mardi 21 août 2018

Arno Lustiger: Si Israël dépose les armes...


Propos rapportés par Wolf Biermann, poète allemand ou plus exactement un auteur-compositeur-interprète:
"Un vieil ami, l’historien de la Résistance juive Arno Lustiger, m'a dit: Quand les Arabes déposeront enfin les armes, la guerre sera finie. Mais quand Israël déposera les armes, Israël sera fini."

Arno Lustiger
Arno Lustiger (1924-2012) était un cousin du cardinal Jean-Marie Lustiger, archevêque de Paris (1926-2007). Il avait prononcé le Kaddish, prière juive des endeuillés, lors des obsèques du cardinal français, en araméen, selon les dernières volontés du défunt, sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 10 août 2007. Arno Lustiger était rescapé des camps nazis et des "marches de la mort".

lundi 20 août 2018

L'étrange silence de Angela Merkel à propos du massacre de Munich


Le journaliste Benjamin Weinthal note sur Twitter la différence d'attitude entre la chancelière allemande et le premier ministre israélien.  Benjamin Netanyahou a critiqué la présence de Jeremy Corbyn à l'hommage en Tunisie aux terroristes qui ont massacré les membres de la délégation israélienne aux Jeux Olympiques de Munich en 1972.  Angela Merkel a gardé le silence alors que le massacre, au cours duquel un policier allemand a également perdu la vie, a eu lieu sur le sol allemand.





dimanche 19 août 2018

Evoquant l’antisémitisme, un avocat réputé quitte le Royaume-Uni pour Israël


En 2016, la BBC a diffusé un documentaire sur l'antisémitisme en France et les nombreux Juifs qui s'installaient à Londres: Never Again - Fear and Faith in Paris

The Times of Israel:
Un avocat britannique et son associée ont annoncé leur départ du Royaume-Uni à cause de la recrudescence de l’antisémitisme. Ils tiennent Jeremy Corbyn, chef du parti travailliste, pour responsable en grande partie de ce phénomène.

Dans une interview accordée à la BBC cette semaine, Mark Lewis et Mandy Blumenthal ont annoncé qu’ils ont l’intention d’émigrer vers Israël d’ici la fin de l’année. Ils ont également dit que d’autres personnes envisagent de quitter le pays à cause de l’antisémitisme qui y règne.

Lewis, l’un des plus grands avocats britanniques, spécialisé dans la diffamation, a déclaré qu’il a fait l’objet de discours haineux et de racisme, en raison de sa judéité.

Le couple a accusé les dirigeants du Labour de créer une atmosphère propice au sentiment antisémite et à son évolution et ont rejeté l’affirmation de Corbyn, qui maintient que l’antisémitisme n’est pas toléré dans son parti.

« Jeremy Corbyn a déplacé une pierre, et les antisémites sont sortis en rampant d’en dessous cette pierre. Et il n’y retourneront pas », a expliqué Lewis.

« Il y a un changement de climat drastique. C’est devenu acceptable d’être antisémite. Cela a permis de faire resurgir les sentiments de certaines personnes », a renchéri Blumenthal.
Lire l'article complet

vendredi 17 août 2018

Un Belge membre du FPLP a été arrêté alors qu'il voulait entrer en Israël


Koi de 9 en Israël:
Le bureau du procureur de la région centre a déposé devant le tribunal un acte d’accusation contre Mustafa Awwad, 36 ans, résident belge d'origine libanaise, membre d'une organisation terroriste, le FPLP.

Selon l'acte d'accusation déposé par le procureur Adi Segev, l'accusé, citoyen libanais qui a immigré en Belgique en 2003, appartient au Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) depuis 2003.  
Il est accusé d'avoir participé aux réunions des militants de l'organisation terroriste en Belgique.

Au cours de l'année 2015, l'accusé a contacté un activiste clé de l'organisation du Front populaire en Belgique et lui a suggéré de prendre part aux activités de l'organisation.

L’accusé a par la suite pris part à une réunion avec les principaux militants de l'organisation terroriste à Berlin, au cours de laquelle les militants ont discuté des activités de l’organisation.

Lors de cette réunion, un militant (en lien avec des dirigeants de la branche armée du FPLP au Liban) a suggéré que l'accusé participe à une formation à la "sécurité", qui se déroulait au Liban.  
Pendant la formation, qui a duré trois jours, l’accusé a suivi des cours donnés par des membres du Hezbollah.

Dans les années qui ont suivi, l'accusé a participé aux activités de l'organisation dans le monde entier et a notamment accompagné Leila Khaled, une activiste clé de l'organisation, dans des conférences qu'elle a données dans le monde entier.

L'accusé a également aidé à transférer de l'argent de l'organisation du Liban et de Syrie à un membre supérieur de l'organisation basé en Belgique.

En juillet 2018, l'accusé est arrivé en Jordanie où il a laissé son ordinateur personnel et son téléphone portable avec Leila Khaled et a supprimé son compte Facebook.

Il a ensuite tenté d'entrer en Israël par le passage frontalier du pont Allenby et, à son entrée en Israël, a été arrêté par les forces de sécurité. 
Lire l'article complet

Plus de détails en anglais: Israel arrests Belgian national on suspicion of PFLP terror activity 

Note: Leila Khaled est invitée régulièrement à s'exprimer au Parlement Européen à Bruxelles:

- Huge success for terrorist Leila Khaled at European Parliament 
- Why did the European Parliament embrace a Palestinian terrorist who trivializes the Holocaust? 
- Vice-President of the EU Parliament meets with Palestinian terrorist Leila Khaled, praises her "historical role in the Palestinian Resistance" 

mercredi 15 août 2018

Alexandre Kerenski, celui qui a aboli la Zone de Résidence en Russie en 1917


«Kerensky luttait contre l’antisémitisme, et pour certaines personnes, c’était suffisant pour penser qu’il était juif» (Boris Kolonitsky, professeur d’histoire de l’Université Européenne de Saint-Pétersbourg et auteur de Camarade Kerensky: la Révolution anti-monarchique)

Julie Masis @ The Times of Israel:
Alexandre Kerenski
A l’automne dernier, la communauté juive en Russie a célébré une conséquence souvent négligée de la Révolution russe: l’obtention des droits égaux pour les Juifs du pays.
Il y a un peu plus d’un siècle, en 1917, le gouvernement russe a signé un décret établissant l’égalité entre toutes les religions et les ethnies. Ce décret a officiellement aboli la Zone de Résidence – le territoire limité sur lequel il était légal de résider pour les Juifs.

Mais ni Vladimir Lénine ni Léon Trotsky n’étaient derrière ces changements positifs que les Juifs russes ont accueilli avec beaucoup d’enthousiasme. Non, c’était un homme qui a presque été oublié par les historiens et par les Juifs: Alexandre Kerensky.

Kerensky, qui était alors un avocat âgé de 36 ans, est devenu le chef du gouvernement provisoire après que le tsar russe a été destitué en février 1917.

