme.

Depuis que Donald Trump a asséché le flot de dollars faisant vivre l’UNWRA, cette dernière ne peut plus assumer les tâches assignées par l’ONU. Il est vrai qu’entretenir plus de 30.000 employés (source : unrwa.org/careers/working-unwra), cela réclame un sacré budget. On estime à 1,2 million le nombre de "réfugiés palestiniens": cela fait 1 employé de l’UNWRA pour 40 réfugiés – c’est plus confortable que certaines classes dans les écoles bruxelloises!

Question: pourquoi les pays "frères" des "réfugiés" (Arabie saoudite, Maroc, Algérie, etc) ne mettent-ils pas la main à la poche pour suppléer à la radinerie des vilains yankees? 
Dans le cadre de sa croisade "anti-Trump", Alexander De Croo, OpenVLD, parti frère du MR) a donc décidé que la vaillante petite Belgique allait donner des leçons humanitaires au géant américain et au monde entier (sauf les pays arabes, manifestement…).
Le discours officiel belge annonce que ces 11 millions permettront aux écoles «palestiniennes» de rouvrir leurs portes. Très bien, mais pour y enseigner quoi?
Alexandre De Croo ne pourra pas dire qu’il n’a pas été prévenu. Dès le 8 novembre 2013, La Libre exposait :  "Radicalisation généralisée, appel au martyre, promotion de la haine et du djihad… Les derniers manuels scolaires officiels palestiniens composent un tableau on ne peut plus noir. C’est du moins le portrait qu’en brosse l’institut de recherche israélien Impact-se, après avoir passé au crible les manuels publiés depuis l’an dernier par l’Autorité palestinienne. Ceux-ci concernent quelque 1,2 million d’élèves du primaire et du secondaire de tous les territoires palestiniens (Cisjordanie, bande de Gaza et Jérusalem-est)."
lire l'article complet @ Le Peuple

Lire également:

Education palestinienne à la violence: la photo qui a le mérite d'exister 
Helena Mota:
Chez les Palestiniens le statut de réfugié est éternel et transmissible

lundi 25 juin 2018

Günther Anders: 'L'ardente curiosité' des Allemands pour Kafka après 1950


Günther Anders (1902-1992) était un philosophe et essayiste allemand. Élève de Husserl et de Heidegger, contemporain et proche d’Adorno, de Jonas ou d’Hanna Arendt.
"Günther Anders s'interroge sur "l'ardente curiosité" que l'oeuvre de Kafka suscite après 1950 en Allemagne.  Il formule à ce propos une hypothèse originale:
Après les crimes démesurés du régime hitlérien, les coupables et leurs complices […] étaient probablement heureux qu'on leur fournisse une figure aux antipodes de qu'ils étaient. […] S'il [Kafka] est devenu célèbre, ce n'est pas essentiellement comme auteur, mais comme fournisseur d'une figure qui, bien que non coupable, a pourtant été punie."

Günther Anders, L’Homme sans monde: écrits sur l’art et la littérature, trad. Christophe David, Fario, 2015.

Cité par Jean-Michel Rey, Le Suicide de l'Allemagne, Sur le Moïse de Thomas Mann, Desclée de Brouwer, 2018, p. 242

Image d'Alexandre Saldanha da Gama.

vendredi 22 juin 2018

Koestler: La société anglaise en Palestine avait une préférence d'instinct pour le monde musulman


Alain Besançon est historien, membre de l'Institut et directeur d'études à l'EHESS:
"Koestler, dans son roman La Tour d'Ezra, a bien décrit comment la société anglaise en Palestine avait une préférence d'instinct pour le monde musulman, dont la beauté et, si l'on peut dire, l'accord avec le paysage et le génie des lieux étaient encore intacts, et un peu de répugnance esthétique pour les sionistes ashkénazes, suant dans leur vilains costumes européens et construisant des bâtiments d'un mauvais goût parfait.

Il y a eu de cela chez les officiers ou chez les missionnaires français en domaine maghrébin."
Trois tentations dans l'église, collection Tempus, Perrin, 1996,  p. 207.

