mardi 17 janvier 2012

Une université anglaise enquête après un dérapage antisémite (encore un...)

Source: Le Figaro - La prestigieuse London School of Economics a ouvert une enquête après l'attaque qu'aurait subie un étudiant juif de la part de ses camarades [il a eu le nez cassé] lors d'un voyage organisé à Val d'Isère.

L'Université londonienne London School of Economics a ouvert une enquête après l'attaque antisémite qu'aurait subie un étudiant juif de la part de ses camarades lors d'un voyage organisé dans la station savoyarde. Les membres du groupe d'athlétisme de la LSE étaient allés faire du ski fin décembre. C'est lors de l'organisation d'un jeu à boire que quelques uns des 150 athlètes auraient dérapé. Selon le journal de l'université The Beaver, ce jeu, appelé «Nazi Ring of Fire» (l'anneau de feu nazi) nécessitait un jeu de cartes placées sur la table en forme de croix gammée, ainsi que l'exécution du salut hitlérien. Un étudiant juif aurait alors protesté, ce qui aurait déclenché une bagarre au cours de laquelle il a eu le nez cassé. Une vidéo du jeu a été postée sur le site YouTube, avant d'être supprimée.

L'étudiant, qui n'a pas porté plainte auprès de la police française, s'est exprimé dans les colonnes du quotidien The Guardian sur l'incident : «C'était un mélange d'attaques personnelles et d'insultes contre les juifs en général après que j'ai refusé de participer au jeu. Cela m'a terriblement bouleversé. C'est la goutte d'eau en trop. Cela a continué pendant le jeu, avec la croix-gammée.»
Les responsables de la LSE ont fermement condamné ces attaques antisémites présumées. «Il y a des indications perturbantes sur les événements qui ont eu lieu lors d'un voyage à l'étranger d'étudiants», a dit l'université dans un communiqué. La LSE et les organisations étudiantes mènent leurs enquêtes, et sont prêts à exercer des sanctions disciplinaires contre les éventuels coupables. Le président de la Société juive de la LSE a critiqué «la tendance inquiétante vers un antisémitisme contemporain, et surtout montre un manque consternant de connaissances de la part d'étudiants d'une prestigieuse institution.» [Photo ci-contre prise pendant la manif Al Quds tenue à Londres le 21 août. Sur le poster antisémite "Paix israélienne", la bombe avec une étoile de David juive (pas israélienne) s'abat sur un foetus. A gauche Lukas Slothuus, Community and Welfare Officer de la London School of Economics.]

Les incidents impliquant des références nazies se sont multipliés ses derniers temps: en octobre, des étudiants d'Oxford ont été
accusés d'avoir proféré des insultes antisémites et de chanter des chants nazis. À Val Thorens, un député britannique a participé début décembre à une soirée déguisée sur le même thème, ce qui a déclenché l'ouverture d'une enquête de la police française. La famille royale n'a pas toujours montré l'exemple: le prince Harry, plus jeune fils du prince Charles, avait lui aussi été photographié déguisé en officier nazi lors d'une soirée en 2005. [Oxford: un étudiant crie en arabe "Mort aux juifs"]

La célèbre London School of Economics ternie par ses liens avec le régime libyen
Université de Manchester: des courageux "militants" attaquent une diplomate israélienne (avril 2010)

4 commentaires :

Eliker a dit…

'Sur le poster antisémite "Paix israélienne", la bombe avec une étoile de David juive (pas israélienne) '

Je me demande si ca a un sens de vouloir distinguer les Juifs et Israel.
Israel est le,pays des Juifs et lorsque Israel est attaque ce sont les Juifs qui sont attaques. Peu importe les raisons des attaques, les motivations.
Vouloir que no ennemis fassent la distinction entre Israel et les Juifs, rendre legitimes leurs attaques contre Israel a condition qu elles ne comportent aucune reference aux Juifs, c est d abord nier le caractere juif du pays, mais c est aussi vouloir couper nous meme ce lien qui nous attache a ce pays.
N est ce pas exactement ce dont revent nos ennemis ?
Toutes attaques contre Israel est une attaque contre les Juifs. Et nous nous en fichons de savoir si l attaquant a des motivations antijuives ou non.

Gilles-Michel DEHARBE a dit…

L’antisémitisme s’est ancré depuis un millier d’années au cœur de la culture britannique.


http://lessakele.over-blog.fr/article-l-antisemitisme-s-est-ancre-depuis-un-millier-d-annees-au-coeur-de-la-culture-britannique-manfred-ge-97302674.html

Anonyme a dit…

Je suis bien d'accord avec vous Eliker.

Monique a dit…

L'antisionisme et l'antisémitisme sont la même chose. Cela me fait bondir quand on ose dise : je n'aime pas Israël et sa politique mais je n'ai rien contre les Juifs. C'est absolument faux : ceux qui n'aiment pas Israël n'aiment pas les juifs.

J'ai souvent remarqué que si un israëlien dit qu'il a l'amour de son pays, il y a tout de suite un flot de haine qui s'abat contre lui parce qu'on le trouve sioniste, anti-palestinien, etc.... (un cas célèbre Natalie Portman). Ce n'est pas le cas quand un Anglais, un Français, un Brésilien, un Chinois, ou un citoyen de n'importe quel autre pays dit qu'il aime son pays : là, on trouve cela tout à fait normal et c'est du bon patriotisme.
Pour moi, il est tout à fait normal aussi qu'un citoyen israêlien aime sa patrie et le dise sans qu'on le traite de tout. Ce sont ceux qui ne veulent pas que les Israëliens disent cela qui sont antisémites.