Bien qu’il n’ait été au pouvoir que durant quelques mois avant que les Bolcheviks ne prennent le pouvoir en automne, c’est sous sa direction que la Russie s’est débarrassée des lois antisémites de l’époque tsariste. Cela a donné aux Juifs le droit de vivre comme ils le voulaient, y compris à Moscou et à Saint-Pétersbourg, et les enfants juifs étaient autorisés à aller dans les écoles publiques sans être limités par des quotas. 
Signé par Kerensky le 20 mars 1917 à minuit, le décret stipule qu’il se «base sur la conviction que dans un pays libre, tous les citoyens sont égaux devant la loi, et sur la conscience que personne ne peut accepter qu’une discrimination contre un autre citoyen soit basée sur sa religion et son origine ethnique».
Lire l'article complet

mardi 14 août 2018

Pressions et violences contre les Juifs peuvent amputer une nation d'une de ses forces vives


Pierre Vermeren, historien (ce texte, Le coût du communautarisme a été publié en 2004):
"[…] au Maghreb, depuis 1945, le communautarisme a conduit à son terme naturel, une épuration ethnique soft, c'est-à-dire au départ concomitant (Algérie) ou successif (Tunisie, Maroc) des «communautés» française, européenne et israélite. Les deux premières ont quitté le Maghreb dans le cadre de la légitime lutte d'indépendance; la dernière a été délégitimée par son identité extra-musulmane. Les guerres du Proche-Orient ne sont pas étrangères au phénomène (au moins au Maroc et en Tunisie): elles ont produit une insécurité de basse intensité qui, en trente ans, a vidé le Maghreb de ses communautés juives bimillénaires. […]
La violence antisémite qui frappe aujourd'hui en France est moralement et politiquement insupportable. Elle est d'autant plus dramatique que les jeunes beurs qui la mettent en oeuvre rejouent (inconsciemment?) des scènes qui ont vidé l'Afrique du Nord de ses communautés... Le gouvernement israélien prend acte de cet état de fait, mais Israël n'a-t-il pas justement été créé pour cela? La perspective d'un départ programmé des juifs de France, ne serait-ce que d'une importante minorité d'entre eux, serait l'échec le plus retentissant de la République française depuis Vichy. 
Mais cette violence est aussi économiquement et intellectuellement catastrophique. Faut-il rappeler que la nation américaine, la plus riche du monde, est aussi la plus brassée? Le Proche-Orient, entré il y a plus d'un demi-siècle dans un processus de purification ethnico-religieuse, s'abîme dans les crises et la récession économique, au fur et à mesure que le quittent ses minorités : Européens, juifs d'Europe, Arméniens, juifs arabes, et maintenant chrétiens d'Orient. Intellectuellement, il est plus insupportable encore, qu'en dehors des plus hautes autorités de l'Etat français, il revienne aux intellectuels juifs de France de lancer des signaux d'alarme. Le principe de la démocratie confie à des médiateurs ou représentants (du peuple) la défense de tous les citoyens. Confier la défense d'une «communauté» agressée à ses propres médiateurs est une régression. 

Il est vrai que traditionnellement, les israélites d'Europe ont été interdits d'activités productives et cantonnés aux services et activités d'échange. L'émancipation des juifs de France au XIXe siècle, puis les traumatismes du XXe siècle, alliés aux fantastiques progrès de l'école, ont accompagné la «montée en gamme» de cette population. Les intellectuels d'origine juive (ou de judaïsme revendiqué) animent aujourd'hui largement le débat public national (au grand dam de Tariq Ramadan), et il va sans dire que leur départ vers les Etats-Unis ou Israël serait une perte incalculable. La France généreuse accueille 80 % de migrants avec un niveau d'études infrasecondaire (quand plus de 80 % des migrants aux Etats-Unis sont diplômés du supérieur), peut-elle de surcroît se permettre de se vider d'une partie croissante de ses forces vives intellectuelles?"
Lire l'article complet @ Libération (2004)

dimanche 12 août 2018

Israël fondé en Angola?


Lire également
Angola Again Being Discussed As Possible Haven for Jewish Exiles (6 mai 1934)

Olivier Ipsilantis @ Zahkor Online
Ci-joint un lien en portugais, un extrait du livre d’Esther Mucznik : « A Grande Epopeia dos Judeus no Século XX ». J’en propose une traduction portugais-français. Cet extrait a pour titre «Quando o estado de Israel esteve para ser fundado em Angola» :
Israel Zangwill
Quand l’Organisation juive territorialiste se mit en quête de possibles espaces pour une implantation, l’Angola (plus précisément le Planalto de Benguela) était l’un des projets favoris. Il fut même approuvé par le Sénat portugais en 1913 mais resta sur le papier, ainsi que le rapporte Esther Mucznik dans son livre « La Grande Épopée des Juifs au XXème siècle » (A Grande Epopeia dos Judeus no Século XX). Les quelques remarques en gras sont miennes.

Le septième Congrès sioniste se tient en 1905. Les recherches pour une possible implantation juive se poursuivent. Le projet Ouganda est analysé et repoussé, le territoire attribué aux Juifs étant à peine suffisant pour accueillir vingt mille personnes, un nombre insignifiant en regard des nécessités que pourraient avoir des centaines de milliers de Juifs, principalement russes. Ainsi, le Congrès sioniste dans lequel prédominent les Amants de Sion – parmi lesquels Chaïm Weizmann, l’artisan de la Déclaration Balfour (1917) et futur premier Président de l’État d’Israël – rejette le projet Ouganda. [Il me semble qu’il y a une erreur dans le texte portugais et que « Sionistas de Sião » devrait être remplacé par « Amantes de Sião ».] Pour ces Juifs russes aucune terre ne peut remplacer la terre ancestrale. Par ailleurs, le Congrès sioniste n’est pas unanime. Une importante minorité conduite par l’écrivain Israël Zangwill défend la nécessité immédiate d’un territoire juif autonome, et peu importe l’endroit. Israël Zangwill quitte l’Organisation sioniste mondiale, en 1905, et fonde l’Organisation juive territorialiste dont le siège est à Londres. Avec la Déclaration Balfour qui rendra plus tangible la perspective palestinienne, nombre de ses membres intègreront l’Organisation sioniste mondiale. Mais ce n’est qu’en 1925 que l’Organisation juive territorialiste ayant perdu sa raison d’être sera dissoute.

