mercredi 26 mars 2014

Edgar Morin clame son identité juive pour accabler les siens

Imre Kertész, prix Nobel de littérature: "Je voudrais poser une question à ces juifs pieux et stupides qui se renient eux-mêmes et qui vomissent des insultes contre Israël: "En quoi est-ce que ça te gêne, espèce de crétin? Tu vis en Suisse, en France, au Danemark ou ailleurs, alors pourquoi [...] l'effroyable arrivée au pouvoir du néonazisme européen [ne te dérange-t-elle pas]? Tu as beau te déguiser, crétin, as-tu déjà oublié que la Suisse a exigé qu'un J soit apposé dans ton passeport, que les Français t'ont enfermé dans un camp et t'ont livré aux assassins nazis, que l'Europe tout entière a regardé avec complaisance les derniers soubresauts des déportés juifs dans les chambres à gaz d'Auschwitz?" 

Très bonnes réflexions de Gilles-William Goldnadel dans cet article @ Valeurs Actuelles: Messieurs Tariq Ramadan et Edgar Morin viennent de publier un livre en commun au titre bien trouvé: «Au péril des idées».

Ce n'est pas le fait qu'ils aient écrit à quatre mains un ouvrage qui me frappe, mais leur extrême convergence.  Il faut en effet attendre la page 233 d'un opus qui en compte 282 pour lire l'expression: «enfin un désaccord!». Après cela, on me dira que l'islamo-gauchisme est une chimère.

Une question me taraude un peu dans cette affaire: qui compromet le plus l'autre? J'ai personnellement ma réponse: Ramadan, intellectuel brillant, a certes depuis longtemps mis un bœuf sur sa langue et écrit habilement à l'encre sympathique lorsqu'il s'agit de défendre la cause islamiste. Mais nul ne peut prétendre qu'il ait trahi son identité musulmane radicale.  [1]

Morin en revanche, celui qui persiste à décrire dans le livre commun, pour le plus grand bonheur de son non- contradicteur, qu’Israël est le bourreau et le palestinien la victime par essence, aime à se dire «marrane». Sans comprendre que ceux-ci cachaient leur identité juive alors que lui aime la clamer pour accabler les siens.


Celui qui écrivait dans le Monde «que les Juifs prennent plaisir à humilier les palestiniens», celui qui a démonté la rumeur d'Orléans pour monter celle d'un massacre imaginaire à Jénine, est en fait le dhimmi de son compère de plume.

Un jour j'écrirai peut-être le tome 2 «du vieil homme m’indigne», tant M. Morin est le digne héritier de ce Stéphane Hessel qu'il admirait tant. Héritier, lui aussi intouchable, car nul dans la presse iconographique et convenable n'a osé seulement s'interroger sur ce mariage littéraire si harmonieux.

Au-delà de ces remarques désabusées, une observation ultime: tandis que Ramadan est loué dedans son camp pour son inflexible intransigeance à l’autre, Morin est religieusement encensé chez lui pour se poser en s'opposant aux siens.

Ainsi cheminent ensemble l'Orient dans son réveil et l'Occident dans son coucher.

[1] A propos de Ramadan @ Harry's Place: "Mehdi interrogates him particularly effectively about the views of his grandfather, Al-Banna, and his views on Nazism/Hitler (17:00) and also challenges the way he avoids criticising Hamas (21:30). He also challenges Ramadan forcefully about his notorious exchange with Sarkozy over stoning, in which Tariq Ramadan prevaricated in a way which has been described as cowardly (30:00). Watch (34:00) where he chides Yasmin AB for being ‘dogmatic’ in the way she asks him to condemn stoning unequivocally. Ramadan also engaged in whataboutery, invoking the US’s record on the death penalty. He also defended his support for Qaradawi, despite that cleric’s utterly appalling views on a range of issues, most obviously the Holocaust."

6 commentaires :

Anne juliette a dit…

Pourquoi parlez-vous de l'identité juive de Morin? Ce sinistre personnage n'est aucunement juif. Un TRAITRE qu'il soit juif, musulman, chrétien n'appartient plus à sa communauté.
Morin est un traître, alors, je le répète, il n'est plus juif depuis bien longtemps. Quand est-ce que les vrais juifs comprendront qu'il faut pratiquer l'excommunication et l'exclusion des félons comme les musulmans et les chrétiens le font? Il faut enlever l'identité juive à toute personne qui refuse un Etat Juif; un point, c'est tout.
J'ai un immense espoir: la communauté, dans quelques années, y parviendra parce qu'elle sera contrainte de le faire si notre peuple veut préserver son identité et ne pas se souiller.
De toute façon, la plupart de ces félons épousent des non-juives, ou des traîtresses comme eux, donc leurs enfants ne sont pas juifs et c'est un juste retour des choses comme un effet boomerang : c'est par leur descendance qu'ils périssent et c'est la pire des destructions.
Par ailleurs, beaucoup de traîtres sont des hommes : la religion juive a bien fait d'établir la transmission matrilinéaire.


