dimanche 4 septembre 2011

Remarque navrante de la RTBF au sujet de la Shoah

Le Premier Ministre belge Yves Leterme est visite officielle en Israël.  La RTBF a diffusé un reportage sur la visite de M. Leterme à Yad Vashem  au JT de 19h30 (après évidemment le reportage sur l'arrivée de DSK à Paris...).

On dirait que pour les trois envoyés spéciaux de la RTBF, Yad Vashem c'est du folklore et que les choses sérieuses sont ... les Palestiniens.  Véritablement sérieuses...

"Après ce passage obligé par Yad Vashem, les choses sérieuses - c'est-à-dire la question de la reconnaissance de la Palestine par les Nations Unies - ont véritablement commencé. Yves Leterme a rencontré en fin de journée le Président israélien Shimon Peres".

Vidéo de la RTBF

Merci à RR

5 commentaires :

akry a dit…

Tellement symptomatique qu'on ne s'étonne ni ne s'émeut plus. Sauf ceux qui sont concernés, bien entendu. Les gêneurs...

prof a dit…

Doit-on encore s'étonner des propos tenus par les journalistes de la RTBF? On sait depuis des années que ceux-ci désinforment sur Israël et à propos d'Israël. Ils se croient sage. Et pourtant, l'auteur des proverbes déclarait: "Il n'y a pas plus fou que celui qui se croit sage!"

Anonyme a dit…

Je l'ai dit et je le répète, il est inadmissible que Yad Vachem soit ouvert a tous. Les pires de nos ennemis peuvent aller y verser une larme, puis ensuite aller fleurir la tombe d'arafat, avant d'organiser avec mazen la destruction d'Israel.

D'ailleurs, je me demande toujours pourquoi arafat en son temps, et mazen aujourd'hui, n'ont pas eu l'idée d'y venir, histoire de montrer combien ils aiment les juifs. Mais je ne desespère pas pour mazen, si je puis dire, et je reste persuadé que, dans cette hypothèse, rien ne sera fait pour empecher la profanation de ce lieu par sa seule présence.
La visite de Yad Vachem se mérite et c'est une injure a nos morts que de laisser les assassins d'aujourd'hui et leurs complices y mettre les pieds.

Philosémite a dit…

Cher Anonyme, Vous n'avez pas tort. Nous rapportions ceci en octobre 2008:
Après leur visite à Yad Vashem deux enseignants belges dénigrent Israël
http://philosemitismeblog.blogspot.com/2008/10/aprs-yad-vashem-deux-enseignants-belges.html

Deux enseignants "convaincus de l'extrême nécessité du devoir de mémoire" et ayant visité le mémorial de "Yad Vashem à Jérusalem dans le cadre d'un séminaire de douze jours visant à acquérir une meilleure connaissance de la Shoah" lancent une terrible charge contre Israël sur internet (site de la Députée provinciale wallonne Annie Taulet (Parti socialiste)).

Yad Vashem: enseignement inutile?

En critiquant, comme ils le font, l'Institut Yad Vashem qui perpétue la mémoire individuelle et collective des 6 millions de juifs, dont 1.5 million d'enfants, exterminés par les nazis ("matraquage émotionnel", "les missions du Yad Vashem sont DICTEES par une loi de l'Etat d'Israël !!" ...) et en allant jusqu'à suggérer une correspondance entre Israël et un camp de concentration, ces deux "passeurs de mémoire" nous posent d'inquiétantes interrogations.

Patricia Eeckhout, professeur d'histoire et de morale, parle de "matraquage émotionnel", d'"endoctrinement", d'"abus", d'approche peu "honnête", de "victimisation" comme moyen d'absolution:

"(...) Yad Vashem est un lieu de mémoire exceptionnel mais il serait, selon moi, nécessaire d'éviter le matraquage émotionnel. Cet abus donne un effet inverse, les émotions comme les informations doivent être intégrées de façon sereine et non pas dans un rythme infernal comme nous avons dû le vivre.

Le colloque international était, à mon sens, trop formel et protocolaire, et hélas il frisait parfois l'endoctrinement.

J'aurais apprécié que les organisateurs tiennent compte de notre motivation de départ, les enseignants présents étaient convaincus de l'extrême nécessité du devoir de mémoire, il s'avérait donc inutile de tenter de nous "endoctriner".

De plus, l'approche du conflit israélo-palestinien n'était absolument pas le sujet de ce séminaire mais vu qu'il a été évoqué, il eût été plus honnête de pouvoir entendre les deux parties... afin de travailler dans un esprit ouvert, tolérant et respectueux, valeurs prônées par Yad Vashem. Dès lors il est impératif que ces valeurs soient étendues pour tous les génocides du monde et le conflit actuel au Proche Orient.

Deux approches restent possibles : la victimisation permettant d'excuser certains aspects du conflit actuel ou la résiliance et la foi en demain comme le prône le musée de la Shoah pour les enfants dans le kibboutz Lohamei. (...)"

Thierry Francx se plaint de ne pas avoir été respecté "en tant qu'être humain" et parle d'"humiliation". Il ne cache ni la profonde anthipatie que lui inspirent les Israéliens, ni son dédain pour les "gentils pèlerins" qui aiment Israël. Il évoque même des conditions proches d'un camp de concentration.

"(...) Fallait-il, pour autant, ne pas respecter l'enseignant en tant qu'être humain ?

L'organisation nous brimant par toutes ses interdictions, le rythme infernal du planning, la vue des fusils autour de nous (même lors de certains repas) et les multiples contrôles ont plongé notre séjour au cœur de l'humiliation.

Voulaient-ils nous donner le début d'une projection dans un camp de concentration ?

N'oublions pas que les missions du Yad Vashem sont DICTEES par une loi de l'Etat d'Israël !!

Notre esprit critique et notre curiosité à regarder de l'autre côté du mur dérangeaient et bousculaient l'image des gentils pèlerins, habitués de ces lieux. (...)"

On frémit à l'idée du travail de ces "passeurs de mémoire" se croyant vertueux et bardés de certitudes inébranlables auprès des enfants.

Anonyme a dit…

Philosémitisme :

Voila effectivement un tres bon exemple. Mais j'en veux bien plus a Yad Vachem pour laisser entrer n'importe qui, plutot qu'a nos ennemis.
On ne peut pas se plaindre d'avoir été cambriolé pour la enième fois, lorsqu'on persiste a laisser chez soi, portes et fenetres ouvertes.