A propos de cette très profonde sympathie des Européens envers le monde musulman, on remarquera que Marcelo Rebelo de Sousa, président du Portugal, a affirmé, à l'occasion de la cérémonie de célébration des 50 ans de la communauté musulmane dans le pays, que "l'islam est dans l'âme du Portugal".  Il a évoqué le grand poète Fernando Pessoa (1888-1935) qui déclarait que "l'âme arabe est le fond de l'âme portugaise". (Observador)

mercredi 20 juin 2018

François de Fontette (1975): "Israël se voit de plus en plus assigner le rôle qui était celui du Juif dans l'Europe de la première moitié du XXe siècle"


François de Fontette (1925-2010), historien français du droit:
(…) un texte stupéfiant a été voté par l'Assemblée générale de l'O.N.U. qui "considère que le sionisme est une forme de racisme et de discrimination raciale" (résolution n° 3379 du 10 novembre 1975) [*].  Le secrétaire général, M. Waldheim, devait aussitôt se déclarer "profondément conscient de la gravité de la situation", et ce vote soulevait dans le monde une profonde émotion.

Il semble, à tout le moins, que l'usage des mots ne corresponde plus à leur définition, même si l'opération politique ainsi menée n'avait eu pour but que d'isoler et de stigmatiser l'Etat d'Israël.  Il est, en effet, assez singulier de voir reprocher aux survivants ou aux descendants des victimes du plus grand holocauste de l'Histoire un comportement analogue à celui de leurs bourreaux.   
Considérer la politique de l'Etat d'Israël comme impérialiste ou nationaliste est une chose (dont on peut d'ailleurs discuter à propos de la politique de chaque Etat); c'en est une tout autre que de dire, par une sorte de paradoxe, que le mouvement sioniste qui a pris naissance lors de l'affaire Dreyfus, et qui devait s'amplifier en fonction du racisme antisémite, est lui-même un racisme…  
Un tel vote ne peut avoir pour résultat concret que d'aviver ou de réveiller chez chaque Juif de la diaspora la solidarité avec Israël, de durcir les positions de part et d'autre, et de retarder "une solution satisfaisante du problème du Proche-Orient, sous tous ses aspects".  C'est d'ailleurs ce qui se produit puisqu'Israël se voit de plus en plus assigner le rôle peu enviable qui était celui du Juif dans l'Europe de la première moitié du XXe siècle.

(…) le 16 décembre 1991, l'O.N.U. a voté à une large majorité l'abrogation de la résolution du 10 novembre 1975.
[*] Trente-sept ans jour pour jour après la Kristallnacht.  La résolution fut votée par 72 voix contre 35, 32 abstentions, 3 absences."

Le racisme, puf, Que sais-je?, no. 1603 (1984), p.p. 114-115.

François de Fontette a dédié l'ouvrage: "A la mémoire de (ses) camarde des classes de philosophie et de mathématiques élémentaires du Lycée d'Auriac, LÉVY-LAMBERT et ROSEMBLIT, victimes du racisme nazi".

Lire également:
- Israeli Ambassador Herzog's Response To Zionism Is Racism Resolution
- Menahem Macina: "27 lignes pour infliger à Israël un stigmate immérité dont il a porté l’opprobre durant 21 ans. 1 ligne pour abroger l’infâmie. Aucune expression officielle de regret."

mardi 19 juin 2018

Le discours de Mahmoud Abbas concernant les Juifs et l’Holocauste ‘inacceptable’, déclare l’UE

Mais au fond, malgré ses discours empreints de bons sentimenets, l'Union européenne garde toute sa confiance et son estime à Mahmoud Abbas, successeur d'Yasser Arafat.  Le Parlement européen lui a réservé des tonnerre d'applaudissements malgré tout le fiel qu'il distille contre Israël et les juifs (en 2009 et en 2016)

European Jewish Press:


"Le discours prononcé par le président palestinien Mahmoud Abbas le 30 avril contenait des remarques inacceptables concernant les origines de l’Holocauste et la légitimité d’Israël", a déclaré Maja Kocijancic, porte-parole de la responsable de la politique étrangère de l’UE, Federica Mogherini.

Lors d’une réunion du Conseil national palestinien à Ramallah, le président de l’Autorité palestinienne a suggéré que les persécutions à l’encontre des juifs d’Europe tenaient à leurs activités sociales, notamment dans la banque, plutôt qu’à leur religion.

