mardi 1 juin 2010

Des manifestants turcs brûlent une étoile de David à Istanbul

Des manifestants brûlent une étoile de David pendant une manifestation devant le consulat d'Israël à Istambul (lundi 31 mai).

La différence
Des centaines d'Israéliens agitent des drapeaux israéliens devant l'ambassade de Turquie à Tel Aviv pendant une manifestation de soutien à Israël et contre ce qu'ils considèrent comme un agression turque (lundi 31 mai).

Source: Tom Gross

4 commentaires :

Anonyme a dit…

C'est un début encourageant.

Adi a dit…

LA TURQUIE A CHOISI SON CAMP, CE N'EST PAS L'EUROPE, ET C'EST TRÈS BIEN AINSI, ÇA ME SATISFAIT PLEINEMENT !

Gilles-Michel DEHARBE a dit…

* ADMETTONS :

Que la Turquie n’est pas européenne, ni historiquement, ni géogra-phiquement, ni culturellement. 

Que ses violations fl agrantes du droit international (occupation de Chypre), des droits de l’homme, de la démocratie, ainsi que son refus de reconnaître le génocide arménien sont inacceptables. 

Que son poids démographique la fera peser lourdement dans les institutions européennes, d’autant plus avec le nouveau calcul de la majorité qualif ée. 

Qu’elle entretient de trop lourds contentieux avec ses voisins (Grèce, Russie, Italie, Syrie, Arménie).  

Que la seule laïcité turque réside en fait dans le statut spécial de l’armée...que l’UE s’est engagée à supprimer. 

Que compte tenu de son niveau de développement, elle sera longtemps à la charge du reste de l’Union (de l’ordre de 11 milliards d’euros annuels selon les prévisions de la Commission). 

Que la promesse d’adhésion de 1963 portait sur le marché commun (Rome), et non pas sur ce qui allait devenir une union politique et économique, tandis que la promesse d’Helsinki en 1999 n’engage pas les Etats  puisqu’elle n’a été ni débattue, ni justifi ée ,ni surtout ratifi ée.

Qu’il est humiliant de continuer à mener des «négociations d’adhésion» tout en prétendant qu’elles ne conduiront peut-être pas à l’«adhésion».

LE JOUR OÙ ...

Elle cessera d’occuper le nord de Chypre, 

Acceptera de reconnaître le génocide arménien 

Et satisfera aux conditions de Copenhague (démocratie et droits fondamentaux), 

... la Turquie sera fondée à adhérer au Traité de Rome, ni plus, ni moins. Comment pourrait-il être question d’aller au-fldelà, qui plus est, sans consulter les Français par référendum ?

Il faudrait également clarifier les relations de l’UMP avec l’AKP, parti islamo-conservateur dirigé par 
Erdogan, qui siège à ses côtés au sein du Parti Populaire Européen (PPE) depuis 2005. Mais il risque d'y avoir de -l'eau dans le gaz - au sujet du projet Nabucco !

Anonyme a dit…

c'est quoi israel ?