samedi 17 novembre 2018

Suède : le chef d’une unité hospitalière démissionne après des actes antisémites


Contexte:
Un chirurgien suédois accusé de harceler ses employés juifs

Comme d'habitude si le Centre Wiesenthal (USA) n'était pas intervenu, rien ne se serait passé…  Les collègues de médecins visiblement n'étaient pas choqués...

Times of Israel:
Le chef d’une unité de soins dans un hôpital universitaire suédois a démissionné de son poste suite à des informations parues dans les médias portant sur le harcèlement continu exercé par un médecin sur son personnel juif.

L’ancien manager a quitté l’hôpital universitaire Karolinska, situé à proximité de Stockholm, à cause d’une « combinaison de raisons personnelles, mais aussi parce qu’il n’a pas géré la situation avec suffisamment d’efficacité », a déclaré la directrice de l’établissement Annika Tibell à la chaîne Sveriges Television dans un reportage diffusé mardi. Le chef de l’unité n’a pas été identifié.

Au mois d’octobre, le centre Simon Wiesenthal basé en Californie avait accusé un chirurgien travaillant dans l’hôpital de Tibell de harcèlement antisémite, a fait savoir le quotidien Aftonbladet.

Les dirigeants de Karolinska avaient eu connaissance « de l’antisémitisme manifeste et ouvert » du médecin à l’encontre d’au moins un employé juif depuis le mois de février mais les plaintes avaient été « ignorées », avait écrit le rabbin Abraham Cooper du centre dans la lettre. Au moins deux autres salariés juifs avaient démissionné avant celui cité par le centre Simon Wiesenthal.
Lire l'article complet

jeudi 15 novembre 2018

L'antisémitisme est une forme d'idolâtrie (Scott Shay)


Scott Shay @ Mosaic Magazine:
"The Hebrew Bible tends to regard idol worship as the sin par excellence. To Scott Shay, there is an underlying connection between hatred of Jews and Judaism’s rejection of the idolatrous worldview, which, he argues, is not limited to ancient paganism:
Idolatry is the process of attributing superior and inexplicable power and authority to […] people, animals, and natural processes. Since finite beings are limited by nature, […] idolatry is by definition a falsehood. Yet this falsehood is the basis for much human injustice, just as the Bible explains. From Pharaoh in Egypt to Sennacherib in Assyria, idolaters built temples, ran pageants, and wrote poems and epics to extol their “supernatural” power and authority. These lies justified their selfish oppression of the masses and their greedy conquests of other peoples. Idolatry underpins all genuinely malevolent power. […]

Anti-Semitism is the projection of idolatry onto Jews. Anti-Semites are not people who criticize or debate specific Jewish viewpoints or communal decisions in a spirit of mutual respect. They are people who themselves harbor projects of domination and exploitation, but who […] project their own malevolent intentions onto Jews. In Charlottesville, anti-Semitic marchers who genuinely seek white supremacy shouted, “Jews won’t replace us.” Ayatollah Ruhollah Khomeini who wished to bring the entire world under Islamist control, regularly accused the Jews of seeking world domination. Hitler railed against a Jewish conspiracy to destroy Germany, when he wanted to destroy the Jews! […] 
It is not the Jews’ success, nor their actual power that is the source of anti-Semitism. […] Rather, it is the Jews’ historic connection with monotheism that has made them the central target of this projected idolatry. This has been true even when many Jews have been neither religious nor conversant with the texts [of their faith]. By accusing Jews of malevolent and demonic control over organs of power (media, Congress, banks, etc.), true idolaters (whatever their specific ideology) project their own idolatry onto the Jews and thereby maintain their own delusions."
 Lire l'article complet @ Pittsburgh Post-Gazette


mercredi 14 novembre 2018

Michel Onfray "se servir des morts de la Shoah pour de petits projets de basse politique politicienne"