En 1905, la Palestine n’est encore qu’une possibilité lointaine et l’Organisation juive territorialiste s’efforce de trouver des espaces où organiser une implantation juive. L’Angola est l’un de ces espaces, plus précisément le Planalto de Benguela. L’intérêt de Juifs pour les territoires coloniaux portugais remonte à 1886. Abraham Anahory, notable juif de Lisbonne, avait proposé l’Angola, plus précisément la zone des planaltos (hauts-plateaux), comme destination possible pour une immigration juive d’importance. Dans le Bulletin N.°1 (1912) de la Communauté israélite de Lisbonne qui vient d’être officiellement reconnue par le régime républicain, José Benoliel, écrivain et directeur de ce Bulletin, précise que par l’intermédiaire d’Abraham Anahory, il prendra personnellement contact avec le vicomte d’Ouguela et avec l’Alliance Israélite Universelle afin de « profiter de la prochaine venue du baron de Rothschild à Lisbonne dans l’espoir d’améliorer par sa gracieuse intercession la situation des Israélites portugais qui de certains points de vue laisse beaucoup à désirer » et de « promouvoir la venue au Portugal de groupes d’Israélites russes ou roumains ». Leur destination serait l’Angola. José Benoliel ajoute que pour des raisons qui lui restent inconnues, l’Alliance Israélite Universelle ne soutient pas le projet. […] 
Dans le Bulletin de 1912 dont il vient d’être question, le principal soutien de ce projet, Wolf Terlö (Juif russe né à Odessa en 1877 il s’installera au Portugal), rapporte que cette idée commença à germer en 1905, à Coimbra, alors qu’il travaillait pour la Repartição Central de Agricultura (je préfère laisser cette désignation dans l’original). Il était impliqué dans les projets vinicoles du baron Maurice de Hirsch en Palestine. Il s’était rendu à Bordeaux pour se spécialiser en œnologie, après avoir obtenu un contrat de travail au Portugal. Il tenait un commerce rue São Nicolau, à Lisbonne, pompeusement intitulé Maison de commerce russe (en français dans le texte) où il vendait des vins et des produits chimiques. A Coimbra, il fit connaissance de diverses personnalités de son milieu, parmi lesquelles l’historien Joaquim Mendes dos Remédios qui (je cite Wolf Terlö) « apprenant que j’étais israélite russe s’entretint longuement avec moi au sujet du judaïsme, de la décadence scientifique et financière du Portugal suite à l’expulsion des Juifs, et des avantages qu’il y aurait à les faire revenir dans ce pays ».
Lire l'article complet


vendredi 10 août 2018

Une caricature norvégienne nazifie Netanyahou


Cette caricature de Finn Grit a été publiée le 7 août dans le quotidien norvégien Dagbladet.

Raphael Schutz, ambassadeur d'Israël en Norvège, a réagi sur Twitter:
"Aujourd'hui, dans le Dagbladet, un exemple de l'imagerie antisémite la plus répugnante imaginable. Le Premier ministre israélien est représenté comme une croix gammée nazie et frappe un Druze israélien qui assis un banc public "réservé aux Blancs".
Nous demandons à Dagbladet de supprimer cette image nauséabonde et de présenter des excuses!"

Evidemment le journal n'a pas supprimé la caricature.

Via Honest Reporting.


mercredi 8 août 2018

Israël manque de noblesse (presse belge de centre-droit)


"La Libre, quotidien belge francophone soi-disant de centre-droit", observe avec ironie Drieu Godefridi, philosophe libéral-conservateur belge.

Edito intitulé Israël, septante ans, l’âge de la noblesse? signé Vincent Braun dans La Libre Belgique (15 mai 2018)
"Israël a septante ans. Et malgré le choc causé par le bain de sang de ce lundi anniversaire dans la bande de Gaza, gageons que cet âge vénérable dispose enfin l’Etat hébreu à une paix juste et durable avec la population musulmane établie en Palestine lors de sa fondation. L’Etat israélien ne gagnera vraiment le respect de ses pairs que lorsqu’il aura la noblesse de mettre la loi du plus fort, dont il abuse, au service d’une autre répression, celle de l’injustice à l’égard des Palestiniens."
Toujours sur le thème des 70 ans d'Israel, Vincent Braun écrit le 16 mai 2018: Israël célèbre ses 70 ans par un bain de sang à Gaza:
"L'Etat hébreu a reçu son cadeau d'anniversaire: le déménagement de l'ambassade des Etats-Unis dans une Jérusalem que ceux-ci reconnaissent comme capitale d'Israël. Dans la bande de Gaza, l'armée israélienne a tué par balles cinquante-neuf manifestants palestiniens."
Les lecteurs pourront également lire, toujours sous la plume de Vincent Braun: A Gaza, le carnage continue lors de la “marche du retour”

Dans La Libre d'aujourd'hui, Philippe Paquet laisse supposer que la bande de Gaza est un "Territoire occupé":
"L'objectif des sanctions annoncées lundi par la Maison-Blanche est de bloquer le programme nucléaire iranien, mais aussi de mettre fin aux activités "déstabilisatrices" de Téhéran dans la région, une allusion au Hamas (dans les Territoires occupés)," […]"


mardi 7 août 2018

L'antisémitisme de Jeremy Corbyn n'est pas un scandale, c'est une stratégie politique qui marche


Tamara Berens,  étudiante au King’s College de Londres, @ The Weekly Standard:
[…] an old video recently resurfaced of Jeremy Corbyn linking a terror attack in Egypt to “the hand of Israel.” The 2012 interview on Iranian-owned Press TV saw him pedal anti-Israel conspiracy theories in a discussion of a bombing where 16 Egyptian policemen were killed in the Sinai desert. His comments from 2012 were defended last week by a Labour party spokesperson, who asserted that his “speculation” had been factually based on previous Israeli actions in Egypt.  
Many focus on the question of whether Jeremy Corbyn is an antisemite himself. He may or may not be. However, his deliberate actions to reject the Jewish community’s concerns, silence his moderate Labour detractors, and pedal anti-Zionism as central to his political image show that he is more than happy to utilize antisemitism for political purposes.

Anti-Zionism—and by extension, giving credence to antisemites—is fundamental to the worldview Corbyn has cultivated on his journey to political stardom. For most of his political career, Corbyn was a fringe socialist politician and supporter of the USSR, Syria’s Assad, the Iranian Ayatollahs and Maduro’s Venezuela. After becoming Labour leader, Jeremy Corbyn toned down some of this support for radical anti-Western groups. Nonetheless, he has consistently maintained his support for anti-Zionist causes. What’s undoubtable is that throughout his career, his ultimate goal has remained the same; rejecting Western values and embracing the alliance between radical socialists and Islamists in a strategic bid to normalize and implement socialism in the UK.

Politically, Corbyn’s strategy is working: According to a recent YouGov poll, 61 percent of the party believes Corbyn is handling accusations of antisemitism well. And 80 percent of the party deems him a good leader overall. The events of the past few weeks indicate that the Labour leadership has been able to build on their apparent success to formally distance themselves from the overwhelmingly Zionist British-Jewish community. This perhaps became most apparent last Friday, when Jeremy Corbyn published another article in The Guardian disregarding his part in normalizing antisemitism in the party. The piece came out at 5pm, when the majority of Jews in the country were busy preparing for the Sabbath.

The reality is that support from the Jewish community is no longer an indispensable part of the Labour party. In fact, Corbyn’s foreign policy—a large aspect of his political differences to Blair’s Labour—rests on weakening UK-Israel relations. Corbyn has constructed a successful strategy for claiming the Labour party as his own socialist vehicle for disruption of the Western liberal order. Labeling recent events a “scandal” greatly underestimates the strategic nature of his leadership. 
Lire l'article complet @ The Weekly Standard

Frank Furedi, professeur émérite de sociologie à l'université du Kent, écrit à propos de Corbyn:
Corbyn’s problem is that he relies on supporters who are often at the forefront of chanting anti-Semitic slogans on anti-Zionist demonstrations. No doubt he is not lying when he says he is not anti-Semitic. But he is also an opportunist politician who understands that securing the support of the relatively large Muslim constituency is far more important than placating the relatively small Jewish community. Regardless of his personal attitudes towards Jewish people, Corbyn’s acquiescence to the airing of anti-Semitic views marks him out as an untrustworthy collaborator.
Lire l'article complet @ Spiked

vendredi 3 août 2018

La Pologne pourrait devenir une destination attractive pour les Juifs pris pour cibles en Europe occidentale


