dimanche 15 juillet 2012

La "théologie juive" adoptée par les protestants français?

La Fédération protestante de France collabore étroitement avec l'ONG EAPPI et dont la coordinatrice est la pasteur Danielle Vergniol (Fédération protestante de France: la haine décomplexée d'Israël) qui adopte le récit palestinien de la Nakba.  Selon l'EAPPI les racines du conflit israélo-arabe sont à trouver dans les égarements de la théologie juive en raison de sa dépendance au Talmud que l'EAPPI dénonce. La violence, le rejectionisme et le nihilisme palestiniens n'y sont donc pour rien.
Voici donc comment l'EAPPI "travaille" la théologie juive dans un texte de 2005 (traduction): 

"Pour comprendre le débat entre les Juifs au sujet de leurs écritures, les Chrétiens doivent comprendre ce que c'est la lecture des livres de l'Ancien Testament dans l'ordre dans lequel les Juifs les lisent: Torah-Prophètes-Écritures. La Torah rapporte les paroles directes de Dieu à Moïse, les Prophètes rapportent les paroles indirectes de Dieu par l'intermédiaire d'hommes inspirés, et les Écritures les réflexions des dirigeants juifs sur la Torah et les Prophètes. Dans ce récit, la Torah est clairement prépondérante. Non seulement elle arrive avant, mais elle est considérée comme contenant les commandements donnés par Dieu à Moïse pour son peuple.

C'est pour cette raison que les Juifs religieux, qui sont disposés à échanger des terres contre la paix, ne peuvent pas en simplement en citant les Prophètes espérer convaincre les Juifs religieux qui s'opposent à un tel commerce. Les partisans de l'échange des terres pour la paix doivent également trouver une justification de leurs arguments dans la Torah. En outre, ils doivent lutter contre des interprétations dans le Talmud qui privilégient le peuple élu, du fait que le Talmud est le guide historique dans l'interprétation de la Torah.

Les juifs orthodoxes et ultra orthodoxes n'étudient [!] que [!] le Talmud, parce qu'il les plonge dans les débats entre les anciens rabbins sur la façon dont les Juifs doivent lire et interpréter la Torah. Ces Juifs soutiennent qu'il n'est pas nécessaire de lire la Torah elle-même, parce que tout est dans le Talmud. Par ailleurs, comment pourrait-on bien comprendre la Torah sans le bénéfice des commentaires des rabbins? Dans les yéshivas (séminaires) orthodoxes et ultra orthodoxes les Prophètes sont largement ignorés.

Il n'est guère surprenant, par conséquent, que les textes mettant l'accent sur "le peuple élu" soient au cœur de la conception orthodoxe et ultra orthodoxe des commandements de Dieu. Ceci explique que pour ces Juifs l'idée de renoncer à la terre pour la paix est en contradiction avec les fondements de leur identité juive."

Image: bombe humaine palestinienne prête au martyre déclare à la télévision du Hamas: "... et nous savons qu'il n'y de sang qui nous est plus doux que le sang des Juifs".

1 commentaire :

Gilles-Michel DEHARBE a dit…

Les penseurs religieux soutiennent que D. est un mystère dépassant l'entendement humain. Les philosophes et les théologiens ont formulé diverses conceptions, toutes limitées, donc n'étant plus D.

Ce à quoi, il nous serait facile de répondre : quand on lit les récits effrayants des actes de cruauté dont nous sommes les victimes, croire en D. signifie savoir qu'il existe des réponses aux questions que l'on se pose au sujet des agressions contre Israël, même si ces réponses ne sont pas à la portée immédiate de notre entendement.

La Bible est une des sources de l'histoire mais il faut étudier les textes bibliques de l'Exode, de Josué et des Juges en les comparant avec les données archéologiques pour se faire une idée exacte de l'origine d'Israël.

Le Talmud enseigne que trois choses ne peuvent être acquises que dans la souffrance : la Torah, la Terre d'Israël, et le monde à venir. La souffrance nous réveille et nous force à nous confronter à la réalité. Elle débranche le
" pilote automatique " avec lequel nous traversons la plus grande partie de nos vies et elle nous oblige à un réexamen de nos valeurs et à un réajustement de nos actions.

Concernant Jérusalem, quelle que soit la décision des autorités rabbiniques compétentes concernant où on peut ou non monter sur le Har Habayit, il reste que la halakha nous fait obligation sans condition d'établir la souveraineté politique d'Israël sur TOUT le territoire d'Eretz Israël.

Il n’est pas aisé de comprendre pourquoi le christianisme et l’islam ont toujours cherché à se construire sur les ruines du Judaïsme. Si les fidèles de ces deux doctrines sont convaincus de sa véracité, la ruine du Judaïsme est tout à fait inutile. Le christianisme et l’islam affirment qu’ils sont dépositaires de la vérité révélée; dans ce cas pourquoi haïr les Juifs et parfois les massacrer pour prouver l’absolu de cette vérité ?