vendredi 22 février 2013

'Printemps arabe': les groupes terroristes se battent entre eux

Une conséquence inespérée du 'printemps arabe'...

Combattants du Hezbollah faisant
le salut nazi
Algemeiner: Il est bien connu que l'objectif majeur et la clé de voûte qui maintiennent tous les groupes terroristes disparates du Moyen-Orient est la destruction de l'État juif.  Il est également bien connu que si Israël n'existait pas ces innombrables groupes terroristes se battraient entre eux.

Or un vide s'est installé dans le sillage du 'printemps arabe'. Pour le moment, Israël est passé au second plan et les groupes terroristes se battent entre eux pour combler ce vide et prendre le dessus. C'est donc leur nouvelle raison d'être.

Selon Israel Today, à Gaza le Hamas est concurrencé par des groupes affiliés à Al Qaida et au djihad mondial.  Le Hamas qui régnait en maître aurait commencé à arrêter et emprisonner ses rivaux.  L'institut israélien Terror Watch rapporte que le Djihad islamique a diffusé un communiqué sommant le Hamas de cesser ces opérations, faute de quoi le Djihad islamique ciblerait les intérêts du Hamas [!] et rallumerait le conflit avec Israël.

Le long de la frontière syro-libanaise les innombrables groupes qui se battent contre les forces du gouvernement syrien sont de plus en plus irrités avec le soutien du Hezbollah au régime. Ces derniers jours, des rapports ont fait surface de combats entre le Hezbollah et les rebelles qui ont provoqué de lourdes pertes. Il y a la crainte que si le gouvernement syrien, qui est son principal soutien, tombe le Hezbollah pourrait devenir encore plus belliqueux et que la violence ne ferait que s'intensifier.
Salafistes à Gaza

4 commentaires :

Anonyme a dit…

Je ne comprends pas pourquoi Le ring fait parti de votre blog roll, y lisez vous les commentaires postes a Pierre Andre Taguieff ? Je ne comprends pas que ce dernier publie ses articles dans un site tres tres limite en terme d'antisemitisme, je vous invite a lire les commentaires vous meme

Anonyme a dit…

Idem pour Eric Allen Bell dont vous avez fait l'apologie en temps qu'anti Jihadist il est carrement tres limite en ce qui concerne les juifs, leur elitisme et leur complexe de superiorite en temps que peuple elu ...

Philo a dit…

Tout article (favorable ou défavorable) sur les Juifs ou Israël qui paraît en Europe donne lieu à une pléthore de commentaires anti Juifs et anti Israël. Le Ring est un très bon blog et il fait donc partie de notre liste. De toute façon nous sommes absolument contre toute forme de censure et déplorons la loi Gayssot.

Gilles-Michel DEHARBE a dit…

La menace iranienne, hier si présente, précise et proche, semble s’éloigner ou du moins perdre de son importance face aux coups de tonnerre révolutionnaire. Mais cela n’est qu’un leurre. C’est justement le moment propice pour Ahmadinejad de frapper au moment où le mur de paix glacée construit autour de l’Etat hébreu commence à se dégeler de toutes parts.


Ce rêve d’unité nassérien a fait long feu après la guerre de 1967. L’Etat d’Israël est, chacun le désire, le pense et le sait, le trublion de ce grand rêve. Car on a beau jeu de comparer les chutes successives des régimes arabes au mur de Berlin. La quasi-totalité des pays de l’ex-bloc de l’Union soviétique est désormais partenaire de l’Union Européenne.


Ce rêve d’unité, l’Europe elle, l’a accompli en diabolisant le nazisme et les spectres de la deuxième guerre mondiale, en réunifiant l’Allemagne de l’Est à celle de l’Ouest et en laissant la nouvelle Russie exsangue de ses satellites qui ne lui reviendront plus.


Quel rapport avec le monde arabe, sinon ses liens avec l’Occident via ce que l’on nomme aujourd’hui dictateurs et hier alliés ?


Car la grande rupture, si l’on suit ce schéma ce serait la volonté arabe d’abandonner l’Occident au plus tôt, c'est-à-dire le bloc Etats-Unis/Europe et donc Israël, le fameux « cheval de Troie » de l’Occident.

La situation est très délicate pour l’Etat hébreu mais en a-t-il été un jour autrement ? Il est hors de question d’imaginer un monde arabe sans l’Islam qui lui est consubstantiel et forme justement son identité comme l’Europe la chrétienté. Les divisions sunnite/chiite, comme hier les guerres de religion opposant catholiques et protestants en Europe, sont bien sûr l’écueil du grand rassemblement tant rêvé des frères arabes.


Mais nous devons remarquer que les sunnites luttent contre les chiites non à cause d’un désaccord à propos de l’Occident ou d’Israël mais pour un leadership global; donc pour une question encore une fois de religion et partant d’efficacité en terme de grandeur et de puissance. Ces révolutions qui visent la « démocratie » ne visent-elles pas tout simplement une paix religieuse à l’intérieur de l’Islam pour mieux se renforcer et s’unir, mais dans quel but ?


L’Union européenne s’est construite autour d’un vœu pieux : lutter contre ses vieux démons à l’œuvre durant tout le 20ieme siècle. Il s’agit de savoir aujourd’hui quel est le vieux démon du monde arabe ?