Daniel Pipes, historien américain, président du Middle East Forum (Forum pour le Moyen-Orient):
"À terme l’exclusion des migrants musulmans aura pour la Pologne certaines répercussions. Le pays va éviter la crise qui menace l’Europe occidentale, où tout en essayant de contrôler leurs frontières et d’expulser des migrants illégaux des pays, comme l’Italie, voient apparaître les tensions, les révoltes et la violence. En restant à l’écart de cette crise, la Pologne (et ses voisins de l’ancien Bloc de l’Est) pourra au contraire accueillir les expatriés d’Europe occidentale. 
Même si ces expatriés se tournent principalement vers l’Australie, le Canada et les États-Unis, la Pologne – étant donné sa proximité, sa sécurité individuelle et son faible coût de la vie – pourrait bientôt devenir une destination attractive particulièrement pour les retraités mais aussi pour les Juifs pris pour cibles en Europe occidentale et de plus en plus en sécurité en Pologne. 
En conséquence, si ce n’est pas demain que l’UE sera rechristianisée, ce n’est pas demain non plus que la Pologne sera islamisée."
Lire l'article complet @ The Times of Israel

Le blog de Daniel Pipes (en français)

mercredi 1 août 2018

L’école financée par la Belgique porterait toujours le nom d'une terroriste palestinienne

Contexte:
La télévision de l’AP glorifie l’attentat le plus meurtrier dans l’histoire d’Israël

Le 9 octobre 2017, le Times of Israel rapportait les faits suivants:
L’AP baptise une école du nom d’une terroriste, la Belgique gèle son aide financière

“La Belgique ne permettra pas de se trouver associée aux noms de terroristes de quelque manière que ce soit”, a commenté un porte-parole de Bruxelles, qui verse des millions d'euros à l'AP. 
Le gouvernement belge va geler tous les financements versés au système scolaire de l’Autorité palestinienne (AP), après qu’une école élémentaire construite avec le soutien de la Belgique a été baptisé du nom d’un terroriste palestinien, a déclaré un porte-parole au Times of Israël.  
Didier Vanderhasselt, porte-parole du ministère belge des Affaires étrangères, a expliqué que Bruxelles « va mettre en suspens tous les projets liés à la construction ou à l’équipement des écoles palestiniennes. » 
"Le gouvernement belge condamne sans équivoque la glorification des attentats terroristes. La Belgique ne permettra pas que son nom soit associé à ceux de terroristes, de quelque manière que ce soit", a ajouté Vanderhasselt. 
L’école élémentaire pour filles Beit Awaa, située dans la région de Hébron, dans le sud de la Cisjordanie, a été construite grâce à des fonds belges entre 2012 et 2013.

Une invitation à la cérémonie marquant le 38ème anniversaire de la mort en martyr (shahid) de Dalal Mughrabi, copie d’écran de la page Facebook officielle du Fatah. (Crédit : autorisation de PMW, Palestinian Media Watch) 
L’école a ensuite été renommée école élémentaire Dalal Mughrabi. Dalal Mughrabi avait participé au massacre de la route côtière en 1978, pendant lequel plusieurs terroristes du Fatah, dont elle, avaient détourné un bus sur la route côtière israélienne, à proximité de Tel Aviv, et tué 38 civils, dont 13 enfants, et blessé plus de 70 personnes.
Or selon Palestinian Media Watch, l'école porterait toujours le nom de la terroriste de masse et la Belgique continuerait de la financer.

Via Palestinian Media Watch:
PA ignores Belgian demands to change name, yet Belgian funding of the PA continues unabated

The Palestinian school built with Belgian funding is still named after terrorist mass murderer, Dalal Mughrabi, who led the 1978 bus hijacking and murder of 37 Israelis including 12 children.

On Sept. 27, 2017, Palestinian Media Watch released a report documenting 31 Palestinian Authority schools named after terrorists, one of which PMW is certain was built by the Belgium government

Text on plaque: "Through a fund from the Government of the Kingdom of Belgium and through the Belgian Development Agency BTC, constructed and furnished, Beit Awaa Basic Girls School"[Facebook page of Dalal Mughrabi Elementary School, (accessed Sept. 18, 2017)
Shortly after PMW's original report was published, Belgian authorities condemned the naming of the school built with its funding after the terrorist and announced it "will not allow itself to be associated with the names of terrorists in any way." [The Algemeiner, Oct. 7, 2017]  
PMW has now discovered that the PA has defied Belgium, and the school continues to be named Martyr Dalal Mughrabi Elementary School.

PMW has confirmed this after the official PA daily published a story announcing the "launch of activities of the outstanding athletic clubs," hosted by none other than the Dalal Mughrabi School in Southern Hebron.  
PMW examined the pictures from the event and noted that the same plaque thanking Belgium for funding the school named after the terrorist mass murderer can be seen in the pictures from the recent event.
lire l'article complet

mardi 31 juillet 2018

L'Allemagne semble à nouveau se livrer à l'antisémitisme


Victor Davis Hanson, historien militaire américain:
Every 20 to 50 years in Germany, things start unraveling. Germans feel aggrieved. Ideas and movements gyrate wildly between far left and far right extremes. And the Germans finally find consensus in a sense of victimhood paradoxically expressed as national chauvinism. Germany’s neighbors in 1870, 1914, 1939—and increasingly in the present—usually bear the brunt of this national meltdown. […]

Germany has always had a “Jewish Problem.” In the late nineteenth-century, German academics became obsessed with pseudo-research about eugenics and racial purity—which often led to talk of both Aryan purity and crass anti-Semitism that played out in the real world with disastrous results during the Holocaust. After World War II, Germany tried to make amends through introspection, some reparations, and the subsidized sales of military supplies to Israel. Yet Germany seems to once again be embracing anti-Semitism quite aside from its fierce opposition to Israel. Dieter Graumann, the president of the Central Council of Jews in Germany, has warned of the present climate: “These are the worst times since the Nazi era. On the streets, you hear things like ‘the Jews should be gassed,’ ‘the Jews should be burned.’ We haven’t had that in Germany for decades. Anyone saying those slogans isn’t criticizing Israeli politics, it’s just pure hatred against Jews: nothing else.”

In response to the growing hatred, Felix Klein, Germany’s newly appointed special envoy entrusted by the Merkel government with addressing the nation’s growing anti-Semitism—much of it the result of the influx of Muslims—recently shrugged it off, simply pointing out that more and more Jews are leaving Germany: “It is quite understandable that those who are scared for the safety of their children would consider leaving.” […]

In a perfect world, Germany would address its frustrations through introspection. After all, no one forced Berlin to take in over a million problematic refugees from the Middle East. No one forced it to export goods on easy credit to leveraged buyers who visibly lived far above their means. No one forced it to renege on its NATO defense promises and responsibilities. No one forced it to have a long and catastrophic history with the Jewish people. And no one forces it to expect perpetual U.S. military protection while continually setting record trade surpluses.

Despite the long postwar history of U.S.-German friendship, and despite Germany’s financial and economic power, the country is becoming psychologically isolated, if not unhinged. While Germans broadcast their anti-Americanism, they seem oblivious that Americans may likewise be tiring of German petulance.  
If we are entering yet another historical period of dangerous German resentment, the ensuing result will bode ill for everyone involved.
lire l'article complet @ Hoover Institution

Pour en savoir plus sur l'historien Victor Davis Hanson veuillez consulter Wikipedia et Hoover Institution (en anglais).