Deux dernières informations importantes :
1 - Les pays arabes ne reconnaissent pas Israël comme l'Etat Juif, donc il faut stopper net toute négociation avec les palestiniens. D'ailleurs, ces négociations ne devraient même pas exister parce qu'il est impossible de parler avec des personnes qui renient votre identité et votre patrie.
2 - Les djihadistes qui reviennent de Syrie commencent à organiser des attentats terroristes sur le sol de France. La solution consiste à tarir le flux de migrants musulmans et à renvoyer chez eux tous ceux qui ne sont pas français ou qui ont une double nationalité, même s'ils se sont juste un peu radicalisés : là aussi, pas de négociations.
Il faut être dur, sinon, l'islam peu ou prou radical qui compte comme adepte Ramadan, nous dévora (l'unique homme politique à s'être opposé à lui ouvertement est Valls, ceci pour vous dire le degré de couardise et/ou de connivence de la classe politique).




Anne juliette a dit…

J'ai fait quelques recherches sur ce Morin : c'est son père qui est juif de Salonique, alors il n'est pas juif, il usurpe son identité. C'EST LA MERE QUI TRANSMET LA JUDEITE, PAS LE PERE.
Pour le père, comme dit un excellent dicton, on ne sait jamais vraiment. Un exemple criant: Lars Von Trier, antisioniste et antisémite(un pléonasme), l'a appris, à ses dépens, à la mort de sa mère chrétienne, quand elle lui a dit que son père juif n'était pas son vrai père et qu'il était l'enfant d'un autre homme, ce qui l'a rendu deux fois plus fou.
D'autres mères sont mortes avec leur secret.

J'ai des penchants féministes et je défends à fond la transmission matrilinéaire. Pour une fois que dans l'histoire de l'humanité, les femmes transmettent trois choses essentielles par la naissance (l'inné) et l'éducation (l'acquis) : l'identité, la mémoire et la religion.

Anonyme a dit…

«Au péril des idées»....C'est le moins que l'on puisse dire.

Edgar Morin de son vrai nom Edgar Nahoum est comme Jean Daniel, dans la haine de soi.

Frère Taric doit se dire : " Quel c* mais alors quel c*. Jamais vu un c* pareil"...

Quand frère Taric passe à la television , personne ne signale qu'il ne doit sa chaire universitaire qu'a l'argent du Qatar...C'est dire le fond de chiotte qu'est devenu la "télé" française...

Pour conclure ,l'une des multiples perles morinesques : "Il n'y a « pas de connaissance sans connaissance de la connaissance » (La Méthode, tome 3)...

Franco

Gilles-Michel DEHARBE a dit…

Il y a une douzaine d'années le sociologue et philosophe Edgar Morin publiait une tribune cosignée par deux autres intellectuels[1] dans le journal "Le Monde". Il s'agissait d'un brûlot intitulé "Israël-Palestine : le cancer", consistant essentiellement à soutenir une thèse selon laquelle Israël étant le plus fort, les palestiniens avaient le droit pour eux dans tous les cas de figure. Mais au delà de ce creux postulat, le texte était truffé de contrevérités, d'élucubrations et de mensonges visant à diaboliser Israël, accusant même son gouvernement de favoriser l'antisémitisme en Europe.

Il ne faut pas grand-chose pour ranimer les réflexes judéophobes. Il y a un terreau fertile, or Morin est particulièrement bien placé pour le savoir, lui qui publia naguère un brillant essai intitulé "La Rumeur d’Orléans", où il analysait avec intelligence la manière avec laquelle une infamie antisémite pouvait se propager, notamment moyennant la complaisance d'une certaine presse. Cela ne l'a pas retenu trente ans plus tard de recourir au même procédé pour répercuter à travers les médias une rumeur sur un prétendu "carnage" à Jenine, non pas par souci d'informer, mais pour charger l'Etat Juif de tous les péchés d'Israël.

* Edgar MORIN (Avec S. Nair et D. Sallenave)


Israël-Palestine : Le cancer

http://archive.mcxapc.org/docs/conscienceinextenso/morinext.htm

Philo a dit…

Encore faut-il ajouter que Morin n'est pas un pilier du CRIF etc. En Belgique francophone vous avez de rabbin David Meyer qui prône un Etat binational israélien est qui est un des piliers du CCLJ (JCALL) - il a même été nommé Mensch de l'Année par la communauté juive belge. De surcroît, le rabbin Meyer va se plaindre de l'Europe au Sénat américain.
"L’état binational, de par sa nature, ne serait-il pas alors l’une des grandes chances du Judaïsme de demain? Oui, une chance et non pas une crainte! Car une telle réalité, ne diminuerait en rien le lien du peuple juif à sa terre historique, et rendrait difficile les dérives idolâtres et fanatiques si catastrophiques aujourd’hui."
Rabbin français qui prône la fin d'Israël enseigne à l'Université Pontificale de Rome...

Anonyme a dit…

Jackdebab
Edgar Morin ignore probablement une chose : lorsque les trains vers Auschwitz repasseront, et malgré ses trahisons, il y montera avec nous.
Ce sera presque un plaisir d'y aller, que de le voir y aller aussi.