mardi 22 mai 2012

Comme en 1938 la haine des Juifs existe en Belgique

La Belgique a succédé aux Pays-Bas à la présidence de l’Organisation Internationale de la Mémoire de la Shoa. A cette occasion, quelque 300 personnes ont assisté à une cérémonie dans la ville de Malines (c'est de Malines, à quelques mètre de l'archevêché, que 28 trains transportant 25 257 Juifs (hommes, femmes et enfants) partirent pour la Pologne, la plupart à destination d’Auschwitz-Birkenau, pour y être exterminés). Le ministre israélien de l'Information et des Relations avec la Diaspora Yuli Edelstein a fait part de sa lassitude et de son pessimisme. Il a confié au Jerusalem Post que ce qui l'inquiétait c'est que ces cérémonies (il y en a d'innombrables avec de belles déclarations partout en Europe) sont une manière d'éviter de confronter l'antisémitisme en Europe. "Il faudrait tirer des conclusion des incidents qui se produisent de nos jours en Belgique, en Hollande et ailleurs: les antisémites remplacent "Juif" par "sioniste", ils inventent n'importe quel meurtre rituel et affirment que c'est un débat politique", a-t-il dit.  Quant à la Belgique, on est confronté également au fait bizarre et inquiétant que les élites juives belges francophones  ont nommé "Mensch de l'année 2011" rabbin français David Meyer qui prédit et prône ... la fin d'Israël
Rassemblement pro-Hamas à Bruxelles (11/01/2009)

'1938-style Jew hatred still alive in Belgium' by CNAAN LIPHSHIZ, JERUSALEM POST CORRESPONDENT 29/01/2012 - Edelstein tells European dignitaries that anti-Semitism rife in Europe.

The sort of anti-Semitic attacks that took place in Europe in 1938 are occurring here today, Public Diplomacy and Diaspora Affairs Minister Yuli Edelstein told European dignitaries and Jewish leaders on Thursday night.

“A brick hurled at a Jewish shop. A Molotov cocktail at a rabbi’s house. A Jewish girl attacked at school. These aren’t memories of Europe in 1938, but headlines in 2011,” Edelstein said in a speech at a ceremony in Belgium. Edelstein represented Israel at an event celebrating Belgium’s chairmanship of the intergovernmental Task Force for International Cooperation on Holocaust Education. Belgium will replace the Netherlands as the task force’s leader in March. Under Belgium’s chairmanship, the task force is to be transformed and renamed the International Holocaust Remembrance Organization. Some 300 people attended the ceremony in Mechelen where Edelstein spoke last week. “My concern is the escapism that occurs in these ceremonies,” Edelstein told The Jerusalem Post after his speech. “Conclusions from current incidents in Belgium, Holland and elsewhere must be drawn: Anti-Semites replace ‘Jew’ with ‘Zionist’ or ‘Israeli.’ They tell any blood libel and call it political debate.” 



 Edelstein noted that not all EU states were members of the task force and called on Belgium to “make sure that at least all EU states join this important body.” Julius Berman, chairman of the Claims Conference – the body representing world Jewry in negotiations with Germany about restitution for the Holocaust – also spoke at the event in Mechelen. He called on the Belgian chairmanship of the task force to make sure Holocaust education is “in fact a part of the school curriculum of every member country”and that it address not only the murder of Jews but also the theft of their property – “the precursor to genocide,” as Berman called it. The European Union “needs to do much more for restitution and memory,” he said. Belgian Prime Minister Elio Di Rupo delivered his message via a pre-recorded video address. He promised to “fight and oppose any anti- Semitic incident” but announced no concrete plans to achieve this. Belgium has approximately 40,000 Jews. In 2010, watchdog groups recorded a 60 percent rise in anti-Semitic attacks, and last year the Jewish Agency said aliya from Belgium had increased by 63%Eli Ringer, honorary chairman of the Flanders Forum of Jewish Organizations, mentioned in his address the persecution of Egyptian Copts and said that “religious extremism and fundamentalism” threatened democratic structures whose foundations came from lessons drawn from the Holocaust and World War II. The National Commission of the Jewish Community of Belgium for Restitution and Memory chose to hold the event in Mechelen – a city from which some 25,000 Belgian Jews were sent to Auschwitz in cattle cars in August 1942. Only 1,584 survived.

2 commentaires :

Monique a dit…

Malheureusement, cette haine existe dans d'autres pays d'Europe dont la France : par exemple, la comparaison fréquente de Gaza par des journalistes et des politiques français avec un camp de concentration, la surmédiatisation et la surexposition par l'image d'enfants palestiniens soi-disant tués par des tirs israëliens (peu importe si ces enfants sont syriens et ont été tués par l'armée syrienne ou si ces enfants sont morts suite à un accident de la route) toujours par des journalistes français. Et cette surmédiatisation et comparaison plus qu'abusive conduisent à des drames comme la tuerie de Toulouse : Merah a dit qu'il avait tué des enfants juifs pour venger les enfants palestiniens.

Quant aux commémorations consensuelles sur la Shoah partout en Europe, cela me fait penser à ces enterrements où ceux qui détestaient la personne décédée de son vivant se mettent à gémir et à pleurer plus fort. On honore les morts alors qu'on déteste les vivants parce que ces braves gens doivent penser qu'un bon juif est un juif mort, surtout s'il l'est depuis longtemps dans le cas présent.

Et pour terminer, il est vrai qu'on a remplacé le terme de "juif" par "sioniste" pour pouvoir dire toutes les horreurs que l'on veut individuellement (dans les interviews avec des journalistes complaisants) et collectivement (dans les manifestatins anti-sionistes).
Et il faut rajouter à cela qu'on devient vite sioniste : il suffit juste à un juif israëlien ou non, ou à un non-juif de dire qu'il aime Israël pour qu'on dise qu'il est sioniste (l'actrice Natalie Portman en est le cas typique : dans une interview, elle a dit qu'elle aimait son pays natal Israël et depuis elle est taxée de juive sioniste). Remarquez, pour les antisionistes, elle cummule car elle a le tort d'être une juive israëlienne par son père et une juive américaine (les USA étant l'autre pays détesté par les antisionistes) par sa mère et en plus , elle a l'amour de ses deux pays.

Gilles-Michel DEHARBE a dit…

En décembre 2012 prochain s'ouvrira à Liège, au Musée Curtius, une exposition consacrée à la situation des Juifs de Liège durant la Seconde Guerre mondiale. Cette exposition s'inspire bien évidemment de la monographie consacrée à la Cité ardente par Thierry Rozenblum ainsi que des recherches du CEGES publiées sous le titre La Belgique docile.
 
Cette exposition s'inscrit dans le cadre des manifestations organisées à l'occasion de la présidence belge de l'International Holocaust Remembrance Organization.
 


Le CEGES est associé à cette exposition de même qu'à d'autres manifestations dans le cadre de cette présidence. Mais le projet " Liège, cité docile ", une ville face à la persécution des Juifs sous l'occupation est plus qu'une exposition.


D'ores et déjà, vous pouvez en découvrir d'autres facettes via le site


http://www.dannes-camiers.org/012/fr/Accueil