Lire également:
- En cas d'attaque Israël ne doit pas compter sur l'Allemagne, selon Mathias Döpfer, PDG d'Axel Springer, le plus important groupe de presse allemand

- L’Allemagne merkelienne, passager clandestin de l’Occident - OTAN, relations commerciales avec la Chine, énergie : Berlin se désolidarise de ses alliés, par Philippe Fabry @ Causeur

lundi 30 juillet 2018

La revue Kairos dans le viseur de la Ligue belge contre l’antisémitisme


Via La Capitale:
Dans notre journal de ce 12 juillet, nous parlions d’un article de la revue indépendante Kairos qui s’intéresse à la librairie Filigranes et plus particulièrement aux conditions de travail d’un certain nombre d’employés, qui souffrent d’un management autoritaire, de conditions de travail éprouvantes physiquement et moralement. D’autres anciens travailleurs de Filigranes nous ont donné des témoignages similaires à ceux recueillis par Kairos.

Mis au courant de notre publication, Joël Rubinfeld, président de la Ligue belge contre l’antisémitisme (LBCA), a contacté La Capitale. Il souhaite réagir non sur le sujet principal de l’article de Kairos («que quelqu’un critique la façon de gérer d’un chef d’entreprise, cela ne me regarde pas»), mais sur des propos du journaliste de Kairos qui pour lui sont problématiques. 
L’auteur évoque dans Kairos une affaire qui, en 2015, avait fait polémique. Marc Filipson, patron de Filigranes, avait invité le polémiste français Éric Zemmour à la librairie, comme il le fait pour d’autres auteurs. Vu certains propos de Zemmour, notamment sur la population musulmane, cette décision avait suscité un tollé chez des politiques et au sein de la société civile. Finalement, Marc Filipson avait annulé l’événement, allant tout de même au Cercle de Lorraine pour présenter Eric Zemmour, et invitant ce dernier plus tard à une galette des rois, à Filigranes.

C’est là que le journaliste de Kairos écrit: «Mais la cupidité, ou l’âme commerçante, a tout de même ses limites, et on se demanderait s’il n’y a pas là quelques prédilections pour la Kippa plutôt que la Burka. Zemmour, donc, mais pas Dieudonné.» Ensuite, le journaliste continue sur le sujet des invités de Filigranes, parlant de Nabila. «Quelqu’un nous a signalé cet article et vraiment, ça nous gêne. Pourquoi évoquer la confession de quelqu’un alors que l’on parle de management? Ça arrive comme un cheveu dans la soupe. C’est suspect. On insiste sur le fait que M. Filipson aime vendre, ça rappelle le champ sémantique du juif et de l’argent, qu’on retrouve dans l’extrême gauche», tient à déclarer Joël Rubinfeld.
Lire l'article complet

vendredi 27 juillet 2018

Mike Pence condamne les agressions anti-juives en Europe


Times of Israel:
Le vice-président américain Mike Pence a condamné jeudi l’augmentation des violences antisémites en Europe, déplorant le fait qu’il a été conseillé aux juifs français et allemands de ne pas s’identifier publiquement comme juifs. 
Lors d’une conférence ministérielle de trois jours sur la liberté religieuse au département d’État, M. Pence a relevé une série d’agressions violentes contre des cibles juives au cours des dernières années, notamment la fusillade dans une école à Toulouse en 2012 et l’attaque terroriste de 2016 dans un supermarché casher de Paris.

«Le monde a vu avec horreur ces attaques contre le peuple juif», a dit M. Pence.
«En France et en Allemagne, la situation s’est tellement détériorée que les chefs religieux juifs ont déconseillé à leurs fidèles de porter la kippa en public de peur d’être violemment attaqués, et dans de trop nombreux cas, c’est exactement ce qui s’est passé». […]
La France et l’Allemagne sont les deux pays européens où ces phénomènes sont les plus répandus, selon l’ONG de surveillance [ADL]. […] 
Pence a fait remarquer jeudi que certains des Juifs de France sont des survivants de la Shoah, et ont vécu la résurgence de l’antisémitisme au cours de leur vie. Il devait faire référence à Mireille Knoll, une octogénaire juive assassinée à son domicile. 
«Il est frappant de penser qu’au cours de la vie même de certains Juifs français – les mêmes Juifs français qui ont été forcés par les nazis de porter sur leurs vêtements des signes juifs identifiables – certaines de ces mêmes personnes sont maintenant enjointes par les responsables démocratiques de ne pas porter de vêtements juifs identifiables», a-t-il déclaré. «Ces actes de violence, de haine et d’antisémitisme doivent cesser.»
Lire l'article complet @ Times of Israel


jeudi 26 juillet 2018

Le Hamas, ce voisin meurtrier qui exige qu’Israël lui donne une arme


Levez le blocus, exhorte le groupe terroriste palestinien, afin que nous puissions vous exterminer
David Horovitz @ Times of Israel:
Le Hamas, une organisation terroriste islamiste meurtrière, a pris le contrôle par la force de la bande de Gaza en 2007, évinçant l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas lors d’un coup d’État sanglant. 
Israël s’était retiré unilatéralement deux ans plus tôt sur les lignes officiellement non contestées d’avant 1967 – évacuant 7 000 à 8 000 civils et retirant l’armée. 
Depuis lors, le Hamas a rendu la vie aussi infernale pour Israël que possible – en lançant des milliers de roquettes sans discernement sur Israël, en creusant des tunnels sous la frontière, en tuant et blessant des soldats à la clôture de la frontière, en effectuant des attentats suicides et autres actes de terrorisme, et plus récemment en faisant voler des engins incendiaires – cerfs-volants et ballons – de l’autre côté de la frontière pour brûler nos terres. 
Pendant ce temps, dans sa charte directrice et dans les discours et la propagande de ses dirigeants, il est dit à tous ceux qui veulent bien entendre qu’il est déterminé à détruire Israël, que les Juifs n’ont pas le droit d’être ici – ou ailleurs d’ailleurs – et que, tôt ou tard, il nous exterminera. 
Il se plaint aussi à qui veut bien l’entendre du blocus qu’Israël (et l’Egypte) impose(nt) sur le territoire qu’il contrôle. Si nous ne levons pas ce blocus, il menace de nous attaquer. 
Si nous levons ce blocus, il est évident que le Hamas introduira immédiatement plus d’armes pour poursuivre son objectif déclaré de nous détruire. 
Néanmoins, et c’est assez étonnant, divers organes de l’ONU, des organisations de défense des droits de l’homme, des présidents turcs, des politiciens suédois et irlandais, des dirigeants de l’opposition britannique, des candidats à la présidence américaine et d’autres experts font valoir qu’Israël devrait effectivement assouplir les restrictions d’accès qu’il impose à Gaza, c’est-à-dire qu’Israël devrait effectivement coopérer à l’orchestration prévue de sa propre destruction.
Lire l'article complet


mercredi 25 juillet 2018

Israël se tourne vers l'Europe de l'Est, Orban trouve un appui en Netanyahou



Cyrille Bret @ Atlantico:
"Le Premier ministre Netanyahou a pour but explicite de proposer aux membres du groupe du Višegrad (Tchéquie, Slovaquie, Hongrie et Pologne) de tenir leur prochain sommet à Jérusalem. Sa stratégique est-orientale vise à réunir ainsi plusieurs membres essentiels de l’Union européenne autour de la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël.