"Une telle rhétorique ne fera que jouer en faveur de ceux qui ne veulent pas d’une solution à deux États que le président Abbas a pourtant toujours défendue", a déclaré la porte-parole.

"L’antisémitisme n’est pas seulement une menace pour les juifs, mais une menace fondamentale pour nos sociétés ouvertes et libérales. L’Union européenne reste déterminée à combattre toute forme d’antisémitisme et toute tentative d’excuser, de justifier ou de banaliser grossièrement l’Holocauste", a-t-elle conclu.

lundi 18 juin 2018

Liste des pays européens qui voté contre Israël à l'ONU


L’Assemblée générale des Nations unies (ONU) a adopté le 13 juin un projet de résolution condamnant Israël pour un usage "excessif, disproportionné et indiscriminé" de la force durant les émeutes sur la frontière avec Gaza et qui appelle à la mise en place d’un "mécanisme de protection international" pour les civils palestiniens

Comme d'habitude, l'UE s'est montrée divisée concernant le conflit israélo-palestinien

Douze Etats membres ont voté pour la résolution condamnant Israël dont: la France, la Belgique, l'Espagne, la Suède, l'Irlande, la Grèce, la Slovénie, Malte et le Luxembourg.

Seize autres se sont abstenus:
Le Royaume-Uni, l'Allemagne, la Croatie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, Chypre, la République tchèque, la Roumanie, la Bulgarie, la Slovaquie, le Danemark, l'Italie, l'Autriche et les Pays-Bas.

Source: European Jewish Press


dimanche 17 juin 2018

L’Union européenne persiste à vouloir se mêler du processus israélo-palestinien


LPH Info:
Alors que Jared Kushner et Jason Greenblatt, les deux émissaires spéciaux du président Trump s’apprêtent à faire une tournée au Proche-Orient pour présenter le plan de paix américain, l’Union européenne, vexée d’être mise à l’écart, tente de remettre un pied dans le processus afin de faire contrepoids (et contrepied) à Washington.

Selon des sources diplomatiques européennes, le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson tente d’organiser un sommet des chefs de la diplomatie des pays de l’UE ainsi que de pays arabes afin d’adopter une position commune et “corriger” le plan américain dans un sens favorable aux desideratas de l’Autorité Palestinienne.

Pour l’instant, l’Administration américaine ne semble pas enthousiaste face à cette initiative. 
Lire l'article complet @ LPH Info


vendredi 15 juin 2018

Elisabeth Levy: "Les juifs ne sont pas les 'chouchous du malheur', ils sont à l'avant-poste du malheur français"


Élisabeth Lévy est journaliste et directrice de la rédaction de Causeur. "Á l'occasion de la parution du dernier numéro de Causeur, «Antisémitisme, l'idéologie antifrançaise», Elisabeth Lévy a accordé un long entretien au FigaroVox. Selon elle, le malaise de beaucoup de Français juifs est indissociable du malaise français."
"Mais Causeur n'est pas un «journal juif» c'est-à-dire communautaire, nous ne représentons aucune «minorité susceptible». Quand nous appelons tout le monde à la discrétion républicaine, il serait malvenu de nous promener avec nos appartenances en bandoulière. En conséquence, quand nous disons «nous», nous parlons de «nous les Français». Alors, peut-être redoutons-nous inconsciemment de provoquer une sorte de lassitude - «encore ces histoires de juifs»…En tout cas, s'il nous a semblé important d'aborder aujourd'hui l'antisémitisme, ce n'est pas d'abord ou pas seulement pour le mal qu'il fait à de nombreux juifs, notamment dans les banlieues où il en pousse beaucoup au départ, mais pour le mal qu'il fait à la France. Autrement dit, les juifs ne sont pas les «chouchous du malheur», ils sont à l'avant-poste du malheur français. Aujourd'hui, personne ou presque ne pense, comme Maurras, qu'ils ne peuvent pas être vraiment français. Et la plupart des antisémites leur reprochent de l'être trop."
Lire l'interview complète de Élisabeth Levy par Alexandre Devecchio @ FigaroVox 

Lire également:
Élisabeth Lévy, Sir Isaiah Berlin et Michel Houellebecq - leur rapport à Israël

jeudi 14 juin 2018

Un rappeur belge aux propos antisémites expulsé d’une émission de radio

Invité par la radio publique en pleine connaissance de cause …

Times of Israel:
Une station de radio publique belge a expulsé de son studio un rappeur qui, à l’antenne, s’en prenait à Israël et aux "sionistes" tout en interprétant une chanson dont les paroles parlent de "juifs amateurs d’argent qui courent après chaque centime".