Michel Onfray, philosophe et essayiste:
"[...] Ce qui me révulse ça n’est pas l’instrumentalisation d’Hitler et des nazis, on a l’habitude, mais de ses victimes et des juifs en premier lieu, c’est nouveau… Car jongler ainsi avec les morts de la communauté juive, une fois comme Edwy Plenel qui affirme dans "Pour les musulmans" (La Découverte) que les musulmans d’aujourd’hui sont les juifs de l’avant-guerre, une autre fois comme son comparse Emmanuel Macron, que le spectre nazi rôde en France avec Marine Le Pen ou en Europe avec des dirigeants élus démocratiquement par leur peuple, c’est se servir des morts de la Shoah pour de petits projets de basse politique politicienne.

Les juifs, qui sont les victimes de prédilection des intégristes musulmans partout sur la planète, n’ont pas besoin d’avoir sur leur autre flanc de faux amis vrais ennemis qui, en instrumentalisant la Shoah, la banalisent. Car, soyons sérieux, si le programme politique de Marine Le Pen, c’est "Mein Kampf", alors Hitler ne serait pas ce que l’on dit et il n’aurait pas fait ce que l’on dit qu’il a fait. Ce négationnisme des progressistes autoproclamés me fait froid dans le dos et ce bien plus que les votes populaires qui cherchent à se défendre de ces populicides qui recourent à cette rhétorique brune.

Si le populisme est un problème, alors posons nous la question: qu’est-ce qui rend possible le populisme? Et répondons à cette interrogation, car ceux-là seuls qui fécondent et nourrissent le populisme sont le problème: et ceux qui le fécondent et le nourrissent, ce sont clairement les populicides –étymologiquement ceux qui exterminent les peuples– qui disposent des pleins pouvoirs en Europe depuis 1992, soit depuis plus d’un quart de siècle. Et cette engeance ne compterait pour rien dans l’état des lieux? Allons, soyons sérieux…"
Lire l'article complet ou la vidéo (réservée aux abonnés)

mardi 13 novembre 2018

Hausse des actes antisémites: mais il paraît qu’il n’y a pas d’antisémites en France !


Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

@ Atlantico:
C’était sur BFM TV. Mario Stasi, le président de la LICRA, était interrogé sur la dramatique hausse des actes antisémites (69 % en moins d’un an). Il déclara que la situation des juifs en France était insupportable et intenable. Une telle outrance langagière choqua le journaliste de la chaîne qui l’interviewait. Il interrompit Mario Stasi: «Nous ne sommes pas en 1937, quand même…» 
Une phrase lumineuse, belle et magnifique. En effet, il n’y a pas de nos jours de Nuit de Cristal en France. Aucun statut des juifs non plus. On n’a pas envoyé des wagons de la SNCF chargés de juifs vers Auschwitz.

Pareillement, nous n’avons pas été informés que des juifs aient été parqués au Stade de France pourtant si bien situé (il est dans le 93).

Beaucoup de bruit, donc, pour rien. C’est ce que voulait dire le journaliste de BFM TV, une scène qui préfère la nuance à la dénonciation. On connaît les juifs. Toujours à gémir. Toujours à se plaindre. Toujours à prendre la France pour le Mur des Lamentations.
Les juifs exagèrent car si je disais vrai, on parlerait des antisémites. On les désignerait. On les clouerait au pilori. Existent-ils vraiment? En 2015 ils existaient! 
Cette année-là, le président du CRIF de l’époque, Roger Cukierman, avait osé dire: «La grande majorité des actes antisémites est le fait de jeunes issus de la communauté maghrébine». Que n’avait-il pas dit là… Dalil Boubakeur protesta, s’étrangla de fureur et en appela à Hollande. Ce dernier mit en scène une photo historique qui valait son pesant d’hypocrisie.
Lire l'article complet

lundi 12 novembre 2018

Photo virale des fils de Bolsonaro en Israël avec des T-shirts du Mossad et de Tsahal