Pour le gouvernement Netanyahou, cela constituerait une victoire symbolique dans la mesure où l’implantation de l’ambassade américaine à Jérusalem a suscité l’opposition de l’Union européenne. Pour les gouvernements du Groupe de Visegrad, un rapprochement avec Israël présenterait plusieurs avantages : d’une part, les dédouaner des accusations d’antisémitisme et de xénophobie à leur encontre, d’autre part, développer les liens avec une économie innovante, des marchés financiers alternatifs à ceux de l’Europe et avec une main-d’œuvre très qualifiée, sans compter l’inscription dans l’espace de la méditerranée orientale. Avec le développement (encore à confirmer) d’une relation forte entre Israël et le V4, celui-ci gagnerait encore en notabilité."
Lire l'article complet @ Atlantico

mardi 24 juillet 2018

Le seul parti gauchiste européen qui aime Israël...


Avant d'entrer de devenir premier Ministre, le dirigeant de Syriza, Alexis Tsipras, a appelé à expulser l'ambassadeur d'Israël et à fermer les ports grecs aux navires transportant des armes américaines à destination d'Israël; en tant que Premier ministre, il a choisi d'intensifier les relations entre deux pays.

Via The Wall Street Journal:
Turkey’s Rise Sparks New Friendship Between Israel and Greece - Greece’s leftist Syriza party ditches its antagonism toward Israel and cooperates with Netanyahu’s government as Ankara asserts power in region
It’s hard to find a better example of how geopolitical realities trump ideology than the blossoming friendship between Israel and Greece.

As the leader of Greece’s leftist Syriza party before gaining office in 2015, Prime Minister Alexis Tsipras called to expel Israel’s ambassador and close Greek ports to U.S. arms shipments heading to Israel.

Syriza’s leftist allies in Europe still demonize Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu and his right-wing government. Many of them back the boycott, sanctions and disinvestment campaign against Israel.  
Not Mr. Tsipras—who intensified cooperation with Israel instead. The leaders of Israel, Greece and Cyprus are holding regular trilateral summits—the fourth was in May—and the Israeli air force uses Greek airspace for training. The three countries, plus Egypt, are jointly developing the eastern Mediterranean’s natural-gas reserves.

The key reason for all this: Turkey. 
lire l'article complet


vendredi 20 juillet 2018

Bertold Brecht sur l'accession d'Hitler au pouvoir



Bertold Brecht (1898-1956), auteur dramatique allemand:
"Les événements historiques sont imprévisibles.  Le peintre en bâtiment [Hitler] arrivera au pouvoir non seulement à la suite d'un coup d'Etat, mais aussi par voie légale.  Comme son parti était devenu soudain le plus grand de tous, c'était à lui que revenait, selon la loi, le soin de former le gouvernement.   
Le peuple était complètement désorienté. Beaucoup de gens votèrent pour l'ennemi de la démocratie parce qu'ils étaient démocrates.  Et puis, il y avait ces nombreux mécontents qui éprouvaient des griefs envers certains partis, c'est-à-dire envers les partis existants, et qui voyaient dans le parti du peintre un parti qui n'avait pas encore gouverné et qui, par conséquent, n'était pas encore passé par l'épreuve de l'échec.

Les veaux, mécontents de leurs tondeurs, de leurs valets d'étable et de leurs bergers décidèrent d'essayer une fois les services du boucher."
Unübersehbarkeit geschichtlicher Ereignisse, in Bertold Brecht, Gesammelte Werke, tome 20, p. 181. Repris du catalogue de l'exposition Paris-Berlin 1900-1933, 1978, Centre Pompidou, p. 574.

mercredi 18 juillet 2018

Marc Fumaroli: "la raison la plus profonde, la plus décisive, de l’antisémitisme, c’est la jalousie"


Le Point et Tribune Juive:
Marc Fumaroli répondant à la question "À part Jean d’Ormesson, qui étaient ou sont vos amis?" 
"J’aime par dessus tout , la compagnie des gens exceptionnels" et il cite les noms de Cioran, Jacques Roubaud, Yves Bonnefoy. 
Puis il ajoute "Notez que je n’ai jamais eu envie de faire la connaissance de Céline. J’avais eu trop de bonheur à fréquenter les juifs du Maroc pour m’intéresser humainement à un écrivain qui avait été un antisémite frénétique. Sur ce point, d’ailleurs, j’ai toujours pensé que la raison la plus profonde, la plus décisive, de l’antisémitisme, c’est la jalousie."


mardi 17 juillet 2018

La France est le pays d’Europe le plus dangereux pour les Juifs


Manfred Gerstenfeld (adaptation par Marc Brzustowski) @ JForum:
Les relations entre la France et Israël sont restées ambivalentes et complexes depuis des décennies. Les attitudes qui prédominent nettement sont celles où le gouvernement français s’évertue à ternir la réputation d’Israël. Le Président Emmanuel Macron est, de toute évidence, un nouveau style de Français. Il a obtenu la Présidence sans avoir gravi les échelons d’un parti politique existant. C’est un homme politique suave, intelligent, ayant un excellent niveau d’enseignement et une bonne maîtrise des relations publiques. Cependant, l’analyse doit se concentrer sur les faits, et non sur l’emballage. Les réactions françaises à la récente vague de violences à la frontière de Gaza peuvent constituer un bon point de départ. Quand le Premier Ministre Binyamin Netanyahu a rencontré Macron à Paris, en avril, le Président français lui a dit que la déménagement de l’Ambassade américaine à Jérusalem “débouche sur le fait que des gens meurent et ne fait pas progresser la paix
Avec une telle déclaration manipulatoire, Macron affirmait, de façon limpide, ses compétences dans la déformation grave de la vérité, en très peu de mots pour le dire. Ce qui provoque la violence, c’est l’initiative de l’organisation terroriste Hamas consistant à envoyer des civils à la frontière et de mélanger parmi eux des terroristes. Parmi les plus de 115 Gazaouites tués par Israël, plus de 93 ont été identifiés comme des terroristes connus ou ayant des liens avec des activités terroristes. Le Hamas lui-même a confirmé que nombreux, parmi ceux qui ont été tués, étaient des membres actifs de sa faction. 
La France a aussi soutenu une résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU qui appelle à des mesures de protection pour les Palestiniens, mais ne faisait aucune mention du Hamas qui les expose à la mort. Le Ministre-adjoint israélien Michaël Oren a synthétisé sa réponse en un tweet: “Honte à la France de soutenir une telle résolution. Le gouvernement français ne peut pas, en même temps, dire qu’il s’élève contre l’antisémitisme et voter pour une résolution antisémite”. L’Ambassadrice française Hélène Le Gal a accusé Oren de ne pas même avoir lu la résolution et d’insulter la France. […]
Les réactions et inclinations françaises envers la violence à Gaza ont des racines profondes à travers l’histoire. En 2008, David Pryce-Jones a publié son livre Betrayal : France, the Arabs and the Jews, “Trahison : La France, les Arabes et les Juifs”. Il a eu accès aux archives du Ministère français des affaires étrangères, plus connu sous le nom de Quai d’Orsay. On peut ainsi résumer sa conclusion: la France, à travers toute l’histoire moderne, a provoqué plus de dégâts au Moyen-Orient que n’importe quel autre pays. […] 
La France est devenue le pays d’Europe le plus dangereux pour les Juifs. C’est principalement dû aux vastes mouvements d’immigration passée venant des pays musulmans, où le pourcentage d’antisémites fait partie des plus élevés au monde. Parmi les quinze Juifs tués pour raisons idéologiques en Europe – dont les auteurs, tous Musulmans, sont connus – douze ont été assassinés en France au cours de six attentats différents. 
Les deux attaques de masse de la part de Musulmans violents contre des synagogues, dans l’Union Européenne, ont toutes deux été perpétrées en France, à Paris et Sarcelles. Bien d’autres crimes ayant des mobiles antisémites ont été commis par des membres de la communauté musulmane. [Le djihadiste français Mehdi Nemmouche est accusé d'avoir tué quatre personnes en 2014 au Musée juif de Bruxelles. Son complice présumé, Nacer Bendrer, est un marseillais.]
En conséquence, les dirigeants de la communauté juive n’ont pas de plan directeur pour l’avenir de leur communauté. En termes absolus, mais aussi en niveaux de pourcentage, la France est le pays européen qui atteint les chiffres les plus importants en matière de Juifs émigrant au cours de ce siècle. 
Le fait de devoir fréquemment exposer les tentatives françaises hypocrites et incessantes de ternir la réputation d’Israël et l’emploi par la France de normes à deux vitesses n’est pas prêt de s’arrêter, mais les dénoncer peut les rendre moins avantageuses pour leurs auteurs.
Lire l'article complet @ J Forum

