mercredi 2 janvier 2019

Juifs d'Europe, Juifs errants à nouveau...

Contexte:
- "L’Europe est finie", déclare un grand avocat quittant le Royaume-Uni pour Israël 
- Evoquant l’antisémitisme, un avocat réputé quitte le Royaume Uni pour Israël
- Grande-Bretagne : l'antisémitisme fait fuir les juifs britanniques (vidéo)

Mark Lewis sa compagne Mandy Blumenthal durant une interview à la BBC.
(Crédit : capture d'écran YouTube) 

Adaptation libre de l'article de Douglas Murray ("Why are Jewish people ‘wandering’ again?") publié @ UnHerd le 10 décembre 2018:
Il arrive qu'à l'occasion de grands événements politiques - y compris de grandes crises politiques - l'histoire d'un individu se démarque et acquiert une importance qui dépasse sa personne. Un tel moment s'est produit avec la décision d'un Britannique et de sa compagne de quitter le Royaume-Uni.

Mark Lewis (54 ans) n'est pas connu du grand public, malgré le fait qu'il est l'un des avocats britanniques les plus réputés, spécialiste des médias et de la diffamation, et que de nombreux événements de sa vie et de sa carrière ont coïncidé avec des événements d’intérêt public.

Personnage modeste, effacé et cérébral, sa carrière ne consistait pas à rechercher la notoriété personnelle, mais à pratiquer le droit, à représenter ses clients et à défendre ce qu'il considérait être les principes d'une société libre et juste. 
La décision de Lewis de quitter le Royaume-Uni mérite qu'on s'y attarde.

En plus d'être un avocat de premier plan, Lewis est juif. Comme l'est sa compagne, Mandy Blumenthal. Au cours des dernières années, M. Lewis a observé avec une inquiétude grandissante la situation en Grande-Bretagne et en Europe. Il a vu les attaques visant des Juifs à travers le continent et l'antisémitisme redevenir acceptable en Grande-Bretagne - cette fois-ci au sein de la gauche politique. Et il a constaté que la société britannique et l'État britannique en sont venus à considérer l'extrémisme antijuif avec équanimité.

Par exemple, chaque année à Londres se déroule une marche intitulée "La marche de la journée Al-Quds". Elle traverse le centre de Londres en passant devant les grandes institutions de l’État, notamment la BBC. Cette journée commémorative a été instituée par feu l'Ayatollah Khomeiny.  Khomeiny espérait que ce serait le jour où les musulmans du monde entier s'uniraient. Le but spécifique de la marche est d'appeler à la destruction de l'État d'Israël ("Al-Quds" étant le nom arabe de Jérusalem).

Chaque année, durant la marche s'affiche le soutien au terrorisme, et on y brandit le drapeau du groupe terroriste Hezbollah. Les discours sont du même acabit. En 2017, lors de la journée "Al-Quds", l'un des orateurs (lui-même issu d'une organisation khomeiniste appelée à tort Commission islamique des droits de l'homme) ne s'est pas limité à appeler à la destruction de l'État juif. Il a également - entre diverses accusations - imputé aux "sionistes" la tragédie de la tour Grenfell.

Cette année, Marc Lewis - qui souffre de sclérose en plaques et doit occasionnellement se déplacer en fauteuil roulant - a décidé de poser un geste. Au mois de juin, alors que la marche de la "Journée Al-Quds" débutait, Lewis - en fauteuil roulant - se plaça devant les manifestants. En dépit de scènes de fureur et d'intimidation, il ne céda pas. Il refusa de bouger et a bloqué la marche pendant près d'une heure. Jusqu'à ce qu'un policier l'ait menacé de l'arrêter et l'emmena de force sur le côté de la rue. Ce fut un moment héroïque où un homme a protesté avec dignité face à une haine incessante et apparemment imparable.

Mais maintenant, il en a assez. Mark Lewis et sa compagne Mandy sont arrivés en Israël pour y commencer une nouvelle vie. "L’Europe, à mon avis, est finie", a-t-il déclaré à la chaîne israélienne Channel 10 à son arrivée dans le pays. "Vous voyez des personnes assassinées dans des musées en Belgique, des personnes assassinées dans des écoles en France, des personnes attaquées en Angleterre. Il n'y a qu'un seul endroit où les Juifs peuvent aller".

Les dernières années, il a fait l'objet d'un nombre croissant de menaces de mort et d'insultes. Jeremy Corbyn est, au moins en partie, responsable de la situation: "Jeremy Corbyn a soulevé la pierre, et les antisémites sont sortis de dessous la pierre. Ils n’y retourneront pas".

Cependant, le commentaire le plus déchirant - qui devrait être entendu en Grande-Bretagne et en Europe - est ce que Lewis a déclaré lors de son arrivée en Israël. "Nous sommes un peuple errant et il est temps de partir à nouveau", a-t-il déclaré. "Les gens ne veulent tout simplement pas le voir." Il connaît d’autres personnes qui envisageant de partir. 
Lire l'article en anglais @ UnHerd

1 commentaire :

Anonyme a dit…

Le retour a sion n est pas une errance