Tom Gross @ Mideast Dispatch:

Eduardo et Carlos Bolsonaro
This image of Brazilian president-elect Jair Bolsonaro’s sons, Eduardo and Carlos, sporting IDF and Mossad t-shirts on their visit to Israel, has gone viral. 
Brazil’s new president Jair Bolsonaro is strongly pro-Israel, and one of his promises during his recent election campaign was to move Brazil’s embassy from Tel Aviv to Jerusalem, one of several policies that has sparked anger on the Israeli and American Jewish far left. 
Haaretz newspaper has been running a campaign against Bolsonaro, even including a massive banner headline “Hitler in Brasilia”, while the New York Times ran a top-of-the-page comment piece claiming “Swastikas have been painted on walls all over the city” [Sao Paulo]. 
I checked with two different trusted Brazilian Jewish friends of mine who live in Sao Paulo whether any of this might be true, and they wrote that this scaremongering was “nonsense” and that “Bolsonaro is genuine philo-Semite” and “his first foreign policy objective is to realign Brazil’s relations with Japan, Chile, Israel, and the US – at the expense of Bolivia, Venezuela, Cuba, and the Palestinian Authority”. 
Tom Gross adds: Brazil is the most important country in South America, and the eighth largest economy in the world. The previous left-wing government of Dilma Rousseff, who was impeached on corruption charges, was very anti-Israel, even taking the rare step of refusing to approve Israel’s choice as ambassador, Danny Dayan, who instead became Israel’s Consul General in New York.

Taguieff: "L'antisionisme radical fait désormais partie des principaux marqueurs de l'esprit révolutionnaire"


Pierre-André Taguieff in L'incorrect n°14, novembre 2018, p. 51.
"L'antisionisme radical fait désormais partie des principaux marqueurs, avec l'antifascisme, l'anticapitalisme et l'anti-impérialisme, de l'esprit révolutionnaire, tel qu'il a survécu à la chute de l'empire soviétique et à la disqualification des régimes communistes résiduels." 
Via O.P.

Lire également:
Taguieff: Judéophobie: "le peuple juif est un intrus dans le genre humain"
Taguieff: "La page raciste de la judéophobie a été tournée"

dimanche 11 novembre 2018

Pays-Bas: un professeur affirme que les sionistes sont responsables des attentats du 11 septembre


Kees van der Pijl, un ancien professeur qui dirigeait le Département de relations internationales de l’Université de Sussex, a partagé dans un tweet un article du site conspirationniste WikiSpooks, prétendant que ce sont les Israéliens avec l'aide de sionistes américains qui ont fait sauter les tours jumelles, et pas Al Qaïda.

Suite à quelques timides protestations, Kees van der Pijl, qui est Hollandais et a fait ses études à l'Université d'Amsterdam, a écrit:
"Après ma remarque sur la responsabilité sioniste dans les attentats du 11 septembre, le 'lobby israélien' n'est plus, pour moi, un terme vide de sens. Cependant, nous devons mettre fin à la meurtrière 'guerre contre le terrorisme' ((c) Netanyahu 1986), qui a maintenant pour objectif l'Iran".
Il convient de rappeler qu'il y a 15 ans (2003), un sondage avait révélé qu'une majorité d'Européens estime qu'Israël constitue la plus grave menace pour la paix dans le monde. Si la moyenne est de 59% chez les Européen, les Hollandais battent tous les records avec 74%.  Or comme souligné ci-dessus le Professeur van der Pijl est Hollandais.
"On constate par exemple que les taux de défiance à l’égard d’Israël concernent 74% des sondés aux Pays-Bas et 69% en Autriche, alors que des pays présentés de longue date, par Washington notamment, comme des repaires du terrorisme international (la Syrie, la Libye, la Somalie) n’enregistrent que des score marginaux (respectivement 37%, 36% et 16%)."
Surtout n'hésitez pas à consulter le compte Twitter de Kees… vous serez éclairé.