dimanche 15 juillet 2018

Provocation anti-Israël de l’ambassadrice Hélène Le Gall: “Israël doit protéger sa frontière mais sans tuer”


Desinfos:
L’ambassadrice de la France en Israël, Hélène Le Gall, a vivement critiqué samedi les règles de tir de l’armée israélienne face aux émeutiers terroristes du Hamas.

“Il y a aussi de violentes manifestations en France et personne n’a été tué”, a déclaré le diplomate dans un entretien accordé au journal israélien Maariv, en réponse à une question sur les émeutes organisées par le Hamas à la frontière avec Israël.

“Israël doit protéger sa frontière mais sans tuer”, a-t-elle ajouté.

Le directeur de la publication du Monde Juif Info, Yohann Taïeb, a rappelé à l’ambassadrice que le 26 octobre 2014, Rémi Fraisse, un botaniste de 21 ans, avait été tué par les forces de police françaises lors de violents affrontements sur le site du chantier de Sivens.

vendredi 13 juillet 2018

Allemagne: Un professeur israélien attaqué par un Palestinien et frappé par un policier


Times of Israel:
Un professeur de philosophie israélien qui vit aux Etats-Unis s’est fait agresser mercredi en Allemagne par un homme d’origine palestinienne, qui a fait tomber sa kippa de sa tête et qui lui a crié qu’il ne devrait pas y avoir de Juifs en Allemagne.

L’Israélien s’est défendu mais il a été alors frappé au visage par la police, qui a cru qu’il était à l’origine de cette altercation. La cheffe locale des forces de l’ordre a ensuite présenté ses excuses. (…)

Selon des informations parues dans les médias allemands, l’agresseur a fait tomber la kippa de l’homme à plusieurs reprises, il l’a frappé à l’épaule et il l’a bousculé. 
Il a également crié: "Pas de Juifs en Allemagne" à l’Israélien qui se défendait.

Le compagnon de l’Israélien a appelé la police mais lorsque les agents sont arrivés, l’agresseur a fui, l’Israélien à sa poursuite. 
La police a tout d’abord cru que l’Israélien était l’agresseur et lorsque ce dernier ne s’est pas exécuté lorsqu’il lui a été demandé de s’arrêter, les agents ont tenté de l’immobiliser, ce qui a mené à une bousculade durant laquelle il a été frappé au visage et maintenu au sol. 
Lire l'article complet

jeudi 12 juillet 2018

Céline Pina évoque l'affaire d'un imam toulousain appelant au meurtre des juifs


Céline Pina, ancienne élue locale, essayiste et militante::
"Vous ne connaissez sans doute pas Mohamed Tataï, imam de la grande mosquée de Toulouse pour qui l'appel au meurtre des juifs au nom de l'Islam fait partie intégrante du respect des commandements divins. Pour ces faits, il est aujourd'hui au cœur d'une affaire qui illustre non seulement l'incapacité de l'État à réagir face aux manipulations des islamistes, mais témoigne de la dangereuse tentation de laisser des communautés auto-instituées juger leurs ressortissants comme s'ils vivaient sous d'autres lois que les nôtres, y compris sur le sol de France. Alors que violences antisémites et provocations islamistes ne connaissent guère de bornes (assassinat de Sarah Halimi, meurtre de Mireille Knoll, déménagements massifs des Français de confession juive de l'Est vers l'Ouest parisien, les cris de «mort aux juifs» devenant un passage obligé de toute manifestation pro-palestinienne, Médine programmé au Bataclan venant s'essuyer les pieds dans le sang des victimes de l'idéologie qu'il défend…), c'est à Dalil Boubakeur, recteur de la mosquée de Paris, qu'a été confiée la gestion de la crise et le seul ministre qui s'est exprimé sur l'histoire est le ministre algérien des affaires religieuses. Notre ministre de l'Intérieur, lui, se tait et ne remet pas en place l'ingérence étrangère. Cherchez l'erreur. (…)

L'affaire de l'imam de Toulouse est en train de montrer que oui. Alors que l'appel au meurtre des juifs, met en cause l'avenir de la République, comme le dit justement Sacha Ghozlan, président de l'Union des étudiants juifs de France, le silence du gouvernement peut être lu comme une façon de s'en laver les mains. D'ailleurs c'est effectivement ce qu'il a fait.

En confiant le soin à Dalil Boubakeur de juger en première instance des appels au meurtre envers les Français de confession juive, c'est notre protection en tant que citoyens qui nous est refusée à tous. "
Lire l'article complet @ Figaro Vox

Lire également:
Céline Pina: "Cet antisémitisme rend la vie impossible aux Juifs"

mercredi 11 juillet 2018

L’Institut Weizmann parmi les 10 meilleurs centres de recherche au monde (2015)


L’Institut de Science et Technologie de l’Université de Leiden aux Pays-Bas a publié son nouveau classement mondial des établissements de recherche scientifique pour la qualité de leurs travaux. Parmi les près de mille universités et centres de recherches testés dans le monde, l’Institut Weizmann de Rehovot arrive en 9e position! Lors du dernier classement, effectué en 2015, l’institut était classé 10e et le seul établissement non américain dans cette première dizaine. Il y a dix ans, l’Institut Weizmann était placé au 19e rang.