L’incident s’est produit le mois dernier dans le studio anversois d’un département du radiodiffuseur public de la VRT lors d’une interview avec Bissy Owa, un artiste en plein essor qui est musulman et se fait appeler Bizzy Blaza, au sujet de sa chanson qui est récemment sortie intitulée "Money till the Death", a rapporté mercredi le site Joods Actueel.

Le studio de la VRT a coupé le micro d’Owa après qu’il a dit lors d’une interview en direct : "F**k les sionistes, la révolution, Israël doit partir, libérez la Palestine."

Une vidéo de la chanson, qui commence avec les insultes sur les sionistes, le montre dansant tout en portant un chapeau noir et de faux side-locks et en chantant sur la cupidité juive.

Il a dit aussi: "Je ne supporte pas les Juifs."

Après que les intervieweurs d’Owa ont coupé son micro, il s’est filmé en secret en train de se disputer avec eux avant qu’ils ne le sortent du studio, lui et ses deux amis. "Tu n’aurais pas dû faire ça", lui a dit une intervieweuse, Astrid Demeure. Un autre, Brahim, a dit: "J’ai beaucoup de respect pour toi, mais il y a des choses que tu ne peux pas dire à la radio nationale, c’est dangereux – pour nous."
Lire l'article complet @ Times of Israel

Trump fait plus confiance à Netanyahu qu'à Merkel


Walter Russell Mead:
"When Mr. Trump looks at Germany today, he may not see much of an ally. Germany benefits immensely, the president believes, from America’s investments in NATO and more generally in Europe. But it responds with selfish trade policies, moral lectures, and security free-riding. Believing, as Mr. Trump does, that Russia isn’t a threat to the U.S., he feels no need to bury U.S.-German differences for the sake of anti-Russian unity.

Mr. Trump thinks Israel is a smarter and better ally than Germany. He listens to Prime Minister Benjamin Netanyahu more than he does to Mrs. Merkel because he thinks Israel’s aggressive defense of its national interests reflects a better understanding of the world, and because he thinks cooperating with Bibi brings more political benefit at home and more effective assistance abroad than anything the Germans are willing to provide."
Lire l'article complet @ Wall Street Journal

mercredi 13 juin 2018

La fureur anti-israélienne sévit en France chez certains maires

Via Infobelge:


Philippe Karsenty, élu LR de Neuilly et éditeur, et Pierre Lurçat, avocat et essayiste, s'alarment de voir une commune du Val-d'Oise reprendre la rhétorique anti-israélienne des prêcheurs islamistes.

À Bezons, “L’allée de la Nakba” anti-israélienne, révélateur de la catastrophe française
Le 11 juin 2018, la municipalité de Bezons a inauguré une « Allée de la Nakba – En mémoire de l’expulsion des 800 000 palestiniens et de la destruction de 532 villages en 1948 par le criminel de guerre David Ben Gourion pour la création de l’Etat d’Israël ». Cette plaque en français était doublée de sa version en arabe. Au-delà de la stupeur que le contenu de cette plaque provoque, une question se pose : comment en est-on arrivés là?

Un demi-siècle de politique arabe du Quai d’Orsay, et un demi-siècle de diabolisation d’Israël dans les médias, principalement publics – AFP, Radio-France et France Télévisions – ont semé les germes de la haine et ont rendu possible cette plaque… complètement à côté de la plaque. Rappelons qu’au même moment, une plaque à la mémoire du colonel Beltrame fait polémique parce qu’elle mentionne justement qu’il a été victime du terrorisme islamiste.

Que penser du doublement de cette plaque en langue arabe ? C’est la preuve que son but est électoraliste et qu’elle s’adresse à un public particulier. C’est aussi la preuve de l’arabisation de certains quartiers, où la diversité n’existe plus. Le maire communiste de Bezons n’en est pas à sa première provocation : en février 2013, il avait élevé au rang de “citoyen d’honneur” de sa ville l’assassin d’un ministre israélien, condamné par la justice israélienne à la prison à perpétuité… Et plus récemment, il a fait voter une délibération au conseil municipal en faveur de la reconnaissance de “l’Etat de la Palestine”.

