mardi 29 mars 2011

Les notes de blanchisserie de Mme Netanyahou passionnent les Belges ...

"Ce qui caractérise le mieux la vraie liberté est son juste usage, et l'abus qu'on en fait." Georg Christoph Lichtenberg

La différence entre la presse belge est simple.  La presse israélienne ne s'intéresse pas aux divers scandales financiers et au népotisme de certains politiciens belges.  C'est la raison pour laquelle la presse israélienne ne s'intéressera nullement aux déboires du très populaire Michel Darden, un ministre socialiste au succès aussi phénoménal qu'incompréhensible: les Israéliens ne seront donc pas informés, et ne s'en portent que mieux,du le fait que  le PS lâche Michel Daerden ou que Michel Daerden fait "le con" chez Arthur sur TF1.  Par contre, les médias belges sont très friands de tout ce qui se passe en Israël car tout est bon pour discréditer le pays.  C'est ce que prouve cet article publié par Le Soir dans la rubrique "le buzz du monde" (ça ne s'invente pas).

Les dépenses exagérées du couple Netanyahou en Europe…

Les ennuis s’accumulent pour Binyamin Netanyahou et pour son épouse Sarah : ils sont mis en cause par la presse israélienne qui les accuse de "déviation éthique". Voire de "corruption". Entre 1999 et 2008, simple député puis ministre des Finances et enfin président du Likoud, Netanyahou a accepté l’invitation rémunérée d’hommes d’affaires qui organisaient des événements caritatifs ou promotionnels. Des voyages somptueux en jet privé et dans des hôtels de grand luxe. Tous frais payés. Y compris pour Sarah dont les notes astronomiques de blanchisserie sont décortiquées. Dans cette liste figurent des Américains, et des Britanniques, mais aussi deux Belges : le prince Simon de Mérode et le businessman Benjamin Vanaudenhove, qui se sont rendus en Israël en 2007 afin d’y trouver des opportunités d’affaires. Répréhensible ? Non. Sauf que peu avant, Netanyahou et son épouse avaient été invités en Belgique par le duo. Ils avaient résidé au château du prince et leur billet d’avion (18.973 dollars) avait été payé par une entreprise high-tech dans laquelle, selon des témoins cités dans la presse, Vanaudenhove aurait eu des intérêts. Un dossier sensible qui provoque une polémique à la Knesset.

1 commentaire :

Richard Zrehen a dit…

Il est juste de rappeler que le quotidien israélien Ha'aretz,journal de l'intelligentsia classé "à gauche"et considéré comme référence par la Presse internationale, ne manque jamais l'occasion de s'intéresser aux problèmes domestiques du couple Netanyahou : opposition politique vis-à-vis de Benjamin Netanyahou, réputé "de droite", dédain de classe vis-à-vis de Sarah Netanyahhou...