vendredi 17 janvier 2014

Alain Berenboom: Begin "est pire qu'Hitler", disait son père

Alain Berenboom est un avocat et écrivain connu en Belgique francophone. En 2013, il reçoit le prix Rossel pour "Monsieur Optimiste", un récit de la vie de ses parents arrivés en Belgique venant d'Europe de l'est avant la guerre.

Menahem Begin avec Anouar El Sadate
Me Berenboom a "son cabinet d’avocat, [à] l’hôtel Otlet, demeure classée, commandée par le mécène Paul Otlet aux architectes Octave Van Rijsselberghe et Henry Van de Velde" précise La Libre Belgique qui l'a interviewé.  Interrogé sur le regard qu'il porte sur l'État d'Israël, Alain Berenboom, "écrivain plein de talent et de fantaisie", fait cette confidence stupéfiante à propos de son père qui a préféré rester en Belgique plutôt que d'aller s'installer après la guerre en Israël:

"Mon père était sioniste quand Israël était encore une idée de gauche, laïque, en rupture avec les Juifs traditionnels. On avait alors l’idée d’y construire une société idéale, un grand kibboutz. Je me souviens qu’à l’arrivée de Menahem Begin au pouvoir en 1977, il a dit: "Il est pire qu’Hitler!" [...]"

A la question: "Vous venez d’une famille d’immigrés juifs. Que pensez-vous de la politique belge et européenne en matière d’immigration? Les immigrés actuels sont-ils les Juifs d’alors?", il a répondu:

"[...] L’Europe a construit à ses frontières une ligne Maginot - et on sait combien elles sont vaines - pour différencier les uns des autres. Ils sont les Juifs d’aujourd’hui, accueillis avec la même réticence que les Juifs de jadis dont on disait qu’ils seraient impossibles à intégrer. C’est incroyable d’entendre un ministre socialiste en France, Manuel Valls, dire que les Roms formeraient un peuple par nature inassimilable."


Sans commentaires...

5 commentaires :

Anonyme a dit…

Le parfait Juif belge issu d une famille juive et plus aucun descendant juif aux futures generations...
Si Israel n est pas assez de gauche a son gout, pourquoi n a t il pas ete sur place pour "changer les choses"?
En bref, le cclj en action ....

Anne juliette a dit…

Ce monsieur Berenboom affirme que Begin était pire qu'Hitler : quelquefois, je me mets à "rêver" que ces personnes connaissent vraiment les conditions de vie d'un camp d'extermination (coups quotidiens, grande faim, soif, grand froid, humiliations psychologiques et sexuelles, travail d'esclave, poux et autres insectes, peur constante de la mort, etc...) et au bout de quelques jours de cette cure, ils seraient tellement affaiblis physiquement et psychologiquement qu'ils n'auraient plus la force de d'énoncer de telles âneries.

La Belgique n'a qu'à commencer à balayer devant sa porte : elle maltraite les juifs belges. Beaucoup de belges sont excessivement et férocement anti-israëliens parmi lesquels quelques juifs (mais le peuple juif sait depuis toujours ce qu'est la traîtrise des siens parmi lesquels, ce monsieur Berenboom); ces antisionistes belges insultent et agressent quelquefois les juifs sionistes au sujet de leurs idées mais aussi de leur appartenance car ils ont très vite fait de mélanger juifs et israëliens à cause de la propagande pro-palestinienne qui assimile automatiquement les deux groupes.


J'ai dit à plusieurs reprises que Manuel Valls avait été très maladroit dans ses propos sur les Roms, cependant il n'a pas dit que tous les Roms étaient inassimilables mais qu'une petite partie d'entre eux seulement l'était; je pense qu'il connait certainement beaucoup mieux ce dossier difficile que nous.
Souvenez-vous cependant, Monsieur Valls, que les tziganes ont été les compagnons de souffrance et de misére des juifs pendant la Shoah car Hitler avait décrété qu'il y avait trois peuples à éliminer les juifs, les tziganes et les slaves, deux peuples à asservir: les noirs et les jaunes, deux peuples à éduquer: les latins et les japonais (une question d'intérêt géostratégique à cette époque puisque les japonais sont jaunes également), et le peuple aryen désigné par ce tyran comme supérieur, les allemands et les anglo-saxons.
Je sais, Monsieur Valls, que vous avez une affection sincère et profonde pour le peuple juif, alors quand vous voyez des Roms, pensez que ce peuple a subi aussi la Shoah.

Pour finir, la Roumanie n'a qu'à prendre soin de sa population Rom. Ici, dans le Sud-Ouest, nous avons une population de gitans et cela se passe bien la plupart du temps : nous prenons soin des nôtres, le gouvernement roumain n'a qu'à prendre soin de ses Roms.

Anonyme a dit…

C'est faux, les juifs allemands de l'entre deux-guerres étaient très bien intégrés dans leur majorité (ils avaient un métier, un appartement ou une maison): c'était même cela qui posait problème. Déjà, à l'époque, on parlait de banquiers corrompus pour désigner à la vindicte populaire les juifs riches.
Voilà ce que c'est que d'être inculte, Monsieur Beremboom.

Anne juliette a dit…

Rectification : Monsieur le Ministre de l'Intérieur a dit des Roms que, seul, une petite partie d'entre eux était assimilable et non le contraire.
En écrivant vite, on fait quelques fautes d'orthographe, de syntaxe et beaucoup plus rarement, de façon inconsciente, on écrit ce que l'on aurait aimé entendre de la part des personnes que nous apprécions.

Gilles-Michel DEHARBE a dit…

@ Anonyme : (ce n'est pas une critique)

La période qui couvre les années 1871 à 1914 marque l’intégration des juifs dans la société allemande, tant du point de vue légal que culturel.

Cependant, c’est la République de Weimar (1919-1933) qui abolira la totalité des restrictions légales pesant sur les juifs, jusqu'à l’accession d’Hitler au pouvoir.

Tous les secteurs professionnels leurs sont désormais ouverts,
exception faite du service publique. Exclus des fonctions
académiques et des instances officielles et militaires, ils s’engagèrent, en grand nombre, dans les activités industrielles et économiques, ainsi que dans les professions libérales.

Au recensement de 1925,l’Allemagne abrite 560 000 juifs, en majorité à Berlin avec 175 000 personnes qui représentent 4 pour cent de la population totale de la ville. À Munich, vivent environ 100 000 juifs, soit près de 5 pour cent de la population de la ville.

Entre 1921 et 1927, on compte que près de la moitié des mariages sont mixtes.