dimanche 30 décembre 2012

Hitler est-il mort en Argentine?


Adolf Hitler et Eva Braun
Jerusalem Post (Revealing a sordid past): Adolf Hitler ne serait pas mort dans son bunker de Berlin mais en Argentine. C'est la thèse que le réalisateur Noam Shalev et le chercheur Pablo Weschler développent dans un documentaire, Révélation: Hitler en Argentine, qui sera diffusé en 2013.

"Nous ne connaîtrons jamais la vérité", met en garde Shalev, assis dans les bureaux de Highlight Films, la société de production de vidéos qu'il dirige avec Weschler à Bnei Brak. "Mais il y a suffisamment de preuves pour construire une théorie alternative sur ce qui est arrivé à Hitler."

Weschler ajoute que le récit des Russes sur le suicide de Hitler dans le bunker n'a pas convaincu tout le monde et que dès l'été 1945 la presse posait la question "Où est Hitler?".

Le fait que les troupes russes n'ont pas donné l'accès aux éléments en leur possession aux nombreux enquêteurs judiciaires rend difficile la confirmation des faits essentiels concernant le suicide d'Hitler et de sa femme, Eva Braun, dans les derniers jours lorsque que les Alliés s'approchaient de Berlin. Shalev et Weschler estiment que l'enquête effectuée par l'officier du renseignement et historien britannique Hugh Trevor-Roper a été précipitée et "non professionnelle".

Ce sont les documents récemment déclassifiés par le FBI qui les ont amenés à réaliser le documentaire. A l'époque c'était le FBI, et pas la CIA, qui était responsable de l'Amérique du Sud et les documents indiquent que le FBI avait pris très au sérieux la possibilité qu'Hitler se soit enfui en Argentine. Une unité spéciale fut mise sur pied pour enquêter sur cette possibilité.
Shalev et Weschler pensent avoir recueilli des preuves significatives sur la localisation d'Hitler pendant les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. Se basant sur le livre du journaliste italien Patrick Burnside, Hitler's Escape, ils ont également mené leurs propres recherches. "Quand Burnside a publié son livre, en 1998, il a reçu des milliers de courriels de gens qui lui donnaient des informations", explique Shalev. "Bien sûr certains messages étaient délirants, mais il y avait suffisamment d'informations pour approfondir les recherches et écrire un autre livre." Le manuscrit de l'ouvrage, qui sera publié l'année prochaine, fut un guide utile pour Shalev et Weschler.  Il les a conduits à l'hôtel Eden à La Falda, Córdoba, en Argentine.


 Les propriétaires, Ida et Walter Eichhorn, étaient des amis proches d'Hitler. Celui-ci leur avait offert une Mercedes Benz. Ce fut la première Mercedes en Argentine. L'hôtel qui dans le temps était luxueux est aujourd'hui en ruines. On y donnait des fêtes somptueuses et une foule de notables, dont Albert Einstein, y séjourna dans les années vingt et trente. Les Eichhorn ne faisaient pas mystère de leur sympathie pour le parti nazi qu'ils soutenaient financièrement.  Les discours d'Hitler, quand il parlait à la radio, étaient retransmis dans l'hôtel. Wechsler cite une lettre du FBI de septembre 1945 (l'un des documents déclassifiés dans les années 1990) qui montre que le FBI était persuadé qu'en cas de difficultés Hitler aurait toujours pu compter sur les Eichhorn.

Weschler a rencontré d'anciens employés qui affirment qu'il ont vu et servi Hitler dans l'hôtel après la guerre. "C'était facile pour eux de le reconnaître, parce que son portrait était partout dans l'hôtel", explique Weschler. Ses recherches démontrent qu'Hitler s'est ensuite installé dans une ferme isolée, où il a vécu ses derniers jours avec Eva Braun et leurs deux filles, et qu'il est mort au milieu des années soixante.

Preuve particulièrement convaincante, selon Weschler, c'est que les tests ADN effectués en 2009 sur des fragments de crâne d'Hitler qui ont été récupérés dans le bunker ont révélé qu'il appartenait à une femme âgée de moins de 40 ans. "L'ADN ne ment pas," dit-il. "Plus on fait des recherches, moins la version officielle devient crédible et une théorie différente semble plausible".

4 commentaires :

Gilles-Michel DEHARBE a dit…

Une thèse de plus qui paraît cohérente mais pas prête d'être officialisée.

Un archéologue américain, Nick Bellantoni, avait depuis longtemps des doutes sur le fait que le crâne puisse appartenir au dictateur, l’estimant notamment trop fin pour être celui d’un homme. Il a obtenu l’autorisation d’examiner et de récupérer des échantillons ADN du crâne, jusque là détenu par les archives russes, ainsi que du sofa sur lequel figuraient des traces de sang consécutives au suicide, et les a rapportés dans le Connecticut afin d’effectuer des analyses.

Les résultats sont sans équivoque : le crâne, celui-là même qui a été exposé lors d’une exposition à Moscou en 2000, est celui d’une personne de moins de 40 ans ; Hitler en avait 56 ... De plus, ce crâne serait bien celui d’une femme. On pense alors naturellement à Eva Braun, mais pourtant, contrairement à Hitler, celle-ci ne s’est pas, d’après les documents officiels historiques, tiré une balle dans la tête pour se suicider, succombant au cyanure.

À qui appartient alors ce crâne perforé d’une balle ? Ce pourrait être en fait n’importe qui, d’autant que pas mal de cadavres jonchaient la forteresse à l’arrivée des russes.

Par ailleurs, la thèse selon laquelle la version officielle du corps brûlé permettait de nier au dictateur toute sépulture, et d'empêcher ainsi toute forme de pélerinage, est tout aussi problématique dans ses conséquences que l'effet recherché. Sans sépulture, Hitler devenait un mythe. Et comment concilier cette version avec le fait que le bunker d'Hitler à Berlin, fut lui, conservé, et se voit transformé aujourd'hui en boite de nuit, dont on mesure sans difficulté la dimension morbide, mais aussi la récupération de cette dimension de pélerinage dans une Allemagne où fleurit la théorie néo-nazie.

Je vous conseille, pour plus de détails, la lecture du livre de Henrik Eberle et Mathias Uhl, intitulé "Le Dossier Hitler, le dossier secret commandé par Staline", paru en français aux Presses de la Cité en 2006, ISBN 2-258-06934-3.

Ceci étant, cette thèse est plus sérieuse que celle qui affirmait que Hitler et Eva Braun s'étaient réfugiés à Amsterdam (ville que je connais bien)où ils tenaient un bistrot !

patrizio scaramucci a dit…

www.hitlers-escape.com (for photos and documents)

Janvier a dit…

Depuis mon jeune agemon intuition me disait "Hitler ne s 'est pas suicidé".

Anonyme a dit…

Drôle Hitler Braun en fuite en Argentine, pourquoi? Hitler n'aurait me semble t'il jamais accepté de se taire depuis l'Argentine on aurait aujourd'hui un autre livre ou des textes écrits de sa main durant sa vie dans ce pays, cet homme était trop convaincu d'écrire l'histoire à sa façon. Il aurait été trop fier de faire la nique aux russes et aux alliés après sa mort, de plus Eva Braun lui aurait survécu étant beaucoup plus jeune que lui et lui aurait sans doute fait un ou des enfants assez riches pour perpétuer leurs sangs Djr62