Dans ce dernier classement, l’Institut Weizmann est précédé dans l’ordre par: Rockfeller University, MIT, Princeton University, Stanford University, Harvard University, Berkeley University California, California Institute of Technology, toutes américaines, ainsi que la London School of Hygiene and Tropical Medicine.
Lire l'article complet @ LHP Info

mardi 10 juillet 2018

Un ministre belge suggère que les manuels scolaires israéliens diaboliseraient les Palestiniens

Alors que Londres va examiner les manuels scolaires palestiniens qui incitent à la haine et au jihad, en Belgique la situation est totalement différente…  Ces faits sont rapportés par Joods Actueel (version papier).

Michael Freilich est depuis plus d'une décennie le rédacteur en chef du magazine anversois Joods Actueel.

Dans un éditorial Michael Freilich rappelle qu'il est constamment confronté au traitement très partial du conflit israélo-palestinien en Belgique et qu'à chaque occurrence, incrédule, il se dit: "Ce n’est pas possible".

"Ce mois-ci, j'ai failli tomber de ma chaise quand j'ai lu que Vice-Premier Ministre et Ministre de la Coopération au développement, Alexander De Croo (Open VLD) accusait le système scolaire d'Israël de diaboliser les Palestiniens et d'inciter à la violence contre eux", écrit Freilich.

Si ce type de propagande anti-Israël émanait d'un parti comme Groen (les Verts flamands), cela ne l'aurait pas étonné. Mais le problème c'est que c'est un ministre d'un pays européen et membre du parti libéral flamand (Open VLD) qui relaye la propagande mensongère palestinienne.

Suite à l'annonce que le ministre De Croo allait verser une somme considérable à l'enseignement palestinien, Joods Actueel a voulu savoir la raison pour laquelle le ministre continuait à financer des manuels palestiniens qui incitent à la haine.

Le magazine fit donc parvenir au ministre un rapport avec de nombreux exemples d'appels à la violence et au martyre. Le cabinet De Croo a totalement ignoré les faits détaillés dans le rapport et, pire, a inversé les rôles.

Selon lui, depuis des années un 'lobby' [sic] surveille de près le contenu des manuels scolaires palestiniens sans y trouver quoi que ce soit de répréhensible. Si tel était néanmoins le cas, argumente-t-il, c'est que le système scolaire israélien fait de même.

Il y a quelques années, l'Autorité Palestinienne a essayé de démontrer qu'on incitait à la haine dans les écoles israéliennes. N'ayant trouvé aucune preuve, l'AP a changé de tactique et s'est concentrée sur des propos racistes exprimés sur les réseaux sociaux ou des forums obscurs. C'est clair que, comme partout ailleurs, on en trouve également en Israël.

Consulté à l’époque, le porte-parole du Premier ministre israélien, Mark Regev, avait déclaré: "On ne peut pas prendre cela au sérieux. Israël ne diabolise pas les Palestiniens. Israël n'apprend pas à ses jeunes à haïr les Palestiniens. Plutôt que de répondre aux demandes internationales visant à empêcher les appels haineux, il semble que certains au sein de l'AP se livrent à de petits jeux au lieu de s'attaquer à ce problème dans leur propre société."

Mais savez-vous ce qui est triste dans cette affaire? Cette fois la réponse ne s'adresse pas à l'Autorité palestinienne mais à un Vice-Premier Ministre belge qui est apparemment devenu le porte-parole de l'Autorité palestinienne. Ce n'est pas seulement triste, c'est regrettable!

Lire également Le ministre De Croo offre 11 millions de nos impôts aux terroristes et Kritiek op kabinet De Croo voor subsidiëring Palestijns ‘haatonderwijs’.


dimanche 8 juillet 2018

Islande: Que pensent les jeunes Islandais d'Israël? (vidéo)


Suite à une pétition appelant la télévision publique islandaise à boycotter le concours Eurovision 2019 en Israël, Rudy Rochman a interrogé plusieurs jeunes à Reykjavík sur leur opinion d'Israël.

Une jeune femme est très sceptique quant à la propagande anti-israélienne véhiculée par les médias européens.  Pour plusieurs jeunes, Israël est un pays criminel. Un certain Grapeth explique qu'il a appris que chanteuse Neta a participé au meurtre de masse d'enfants palestiniens.

D'autres s'étonnent que, malgré le fait que la Russie ne respecte pas les droits de l'homme, personne n'a levé la moindre protestation contre le Mondial qui se déroule en ce moment lieu dans le pays. Un jeune explique que basher Israël est une mode.


Vidéo en anglais (sous-titres en hébreu et anglais)

jeudi 5 juillet 2018

L'académicien belge Jean Bricmont toujours obsédé par le "lobby"


Source: Conspiracy Watch

Le saxophoniste britannique Gilad Atzmon a été contraint de présenter ses excuses au président de l’organisation britannique Campaign Against Antisemitism (CAA), Gideon Falter. En juillet 2017, Atzmon avait accusé Falter sur son site web de fabriquer des incidents antisémites pour en tirer profit personnellement et justifier les activités de la CAA : « Ils ont besoin de l’antisémitisme et de beaucoup d’antisémitisme. Quand il n’y en a pas, ils se contentent de l’inventer ». Dans une déclaration lue en audience publique (il n’était pas présent au tribunal), Atzmon a reconnu que ses allégations visant Falter étaient fausses et a accepté de lui verser des dommages-intérêts. Né en Israël, Atzmon est un proche de la mouvance négationniste. Ses écrits ont à plusieurs reprises été qualifiés d’antisémites. Auteur d’un ouvrage préfacé par le physicien belge Jean Bricmont, il s’est maintes fois illustré par ses prises de position complotistes, suggérant notamment que les attentats du 11-Septembre et ceux de janvier 2015 étaient des opérations sous faux drapeaux.
Le fameux "lobby" est l'une des grandes préoccupations du professeur Jean Bricmont. Ci-dessous vous trouverez quelques posts à ce sujet trouvés sur son Facebook qui en contient en abondance.  (Il convient de souligner que Jean Brimont est également membre de la prestigieuse Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique.  On imagine difficilement qu'en France ou qu'au Royaume-Uni on honore de la sorte un personnages obsédé par de telles idées - et qui s'en vante, sans qu'il y ait la moindre protestation.  Visiblement, le fameux "lobby" n'a nullement nuit à sa carrière académique (Université Catholique de Louvain) en Belgique francophone…)

Bonne fête d'indépendance à mes amis américains
Happy 4th of July to my American friends. You still have to free yourself from a few details: Wall Street, the military-industrial complex, the pro-Israel lobby, the lying media and almost the entire political class.
Celui qui explique ce silence des médias sans mentionner l'action et le terrorisme intellectuel du lobby qui n'existe pas gagne le 1er prix de la lutte contre l'antisémitisme.
Merci à Lina Kennouche pour me permettre de m'exprimer en dehors du "monde libre", vu que dans celui-ci c'est pratiquement impossible.
Réaction à ce post
Francine Jacquemin Censurée sur Facebook pendant 24 heures pour avoir dit que même la… ça commence par un S et ça fini par un H ... ne parvenait plus à faire oublier ce qui se passe en ... ça commence par un P et ça fini par un E ! Alors pour s'exprimer va falloir faire preuve d'ingéniosité !

Article de Marc Reisinger sur l'académicien belge Jean Bricmont: L’antisémitisme est-il soluble dans la raison?

Pour d'autres articles sur Bricmont, cliquer ICI.