En attisant encore un peu plus la haine d’Israël sur le sol français, le maire communiste de Bezons sacrifie la paix civile sur l’autel des calculs électoraux à court terme. Il ajoute encore un peu au malheur des “territoires perdus” de la République. Sous couvert de solidarité avec les Palestiniens, il donne de nouveaux gages au pro-palestinisme inconditionnel, devenu aujourd’hui “le principal vecteur de la haine des juifs dans le monde”, comme l’a rappelé Pierre-André Taguieff.
Lire l'article complet @ Valeurs Actuelles


lundi 11 juin 2018

Jean-François Revel: La France n'a pas approuvé le voyage de Sadate à Jérusalem ni les accords israélo-égyptiens de Camp David


Jean-François Revel (1924-2006) était un philosophe, écrivain et journaliste français:
"Le terrorisme palestinien a commencé bien avant la décomposition du Liban.  Les États terroristes - Lybie, Iran, Irak, Syrie - mènent une guerre dont la cible est le monde occidental en général, défini comme "impérialiste", à cause d'Israël sans doute, mais pas seulement.  La phraséologie islamique rejoint ici la phraséologie tiers-mondiste et marxiste.   
Sans doute le terrorisme découle-t-il en partie de l'appui que l'Occident apporte à Israël.  Mais ce n'est pas la seule explication, car autrement on ne comprendrait pas pourquoi Kadhafi a aidé l'E.T.A. basque pendant toute une période durant laquelle l'Espagne n'avait pas reconnu Israël; ni pourquoi, en 1986, des terroristes arabes ont massacré des juifs dans une synagogue d'Istanbul, alors que, bien entendu, la Turquie n'est pas pro-israélienne; ni pourquoi enfin le terrorisme n'a pas davantage épargné la France, alors que, depuis 1967 et la guerre des Six Jours, la politique française a été très réservée vis-à-vis d'Israël et plutôt favorable aux Arabes.  La France, par exemple, n'a pas approuvé le voyage de Sadate à Jérusalem en 1977, ni les accords israélo-égyptiens de Camp David qui s'ensuivirent.  Le rapprochement franco-israélien opéré par le président Mitterrand et son voyage officiel en Israël ne l'ont pas empêché de rappeler les droits des Palestiniens, non plus que de rencontrer aussi Kadhafi et Assad."
Jean-François Revel, Le Terrorisme contre la démocratie, Hachette, 1987, p.p. XXX-XXXI.

jeudi 7 juin 2018

Brendan O'Neill: Non, l'islamophobie n'est pas le nouvel antisémitisme


Brendan O’Neill, éditeur @ Spiked:
"But it is wrong, and historically infantile, to speak about anti-Semitism and Islamophobia in the same breath. This isn’t to say that there is no anti-Muslim prejudice. (…) But anti-Semitism is different.

Anti-Semitism is older. It is far more entrenched in certain European circles. It is far more historically given to mass acts of violence, from pogroms to extermination. And – the really crucial bit – its re-emergence always tells us something important about the destabilisation of society and its descent once again into irrationalism, conspiracism, scapegoating, and fear of modernity. That is why the recent return of anti-Semitism, as a reformulated Socialism of Fools, leading to the casual spread of pseudo-radical conspiracy theories and even to horrific anti-Jewish violence and graffiti in countries like France, Belgium and Sweden, deserves our serious attention. Because this return of the old hatred speaks to an unhinging, a moral disarray, a crisis of reason. And yet if we focus too hard on this, and try to have a reckoning with it, the opinion-forming set will breathe down our necks: ‘And Muslims? What about them? You don’t care?’ It looks increasingly like a tactic of distraction." (…) 
To compare this ‘racism’ invented by the chattering classes 20 years ago to the millennia-long outbursts of violent hatred for the Jewish people is historically illiterate and morally repugnant.
Lire l'article complet @ Spiked

