vendredi 23 mars 2012

Journal allemand: de plus en plus de Juifs quittent la France

"Je connais le professeur qui a été abattu. Il vivait ici en Israël jusqu'à tout récemment. Il a fallu beaucoup de temps pour le persuader d'aller à Toulouse pour y enseigner l'hébreu et la religion. Il quitte la région troublée du Moyen-Orient et se fait assassiner en France avec ses deux enfants." 

Quelques remarques. L'article n'évoque pas les Juifs qui quittent la France pour s'installer aux Etats-Unis, au Canada, en Australie etc. - dont on n'a aucun chiffre.  Ni le fait qu'un quart de la population française exprime des sentiments antisémites (sondage ADL).  On se rappellera que le rabbin hongrois Slomo Koves confiait récemment: "J'ai rencontré plus d'antisémitisme aussi bien verbal que physique pendant les deux ans que j'ai vécus en France que pendant 20 ans en Hongrie".  Il est vrai qu'en Hongrie, où l'antisémitisme est élevé, on ne tue pas des Juifs.

Spiegel on Line consacre un article aux nombre croissant de Juifs qui quittent la France en raison de la montée de l'antisémitisme. Fears of Anti-Semitism: More and More French Jews Emigrating to Israel

"Un nombre croissant de Français achètent des maisons en Israël craignant la montée de l'antisémitisme en France. Beaucoup se plaignent d'être harcelés en public et estiment que le pays n'est plus un endroit sûr pour élever leurs enfants. Dans le sillage des attaques Toulouse, la vague d'émigration est susceptible d'augmenter. [...]

Il y a cinq ans, Linda a déménagé de Paris au Canada, puis s'est installée dans la ville portuaire israélienne d'Ashdod. Il y a à peine une semaine, elle, son mari et leurs deux fils faisaient face à une pluie de roquettes tirés de la bande de Gaza. Néanmoins, Linda, qui ne veut pas être identifiée par son nom de famille, se réjouit de ne plus vivre en France. "On est beaucoup plus en sécurité ici qu'en France," dit-elle.

"L'antisémitisme est devenu insupportable là-bas," confie-t-elle. "Les enfants sont harcelés sur le chemin de l'école pour la simple raison qu'ils sont Juifs." Elle raconte qu'elle a également été victime d'harcèlement sur l'avenue des Champs-Élysées à Paris. "Je portais un collier avec une étoile de David", se souvient-elle. "Quelqu'un m'a bousculée et je lui ai dit:"Vous devriez vous excuser". Et il a répondu qu'il ne présentait pas d'excuses à une Juive".


Selon le ministère israélien de l'Intégration, environ 2.000 Juifs français s'installent chaque année en Israël et un total de 100.000 ont déjà fait leur allyah. Le gouvernement israélien est très heureux d'accueillir les nouveaux arrivants, qui sont généralement aisés et instruits. En 2004, l'appel du Premier ministre Ariel Sharon aux Juifs français à émigrer avait déclenché l'indignation à Paris et conduit à un refroidissement des relations entre les deux pays. Mais la vague d'immigration se poursuit sans relâche. [...]

Yitzhak Touitou, un agent immobilier de Tel Aviv, confirme cette tendance. "Environ un tiers de mes clients sont des Juifs de France", explique-t-il. Il ne s'agit pas seulement de personnes riches qui achètent des résidences secondaires en Israël. "Chaque Juif français qui a les moyens financiers achète un appartement ici", ajoute-t-il.

Daniel Ben-Simon [membre de la Knesset] estime que "près d'un Juif français sur deux a une résidence en Israël. C'est une sorte de police d'assurance, juste au cas où la situation en France s'aggrave davantage."

 Lorsqu'il leur fait visiter des propriétés, les clients de Touitou racontent des histoires à faire dresser les cheveux sur la tête. "L'atmosphère en France est devenu très menaçante," explique t-il. "Les gens ne portent plus la kippa quand ils sortent en public. Ils ont peur d'être harcelés."

Pour Touitou, dont la belle-mère est la femme du fondateur de l'école Ozar Hatorah, où les meurtres ont été commis, il y a une ironie tragique dans les événements de Toulouse. "Je connais le professeur qui a été abattu. Il vivait ici en Israël jusqu'à tout récemment. Il a fallu beaucoup de temps pour le persuader d'aller à Toulouse pour y enseigner l'hébreu et la religion. Il quitte la région troublée du Moyen-Orient et se fait assassiner en France avec ses deux enfants."

En réponse à l'attaque, le vice-Premier ministre Silvan Shalom a, comme Sharon en 2004, invité mais dans des termes plus prudents les Juifs de France à s'installer en Israël. Ben-Simon estime que l'appel d'Israël pourrait être couronné de succès. "S'il est établi que des Juifs ont été délibérément pris pour cible, Israël peut s'attendre à voir une vague de Juifs français fuir le pays."

2 commentaires :

prof a dit…

Vu la situation qui dégénère de plus en plus en France, il est normal que les juifs de France fuient. Je connais plusieurs même qui ont fait leur alya. Encore quelques intellectuels dont la France ne bénéficiera pas de leur travail.

Gilles-Michel DEHARBE a dit…

Il n'y a donc pas assez de journaux en France pour décrire ce phénomème ?