mercredi 6 juin 2018

Les 'actions commandos' anti-Israël se multiplient dans les grandes surfaces


Stéphane Kovacs @ Le Figaro:
Des Yvelines aux Pyrénées-Atlantiques, des extrémistes veulent imposer à des magasins le retrait de produits israéliens. 
«Sur le stand “Ramadan”, c’est un affront aux clients musulmans!» Dans une vidéo qui tourne en boucle depuis quelques jours sur les réseaux sociaux, un homme se présentant comme musulman fait retirer des dizaines de boîtes de dattes d’un rayon de fruits secs, au motif qu’elles viendraient d’Israël, «pays colonisateur». La scène se passe fin mai, dans le magasin Carrefour de Chambourcy, dans les Yvelines. «Ça fait des années qu’on est là; on a un mot à dire!, s’insurge le «client». Il n’y a pas que la légalité, il y a aussi l’éthique.» Alors que ce genre d’«actions commandos» se multiplient ces derniers temps dans les grandes surfaces, selon le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), deux plaintes ont été déposées lundi.

Dans la vidéo, mise en ligne sur le site CAPJPO-EuroPalestine, le militant presse le chef de rayon jusqu'à ce que tous les paquets incriminés, de différentes marques, soient retirés. «Ça c'est bon, madame! recommande-t-il au passage à une cliente. C'est algérien, vous pouvez y aller.» Sur le même site, dont les responsables n'ont pas répondu au Figaro, on trouve des vidéos semblables, tournées dans d'autres grandes enseignes. Au Grand Frais de Décines, près de Lyon, «les dattes de l'occupant, très certainement cultivées en Cisjordanie occupée» mais «non étiquetées» subissent le même sort. «On doit passer à Lidl après, prévient le vidéaste. Demain, on repassera. L'action doit être menée dans tous les Grands Frais de France, aussi Carrefour et Auchan.» À l'Intermarché d'Itxassou, dans les Pyrénées-Atlantiques, un groupe embarque des cageots de mandarines. Au Lidl de Drancy, ce sont des militants France insoumise qui font retirer des grenades, des pamplemousses et des avocats. «Je constate qu'il n'y a plus traces des produits israéliens dans votre magasin», se félicite le meneur de l'«action». (…)

«Le Code pénal sanctionne ces agissements assimilés à des discriminations, prohibés par la loi pénale et analysés par la Cour de cassation comme le fait d'entraver l'exercice normal d'une activité économique quelconque en opérant une distinction entre les personnes notamment en raison de leur appartenance ou non-appartenance à une nation déterminée, précise l'avocat du BNVCA, Me Charles Baccouche. Ces campagnes haineuses sont non seulement illégales mais empiètent sur le pouvoir régalien de l'État. Elles laissent entendre que ce sont ces “militants” qui décident désormais de la politique internationale de la France, car en plus ils semblent agir en toute impunité. Ils s'opposent à la vente de produits vérifiés et autorisés à la mise sur le marché lors de leur importation par les autorités françaises, et les responsables des magasins laissent faire!»
Lire l'article complet @ CRIF

mardi 5 juin 2018

Émilie Maarek: Le Quai d’Orsay et les Juifs


Émilie Marek:
L’analyse longue et détaillée que conduit l’historien anglais David PRYCE-JONES dans son livre publié en 2008: «Un siècle de trahison : La diplomatie française et les Juifs» révèle un antisémitisme historique.

Depuis la révolution française, montre PRYCE-JONES documents à l’appui – et toute son analyse est très précisément circonstanciée -, le monde arabe est perçu comme d’un intérêt crucial pour la préservation de la «grandeur» de la France. (…)

Les sionistes: «des hordes rongées par le mysticisme»
Deux des hommes les plus influents au Quai d’Orsay ont évoqué, au moment de l’affaire Dreyfus et de l’émergence du sionisme en 1894, le péril que la création d’un État juif constituerait pour les intérêts de la France.
Paul Cambon: «le Juif est un traître par définition»
Le premier, Paul Cambon, n’hésitant pas à noter que «le Juif est un traître par définition», le second, Maurice Paléologue, parlant, lui, des «défauts héréditaires et des mauvaises passions des Juifs». (…) 

L’arrivée de Juifs et la perspective de création d’un foyer national juif au Proche-Orient fut perçue comme un phénomène à contrer absolument, ce qui a impliqué une politique antisioniste active, et un soutien tout aussi actif à l’émergence d’un nationalisme arabe, qui peut apparaître, à bien des égards, comme une création de la France. Les sionistes se trouvèrent vite décrits dans des notes diplomatiques comme des «hordes rongées par le mysticisme», alors que le Quai d’Orsay finançait, en parallèle à partir de 1907, la publication d’un journal francophone diffusé dans toute la région: L’indépendance arabe.
Lire l'article complet @ M@batim

lundi 4 juin 2018

Des milliers d'Italiens ont aidé les Palestiniens à se battre contre Israël (années 70)


La Stampa rapporte que, dans les années 70, des milliers d'Italiens sont allés dans des camps de réfugiés palestiniens, selon un ancien membre du Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP). Bassam Abu Sharif, un membre historique du FPLP, devenu plus tard conseiller de Yasser Arafat.  "Le Front Populaire de Libération de la Palestine avait des relations privilégiées avec certains groupes révolutionnaires créés en Europe après 1968. Ces forces ne savaient pas comment s'opposer au capitalisme, et nous leur avons appris comment le faire. Cela faisait partie de la lutte contre l'impérialisme qui soutenait Israël. Des milliers de jeunes femmes et hommes italiens sont venus dans des camps de réfugiés palestiniens pour aider de différentes manières, dans les écoles, dans les cliniques ou au combat", selon Abu Sharif.

Or, en 2018, un Italien sur quatre ne veut pas de Juifs dans sa famille

La Stampa:
Italians trained to fight Israel in Palestinian refugee camps

During the Seventies, thousands of Italians went to Palestinian refugee camps to give their help
, according to a former member of the Popular Front for the Liberation of Palestine (PFLP). Bassam Abu Sharif, a historic member of PFLP who later became advisor of Yasser Arafat, has been heard by the parliamentary inquiry committee into the death of Aldo Moro, the leader of the Christian Democratic Party, who was kidnapped and killed by the Red Brigades in 1978. Bassam Abu Sharif said to the committee also that there was a non-aggression pact between the Italian secret services and the Palestinian fedayeen.

«The Popular Front for the Liberation of Palestine had special relations with some of the revolutionary groups emerging in Europe after 1968. These forces did not know how to oppose capitalism, and we taught them how to do it. It was part of the fight against the imperialism that supported Israel. Thousands of Italian young women and men came to Palestinian refugee camps in order to help in different ways, in the schools, in the clinics, or in combat», Bassam Abu Sharif said to the committee. This is the first time explicit mention is made of the presence of Italians in the Palestinian refugee camps forty years ago.
lire l'article complet

samedi 2 juin 2018

Une lettre d’Eleanor Roosevelt défendant Israël aux enchères (1957)


Times of Israel:
Eleanor Roosevelt
Une lettre de 1957 écrite par Eleanor Roosevelt dans laquelle l’ancienne Première Dame prend vigoureusement la défense des actions israéliennes pendant la crise de Suez a été mise aux enchères. La maison d’enchères Nate D. Sanders Auctions, à Los Angeles, lancera la vente jeudi au prix de 22 500 dollars. 
Ce courrier, écrit sous son en-tête personnelle, «Madame Franklin D. Roosevelt», répond directement aux critiques d’une tribune parue dans un journal dans laquelle elle prenait la défense d’Israël au moment de la crise de 1956. Elle était adressée à Tom Dietrich, de Brooklyn.

Roosevelt avait écrit :
«Si vous suivez pas à pas les Nations unies et que vous comprenez les difficultés, vous réaliserez alors qu’Israël n’a pas été un agresseur. La charte des Nations unies autorise l’auto-défense et le cas d’Israël a été purement un cas d’autodéfense. / Je ne suis pas d’accord avec vous sur l’établissement de l’Etat d’Israël. Les Israéliens ont droit à leur pays et je pense qu’il est insensé de supposer qu’ils prévoient de nous plonger dans une guerre. Ils veulent la paix tout autant, si ce n’est plus, que les autres nations. / Nous dirigeons les Nations unies alors il ne s’agira pas d’un cas où on se laisse prendre à un complot».
Le catalogue d’enchères a qualifié le document de deux pages de «lettre exceptionnelle, avec un contenu rare où la première dame montre son engagement et son refus de tergiverser sur l’Etat d’Israël».
Lire l'article complet @ Times of Israel